Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Hervé Schauer, HS2 : Ce ne sont pas les technologies qui font la différence mais les hommes

mai 2022 par Marc Jacob

A L’occasion de l’édition 2022 du FIC, HS2 (Hervé Schauer Sécurité) annoncera l’ouverture de ses nouvelles salles de formation au sein du Campus Cyber. HS2 mettra en avant sur son stand entre son offre pratique hors de toute préparation à une certification pour les DPO et le développement de l’offre en défense, détection et réponse aux incidents, pour les Blue Team. Hervé Schauer, Directeur pédagogique, HS2 (Hervé Schauer Sécurité) considère que ce ne sont pas les technologies qui font la différence mais les hommes.

Global Security Mag : Quelle sera votre actualité lors du Forum International de la Cybersécurité 2022 ?

Hervé Schauer : Nos nouvelles salles de formations, au premier étage du Campus Cyber. Nous y dispensons les formations depuis le 4 avril dernier. Les salles sont entièrement neuves et spacieuses, situées à 2 minutes du métro esplanade de La Défense, avec de nombreux hôtels à proximité et pleins de restaurants sympas à une station de métro.

Global Security Mag : Quels les points forts des solutions que vous allez présenter à cette occasion ?

Hervé Schauer : Le développement d’une offre pratique hors de toute préparation à une certification pour les DPO et ceux qui font de la protection des données avec la nouvelle formation « Métier du DPO », et le développement de l’offre en défense, détection et réponse aux incidents, pour les Blue Team : la formation gestion de crise cyber passe d’1 à 2 jours compte-tenu de son intensité avec de nouvelles sessions compte-tenu de son succès, notre formation phare SECUBLUE1 est complétée d’un second niveau SECUBLUE2, et une nouvelle formation SECUSOC est lancée, purement dédiée à la détection pour les analystes travaillant dans un SOC.

Global Security Mag : Depuis le début de l’année, avez-vous remarqué la montée de nouvelles cyber-menaces ?

Hervé Schauer : Nous avons vu les excellents rapports publiés par l’ANSSI cependant dans l’activité formation cela n’a pas eu d’incidence immédiate.

Global Security Mag : Comment les technologies doivent-elles évoluer pour conter ces menaces ?

Hervé Schauer : Ce sont les améliorations d’organisation et d’industrialisation des moyens de défense qui comptent, et la formation des ingénieurs. L’ingénieur est productif grâce à de bons outils mais ce ne sont pas les technologies qui font la différence mais les hommes. Il est toujours plus confortable de croire au miracle de la technologie mais la réalité c’est que ce sont les individus qui détectent à temps grâce à une organisation adaptée et leurs outils mais pas la technologie.

Global Security Mag : Selon-vous, quelle place l’humain peut-il avoir pour renforcer la stratégie de défense à déployer ?

Hervé Schauer : La place de l’humain est centrale à tous les niveaux. Les erreurs humaines sont la principale source de compromission, pas les 0days, et les détections d’attaques, de compromission, de latéralisation et d’élévation de privilèges sont les humains qui les arrêtent à temps.

Global Security Mag : On note depuis des années une pénurie de talents, quelles actions les acteurs de la cybersécurité peuvent-ils mettre en place pour attirer de nouveaux talents ?

Hervé Schauer : La pénurie d’experts en cybersécurité demeure un marronnier depuis 30 ans. Dans la réalité, il y a eu pendant plusieurs années des problèmes de reconnaissance auprès des ressources humaines, des salaire sous-évalués, et des formations initiales en cybersécurité non remplies, avec plus d’offre que de demande. Nous avons désormais plutôt inversé cette tendance. Plus de la moitié des personnes dans la cybersécurité aujourd’hui n’y étaient pas il y a 5 ans.
La France attire déjà beaucoup plus les ingénieurs des pays du Sud que ce que les ingénieurs français quittent la France pour s’expatrier.
La solution sur le long-terme est comme le font des associations comme le CEFCYS ou le CLUSIF, la sensibilisation à l’informatique et à la cybersécurité avant le stage de 3ème au collège, afin de retrouver une proportion normale de femmes en cybersécurité dans 10 ans. Cela améliorera mécaniquement le nombre de profils disponibles sur le marché du travail.

Global Security Mag : Quel message souhaitez-vous transmettre aux RSSI ?

Hervé Schauer : Dites à vos collaborateurs et vos équipes de se former chez HS2 !

- Pour tout renseignement :
formations@hs2.fr
Tél : +33 974 774 390 ou 06 44 01 40 72

- Retrouvez l’ensemble de nos formations 2022 sur notre site :

https://www.hs2.fr/


Articles connexes:


Voir les articles précédents