Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

ISG Provider LensTM : les entreprises du marché français à l’affût des services de cybersécurité pour protéger leurs informations et leur identité

septembre 2021 par ISG Provider LensTM

Les entreprises du marché français investissent dans la cybersécurité pour se conformer aux réglementations relatives à la protection des données personnelles, la prévention des failles et des échecs d’audit. Les Dirigeants s’intéressant de plus près aux problématiques liées à la sécurité, selon le nouveau rapport publié aujourd’hui par Information Services Group (ISG) (Nasdaq : III), cabinet de conseil et de recherche mondial spécialiste des technologies.

Le rapport ISG Provider Lens™ Cybersécurité 2021 - Solutions & Services sur le marché français indique que de nombreuses entreprises du marché français recherchent des fournisseurs capables de les aider à passer d’une posture de cybersécurité statique à une posture dynamique. La multiplicité des services cloud présents dans un grand nombre d’entreprises a complexifié la protection des données, et les ransomwares se sont imposés comme une menace majeure dans le pays.

Outre les escroqueries financières et la course vers le cloud, la pandémie de COVID-19 a créé des défis pour les entreprises du marché français, qui cherchent à protéger leurs données, indique Lyonel Roüast, Partner et Président d’ISG pour l’Europe du Sud, le Moyen Orient et l’Afrique. « Les entreprises du marché français ont fait de l’accès à distance pour les employés, les services de collaboration et la continuité des activités des priorités absolue » a-t-il déclaré. « Les entreprises doivent consacrer davantage de budget à la sécurisation des données et des utilisateurs finaux pour protéger leur marque. »

Le rapport révèle également que les entreprises du marché français adoptent des technologies de gestion des identités et des accès, car elles constatent la fragilisation des périmètres de sécurité traditionnels. Elles considèrent les services de gestion d’identités et d’accès (IAM) comme la base d’un nouveau dispositif de sécurité zero trust.

Selon le rapport, les fournisseurs déplacent l’IAM sur site vers le cloud, alors que son adoption ne cesse de croître. Quant aux clients, ils réclament des modèles de facturation par répartition ou un IAM-as-a-service, également connu sous le nom d’Identity-as-a-Service (IDaaS). Les produits du portage développés pour être exécutés sur site vers le cloud exigent de nouveaux investissements de la part des entreprises, mais les fournisseurs proposent désormais des produits IAM cloud natifs à des prix compétitifs.

Le rapport indique également que entreprises du marché français adoptent des services avancés de protection, de détection et de réponse aux menaces qui pèsent sur les terminaux, afin de protéger les collaborateurs, exerçant massivement en télétravail. En sus des menaces externes, la combinaison de vieilles technologies et l’explosion du nombre de points d’accès à Internet sont source de complexité et d’erreurs de configuration. De nombreuses entreprises du marché français considèrent les services de protection des points d’accès comme un moyen de surveiller en permanence tous les terminaux et d’obtenir une visibilité exhaustive.

En outre, les solutions de back-up et de sécurité des données représentent, selon l’IPL, un marché mature en France. Les réglementations strictes sur la protection de la vie privée, notamment le Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’UE, ont poussé les entreprises du marché français à adopter ces technologies.

Enfin, le manque de compétences en matière de cybersécurité, constaté dans le monde entier, crée une activité florissante pour les fournisseurs de services de sécurité managés en France. Le rapport prévoit d’ailleurs une croissance significative de l’utilisation des services de conseil en sécurité dans les deux prochaines années.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants