Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Ghaleb Zekri, VMware : il faut encourager une culture de sensibilisation et de collaboration entre les métiers et les équipes de sécurité

octobre 2019 par Marc Jacob

Cette année VMware revient aux Assises de la Sécurité avec un focus sur les applications, en mettant l’accent sur la nécessité d’une approche pro-active. Pour Ghaleb Zekri, Senior Security Architect, EMEA SDDC Architects de VMware, il est indispensable d’encourager une culture de sensibilisation et de collaboration entre les métiers et les équipes de sécurité.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Ghaleb Zekri : Cette année, VMware revient aux Assises de la Sécurité avec un focus sur les applications, en mettant l’accent sur la nécessité d’une approche pro-active : en complément de la micro-segmentation que nous proposons depuis des années pour réduire la surface d’exposition, nous sommes aujourd’hui capables de prévenir tout écart par rapport aux fonctionnements normaux des applications. C’est grâce à notre connaissance du contexte applicatif et à notre position dans l’infrastructure, que nous proposons cette sécurité pro-active au niveau des applications. Et c’est donc cette association de la sécurité au niveau du réseau virtuel, du compute et des applications, que nous allons présenter aux Assises afin d’amener une sécurité intrinsèque, fournie par l’infrastructure, et au service des applications.

GS Mag : Quel sera le thème de votre conférence cette année ?

Ghaleb Zekri : VMware présentera sa vision de la cybersécurité au travers de deux interventions :

J’animerai un atelier le mercredi autour du concept de « Security-as-Code ». Cette approche propose une sécurité automatisée, intégrée au cycle de vie de l’application et consommée comme un service pour en garantir l’intégrité. Nous pourrons ainsi faire la démonstration de comment VMware permet de transformer les initiatives DevOps en DevSecOps.

Rajiv Ramaswami, Chief Operating Officer, Products and Cloud Services chez VMware, présentera lors de la conférence plénière VMware le jeudi matin, notre vision de l’évolution de la sécurité : changer le rapport de force entre « attaque » et « défense ». Cette nouvelle approche se focalise sur les applications plutôt que sur les infrastructures et vise à diminuer l’exposition des entreprises tout en les accompagnant dans leur transformation digitale et leur adoption du Cloud hybride.

GS Mag : Quelles sont les principales menaces que vous avez pu identifier en 2019 ?

Ghaleb Zekri : Nous avons constaté (et nous ne sommes pas les seuls à faire ce constat) une évolution et une diversification des menaces qui ciblent de plus en plus les données sensibles et les applications critiques. Les annonces de perte de données ne font que confirmer cette tendance qui a déjà commencé à croitre depuis quelques années et ce, malgré les efforts des entreprises à déployer des mesures et solutions palliatives pour y remédier.
La question est qu’est-ce qui fait que ces menaces aboutissent malgré tous ces efforts ?
Dans le passé, pour se protéger, une entreprise axait tous ses efforts sur ses centres informatiques. Les évolutions du monde du numérique ont projeté la technologie hors de cette enceinte rassurante. Une quantité importante de données est créée par des objets connectés. Les utilisateurs accèdent aux applications avec leurs propres équipements (smartphones, tablettes, PC portables). L’infrastructure IT et les composants des applications modernes, conçues selon l’architecture de micro-services se répartissent dans un environnement hybride composé de clouds privés et publics. La gestion de la sécurité se révèle d’autant plus complexe que chaque fournisseur de cloud possède ses propres architectures et ses outils d’administration obligeant les entreprises à mettre en face des équipes dédiées. Difficile dans de telles conditions d’assurer une sécurité homogène et efficace. De plus, l’approche traditionnelle de sécurité est très réactive et se focalise essentiellement sur la détection de comportements malicieux au lieu de protéger le bon fonctionnement des applications là où elles sont. Ceci donne aux menaces une certaine longueur d’avance pour atteindre leurs cibles.

GS Mag : Quid des besoins des entreprises ?

Ghaleb Zekri : Nous avons mené une étude indépendante cette année (en partenariat avec Forbes) pour faire un état des lieux de la cybersécurité en France, et connaitre le retour et le positionnement des entreprises françaises. Il apparaît que la majorité des entreprises ont pris la mesure de l’ampleur des attaques informatiques sur leurs actifs stratégiques, mais n’adoptent pas encore les meilleurs comportements. Par exemple, l’étude montre que 57% des répondants dépenseraient plus pour détecter et identifier les attaques que pour en réduire la surface. Or elles ont un besoin urgent de repenser leur approche d’investissement en matière de sécurité : il faut cesser d’essayer de prévenir à tout prix les brèches, mais plutôt intégrer la sécurité by design - l’application, le réseau et globalement, tout ce qui connecte et véhicule les données. Les attaques sont une réalité inévitable, mais ce qui compte, c’est la rapidité et l’efficacité avec lesquelles on peut endiguer la menace. Les entreprises doivent également adopter une approche logicielle, qui interconnecte de manière sécurisée les datacenters, les réseaux des opérateurs, les sites distants, les terminaux mobiles et les Clouds.

GS Mag : De quelle manière votre stratégie est-elle amenée à évoluer pour adresser ces enjeux ?

Ghaleb Zekri : Le véritable enjeu désormais consiste à maintenir la sécurité dans un cloud hybride. Pour y réussir, la virtualisation des infrastructures IT doit s’étendre de manière homogène du datacenter jusqu’au cloud public. C’est la raison des partenariats signés entre VMware et les principaux acteurs du cloud mais aussi les annonces d’intention d’achats comme Carbon Black dernièrement. Qu’elles soient dans un cloud public ou privé, les infrastructures IT sont définies par logiciel et sont consommées en tant service par les applications de la même manière (ou presque). Il n’est pas concevable que la sécurité ne le soit pas et de la même façon, tous les composants d’un Software Defined Data Center (SDDC) sont susceptibles d’être installés sur les serveurs physiques d’un fournisseur de cloud.

GS Mag : La sécurité et la privacy « by design » sont devenues incontournables aujourd’hui. De quelle manière intégrez-vous ces principes au sein de votre entreprise et de votre offre ?

Ghaleb Zekri : La mission de VMware est de fournir des infrastructures logicielles pour permettre aux entreprises de déployer tout type d’applications, sur n’importe quel cloud et qu’elles soient accessibles de n’importe lequel terminal de façon agile et sécurisée. C’est de là que vient l’enjeu du « Security by design ». Avec les dernières évolutions technologiques telles que le Cloud, l’IoT, le Edge Computing, la mobilité des utilisateurs, ou le DevOps, nous ne pouvons plus raisonner de façon traditionnelle en termes de sécurité et il est nécessaire de faire évoluer l’idée de la sécurité périmétrique. Les applications et les données sortent du parc informatique, il faut donc adopter une approche où l’on conçoit la sécurité dès le départ, que ce soit pour les applications ou les infrastructures.

GS Mag : Quels sont vos conseils en la matière, et plus globalement pour limiter les risques ?

Ghaleb Zekri : Avec une approche « Security by design » on va limiter l’attaque au maximum et la confiner pour préserver les applications critiques et données sensibles de l’entreprise. Le contexte actuel - complexité accrue des interactions, prolifération des objets connectés et capteurs, dispersion géographique du personnel, Cloud Computing - est à l’origine d’une augmentation exponentielle la surface d’exposition. La donne a changé : aujourd’hui, l’important est de mettre en place une sécurité intrinsèque à tous les niveaux (applications, réseau, et plus globalement tout ce qui est connecté et comporte des données) au lieu d’essayer uniquement de détecter les attaques. Les menaces sont une réalité inévitable ; c’est la capacité à les maîtriser rapidement et efficacement qui fait toute la différence.

GS Mag : Enfin, quel message souhaitez-vous faire passer aux RSSI ?

Ghaleb Zekri : Il est indispensable d’encourager une culture de sensibilisation et de collaboration entre les métiers et les équipes de sécurité. Les menaces qui pèsent sur les systèmes d’information étant toujours plus nombreuses, étendues et sophistiquées, il faut donc que tout le monde se sente concerné et investi. En effet, compte tenu de l’inefficacité avérée des stratégies actuelles, l’ensemble des employés et fonctions de l’entreprise doivent travailler ensemble pour faire face aux problèmes qui se présentent. Il est essentiel que les dirigeants comprennent les besoins de leurs équipes informatiques et sécurité, et que celles-ci soient au fait des objectifs et priorités de leur entreprise. Or, comme notre enquête menée avec Forbes le montre, les dirigeants et équipes informatiques et sécurité n’ont pas la même perception d’avancées et de collaboration en matière de cybersécurité. Seuls 21 % des services informatiques considèrent que leurs patrons sont coopératifs. Parallèlement, 27 % des cadres dirigeants européens affirment collaborer intensément, sentiment qui ne serait partagé que par 16 % des professionnels de la sécurité.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants