Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

IA, Deepfakes, cyberharcèlement entre mineurs, fraudes aux dons et Jeux Olympiques : McAfee dévoile ses prédictions en matière de cybermenaces pour 2024

décembre 2023 par McAfee

McAfee Corp publie ses prédictions pour 2024, dévoilant les principales menaces auxquelles les consommateurs seront susceptibles d’être confrontés durant l’année à venir. Au programme : exploitation croissante de l’IA pour réaliser des deepfakes à destination de vols d’identité, cyberharcèlement accru entre mineurs, fraudes aux dons en ligne ou encore arnaques liées aux Jeux Olympiques.

Les prédictions de McAfee pour 2024 :

Les escrocs votent « oui », les consommateurs « non » aux deepfakes qui viendront perturber les élections de 2024

Les élections présidentielles américaines et les élections parlementaires de l’Union européenne, pour n’en citer que quelques-unes, nécessiteront un travail de filtrage de la part des électeurs qui devront se méfier de l’affluence de fakenews permises par la prolifération des deepfakes – des escroqueries audio, vidéo et photographiques générées par l’intelligence artificielle. Les électeurs sont habitués à se méfier des politiciens qui discréditent leurs adversaires, mais des affirmations appuyées de preuves visuelles ou audio peuvent nuire à la réputation politique d’un candidat, même lorsqu’elles sont produites par l’IA.

Le cyber-harcèlement entre mineurs va continuer à monter en flèche

L’une des tendances les plus inquiétantes à venir sur 2024 est la sombre tournure que risque de prendre la cyberintimidation avec la recrudescence des deepfakes. Les jeunes adultes ont désormais accès à cet outil avancé qui est facilement accessible, même depuis leur domicile. S’ils peuvent l’utiliser pour s’amuser, ils peuvent également créer de faux contenus d’un réalisme troublant. Au-delà de la propagation de rumeurs, les cyber intimidateurs sont désormais en mesure de manipuler des images disponibles dans le domaine public et d’en afficher des versions explicites fabriquées de toutes pièces. L’intensité croissante de ces fausses images peut causer un préjudice important et durable aux enfants et à leurs familles, en portant atteinte à leur vie privée, à leur identité et à leur bien-être.

Dangers liés aux dons : les consommateurs généreux seront davantage confrontés aux fraudes liées aux œuvres de bienfaisance

Les escrocs exploitent les émotions les plus profondes des consommateurs, qu’il s’agisse de jouer sur l’excitation pour une occasion unique ou de capitaliser sur l’empathie, la peur ou le chagrin d’utilisateurs. La fraude caritative est un moyen particulièrement sournois d’y parvenir. Qu’il s’agisse d’un criminel créant un faux site caritatif ou d’une page falsifiée pour tromper des donateurs bien intentionnés en leur faisant croire qu’ils soutiennent des causes légitimes, les cybercriminels ne lésinent pas sur les moyens. En 2024, la prévalence de ces escroqueries, en particulier celles liées à des conflits et des crises humanitaires très médiatisées, devrait augmenter.

Les escroqueries de taille olympique vont prendre de l’ampleur

Les cyber-escrocs excellent dans l’art de capitaliser sur les moments qui comptent le plus pour les gens, qu’il s’agisse de l’avant-première d’un film, d’un événement très médiatisé ou d’une période d’achat importante. Ils adaptent en effet leur stratégie pour tirer parti des moments clés de l’actualité. En 2024, l’engouement mondial pour les Jeux Olympique deviendra ainsi un terrain propice aux escroqueries. Les cybercriminels joueront sur l’excitation des consommateurs, en ciblant les fans impatients d’acheter des billets, de réserver des voyages, d’accéder à des contenus exclusifs ou de participer à des concours. Une occasion en or pour inciter les consommateurs à compromettre leurs informations personnelles et leurs données de paiement.

Les nouvelles souches de logiciels malveillants, les escroqueries par clonage vocal et visuel et par QR code vont s’accélérer grâce à l’IA

Si l’IA peut faire des merveilles comme écrire des poèmes d’amour ou créer des œuvres d’art à l’aide de quelques prompts, elle peut aussi coder rapidement, représentant une menace croissante. Entre les mains des cybercriminels, elle constitue un outil puissant permettant de créer des logiciels et des sites web malveillants avancés à un rythme alarmant. Il permet également de créer et de diffuser plus rapidement et plus facilement des emails et SMS d’hameçonnage convaincants ainsi que des QR codes frauduleux. Cela s’étend également à la création de faux contenus vidéo, photo et audio visant à tromper les cibles peu méfiantes et à leur soutirer de l’argent. L’augmentation des escroqueries via QR codes, également connues sous le nom de « quishing », est un autre sujet de préoccupation. Les cybercriminels peuvent ainsi s’aider de l’intelligence artificielle pour générer des codes qui, lorsqu’ils sont scannés, mènent directement à des sites de phishing ou déclenchent le téléchargement de logiciels malveillants. À mesure que la barrière à l’entrée s’abaisse, ces escroqueries cibleront les personnes sur toutes les plateformes, avec une attention accrue pour les appareils mobiles.

C’est la fin des memes : les escroqueries à l’IA deviendront le nouveau dada (sournois) des réseaux sociaux

En 2024, l’IA aidera les cybercriminels à manipuler les réseaux sociaux et à façonner l’opinion publique comme jamais auparavant. Des outils puissants, alimentés par l’IA, les aideront à fabriquer des photos, des vidéos et des fichiers sons. Malheureusement, ces fakes sont des mines d’or pour les médias sociaux. Il faut s’attendre à ce que les noms et les images de célébrités et d’influenceurs soient utilisés par les escrocs pour cautionner des arnaques et à ce que les marketplaces en ligne locaux deviennent des points névralgiques d’escroqueries grâce à l’IA.

« Alors que l’IA continue de faciliter les activités cybercriminelles et inaugure une nouvelle ère de menaces alimentées par cette technologie, les escroqueries deviendront plus sophistiquées et il sera plus difficile de distinguer des messages et des sites légitimes de frauduleux : des emails de phishing plus réalistes que jamais rendant le travail d’identification des experts plus difficile, des deepfakes floutant la frontière entre fiction et réalité pouvant impacter de nombreux domaines, des résultats d’élections à l’avenir de nos enfants... Il n’a jamais été aussi important d’être informé sur le paysage des menaces en ligne », déclare Steve Grobman, Chief Technology Officer chez McAfee. « McAfee s’engage à innover en permanence pour mieux protéger la vie privée, l’identité et les informations personnelles des consommateurs, tout en remettant la vérité, la confiance et la transparence au premier plan des expériences en ligne pour les rendre plus agréables et plus sûres pour chacun. »


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants