Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

GlobalSign : Les identités numériques à l’heure de l’économie du partage

octobre 2015 par GlobalSign

L’émergence de l’économie participative sur Internet offre à Monsieur tout le monde des possibilités jusqu’ici inenvisageables. Aujourd’hui, n’importe qui peut démarrer son activité de taxi en devenant chauffeur VTC (Voiture de Tourisme avec Chauffeur). Les propriétaires immobiliers peuvent louer leur bien comme un hôtel par le biais d’Airbnb. Grâce à ces sociétés qui mettent en relation les particuliers fournissant un service avec les consommateurs, le client a plus de choix. Tout se passe sur Internet par l’intermédiaire d’applications ou de sites Web.

Cette économie du partage repose en grande partie sur la confiance. Fournisseurs et consommateurs s’inscrivent pour pouvoir proposer ou acheter leurs services en ligne. Les transactions sont réalisées via une application ou un site Web dédié. Prenons le chauffeur VTC. Tant que le véhicule ne s’est pas arrêté le long de la voie pour prendre son passager, le fournisseur du service et le consommateur ne s’étaient encore jamais rencontrés et n’avaient jamais discuté ensemble. Lorsque l’on loue l’appartement de quelqu’un, on peut parfaitement ne jamais rencontrer son propriétaire. Ainsi, il est fréquent qu’une personne, qui loue une maison à l’étranger par l’intermédiaire d’Airbnb, arrive et trouve les portes ouvertes, les clés posées sur la table avec une liste de consignes. À son départ, le locataire doit simplement reposer les clés au même endroit.

La plupart des gens sont dignes de confiance. Notre société ne fonctionnerait pas si ce n’était pas le cas. Bien sûr, certaines personnes malhonnêtes abusent de cette confiance. Dans le cadre d’une transaction en ligne anonyme, la confiance peut être plus difficile à instaurer. L’économie participative s’appuie sur des sources tierces pour établir l’identité des fournisseurs et des consommateurs. Les utilisateurs d’Airbnb peuvent même volontairement choisir de faire vérifier leur identité en envoyant une photo de leur carte d’identité nationale au service de vérification du site. Toute personne ayant des connaissances en sécurité de l’information sait pertinemment que cette procédure n’améliore pas significativement la procédure par défaut qui s’appuie sur les informations des profils Facebook, parfois couplées avec les identités sociales Google et LinkedIn.

On apprend parfois que tel appartement a été saccagé par un locataire lors d’une soirée. Ce genre d’incident reste rare. Airbnb prend la chose très au sérieux et a mis en place un plan de protection pour les propriétaires. Ainsi, en cas d’incident, Airbnb s’assure que le propriétaire est couvert.

Dans une économie du partage où des entreprises comme Uber et Airbnb mettent des personnes des quatre coins du monde en relation, la vérification des identités devient très compliquée. Sans être un pro de Photoshop, il n’est pas compliqué de falsifier l’image d’une carte d’identité nationale ou d’un permis de conduire. Seul moyen de valider de manière fiable une identité en ligne ? Utiliser une identité électronique délivrée par une autorité nationale, ou à la rigueur, par un établissement bancaire. Pour la création de ces identités, l’enregistrement s’effectue lors d’un entretien en face à face où l’intéressé doit produire une pièce d’identité complémentaire pour vérification. Son identité électronique ne lui sera délivrée qu’au terme de cette procédure. En arrière-plan, plusieurs processus sont mis en place pour affiner les vérifications d’identité d’une personne en interrogeant des bases de données officielles et d’autres ressources.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants