Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Inauguration du Centre européen de lutte contre la cybercriminalité le 11 janvier

janvier 2013 par Emmanuelle Lamandé

À compter du 11 janvier, le nouveau Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) sera en activité et contribuera à protéger les entreprises et les citoyens européens contre la cybercriminalité. La commissaire européenne chargée des affaires intérieures, Mme Cecilia Malmström, participera à l’inauguration officielle du Centre situé dans les locaux de l’Office européen de police (Europol), à La Haye (Pays-Bas).

« Le centre de lutte contre la cybercriminalité accroîtra fortement la capacité de l’UE à combattre la cybercriminalité et à défendre un internet libre, ouvert et sûr. Les cybercriminels sont intelligents et prompts à mettre les nouvelles technologies au service d’intentions criminelles. L’EC3 nous aidera à les surpasser en intelligence et en vitesse afin de prévenir et de combattre leurs actes criminels », a déclaré la commissaire Malmström.

« La lutte contre la cybercriminalité requiert que nous réagissions avec souplesse et de manière adéquate, car il s’agit d’un phénomène qui ne connaît pas de frontière et qui implique des criminels difficiles à démasquer. Le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité a pour vocation d’apporter cette expertise, en tant que centre de fusion des informations et de soutien aux enquêtes opérationnelles et de police scientifique, mai il a également la capacité de mobiliser toutes les ressources pertinentes dans les États membres de l’Union, afin d’atténuer et de réduire la menace que représentent les cybercriminels où qu’ils exercent leurs activités », a déclaré Troels Oerting, directeur du Centre européen de lutte contre la cybercriminalité.

Les enquêtes portant sur la fraude en ligne, la maltraitance infantile en ligne et d’autres types de cybercriminalité concernent régulièrement des centaines de victimes simultanément, et impliquent des suspects en différents endroits du monde. Les forces de police nationales ne peuvent seules mener à bien des opérations de cette ampleur.

L’ouverture du Centre européen de la lutte contre la cybercriminalité (EC3) change les modalités de la lutte contre la cybercriminalité menée jusqu’ici par l’UE. L’approche de l’EC3 sera, avant tout, davantage tournée vers l’avenir et inclusive. Elle centralisera l’expertise et l’information, soutiendra les enquêtes criminelles et promouvra les solutions à l’échelle de l’UE.

L’EC3 se concentrera sur les activités illicites en ligne menées par des organisations criminelles, notamment les attaques dirigées contre les services de banque en ligne ou d’autres activités financières en ligne, l’exploitation sexuelle en ligne des enfants et la criminalité touchant aux infrastructures critiques et aux systèmes d’information de l’UE.

Le Centre facilitera également les travaux de recherche et de développement, il assurera le renforcement des capacités dont disposent les services de police, les juges et les procureurs, il élaborera des rapports d’évaluation des menaces, y compris des analyses de tendances et des prévisions, et il publiera des alertes précoces. Afin de démanteler davantage de réseaux cybercriminels et de poursuivre un plus grand nombre de suspects, l’EC3 recueillera et traitera des données liées à la cybercriminalité et mettra à la disposition des unités répressives des États membres de l’UE un service d’assistance (« help desk ») à la lutte contre la cybercriminalité. Ce service offrira un soutien opérationnel aux pays de l’Union (par exemple, pour lutter contre les intrusions, les fraudes, l’exploitation sexuelle en ligne des enfants, etc.), et mettra à leur disposition une expertise technique, analytique et en matière de police scientifique dans le cadre d’enquêtes communes au niveau de l’UE.


La Commission a annoncé son intention de mettre en place un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) dans la « La stratégie de sécurité intérieure de l’UE en action » (IP/10/1535 et MEMO/10/598), qu’elle a adoptée le 22 novembre 2010.

La création d’un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (IP/12/317 et MEMO/12/221) fait partie d’un train de mesures visant à protéger les citoyens contre la criminalité en ligne. Elle complète des propositions législatives telles que la directive relative aux attaques visant les systèmes d’information (IP/10/1239 et MEMO/10/463) et la directive relative à la lutte contre les abus sexuels et l’exploitation sexuelle des enfants, ainsi que la pédopornographie, adoptées en 2011 (IP/11/1255).




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants