Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Identification biométrique : Les dispositifs optoélectroniques de sécurité parviennent à maturité

mai 2018 par OSRAM

L’optoélectronique appliquée à la biométrie suscite actuellement beaucoup d’intérêt pour son rôle en matière de sécurité, en particulier dans le domaine des systèmes de contrôle d’accès, notamment dans l’industrie ou dans le cadre des contrôles migratoires. Les utilisateurs effectuent de plus en plus d’opérations sensibles sur leurs appareils mobiles (opérations bancaires, achats en ligne…) : il devient donc essentiel de les authentifier. Si les mots de passe sont unanimement considérés comme la méthode d’authentification la plus vulnérable, les méthodes biométriques de déverrouillage des appareils mobiles (numérisation des empreintes digitales, reconnaissance faciale ou balayage de l’iris) progressent rapidement.

La technologie biométrique est généralement réputée pour son haut niveau de sécurité et sa convivialité, mais son succès repose sur la mise en œuvre concrète de composants optoélectroniques performants, spécifiquement conçus pour les applications de sécurité. Les caractéristiques propres à l’être humain, notamment les traits du visage, le motif de l’iris, des veines de la paume ou des vaisseaux sanguins de la rétine, ainsi que la voix, les empreintes digitales, les empreintes palmaires, les signatures manuscrites et la géométrie de la main, sont relevées par le système de sécurité (au moyen, par exemple, de DEL infrarouges, de caméras, etc.), puis comparées aux données biométriques précédemment enregistrées par les utilisateurs autorisés.

Le développement des technologies d’identification biométrique à base de DEL infrarouges a connu une progression spectaculaire, favorisée par les possibilités inédites de sécurisation et de commodité d’accès aux bâtiments, aux appareils et aux applications. La mise au point de systèmes de sécurité dotés de tous les composants requis par cette technologie est indispensable pour la sécurité de l’ensemble des utilisateurs.

Les scanners d’iris, généralement destinés à déverrouiller les zones sécurisées au sein des bâtiments, sont plus fiables que les lecteurs d’empreintes digitales. Un simple coup d’œil sur les plus récents smartphones suffit à mettre ces appareils en service. L’iris de l’œil est spécifique à chaque personne, ne subit aucune altération avec l’âge et n’est pas soumis aux facteurs externes, tels que les blessures : voilà pourquoi on l’utilise en identification biométrique. La probabilité de frauder l’accès (identification erronée) n’est que d’une chance sur un million.

De nombreuses tentatives précédentes de balayage fiable de l’iris sur appareils mobiles ont échoué, en raison des contraintes liées à la consommation d’énergie, à l’encombrement et aux coûts, de sorte qu’il n’était possible d’utiliser qu’une seule DEL. Les scanners doivent également présenter un haut niveau de qualité, ce qui implique une forte sensibilité aux contrastes. Cependant, la tendance à la miniaturisation et les sources de lumière d’une longueur d’onde de 810 nm ont permis de relever ces défis.

La reconnaissance faciale bidimensionnelle est une autre application du contrôle d’accès biométrique destiné aux appareils mobiles. Tout comme le balayage de l’iris, elle consiste à éclairer le visage de l’utilisateur avec une source de lumière infrarouge et à enregistrer l’image avec une caméra infrarouge. Le système compare ensuite l’image obtenue avec les images précédemment sauvegardées pour permettre l’identification, en se concentrant sur les particularités bidimensionnelles.

Pour faire progresser la reconnaissance faciale, les fabricants de smartphones de premier plan intègrent maintenant une détection tridimensionnelle à leurs appareils. Un rapport récent estime que la valeur du marché mondial des projecteurs laser à infrarouges dédiés à la détection tridimensionnelle sur appareils mobiles atteindra 1,9 milliard de dollars en 2020.

Pour permettre au grand public et à ses partenaires de profiter des avantages de cette technologie dans différents domaines d’application, Osram complète sa vaste gamme de technologies infrarouges destinées aux applications de sécurité par plusieurs solutions à base de VCSEL (diodes laser à cavité verticale émettant par la surface), suite à l’acquisition de la société Vixar.

Un éclairage vif et homogène du visage ou des yeux de l’utilsateur est particulèrement important pour permettre la reconnaissance de l’iris ou du visage, de même que pour les systèmes de suivi oculaire. Osram Opto Semiconductors fait partie des chefs de file en la matière : en se fondant sur son expetise de longue date en matière de solutions d’éclairage infrarouge, la société a mis au point une vaste gamme de produits destinés à l’identification biométrique




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants