Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique





















Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Frédéric Ichay, avocat associé Pinsent Masons : La consolidation Dell/EMC va-t-elle créer une équipe de choc ?

décembre 2015 par Frédéric Ichay, avocat associé Pinsent Masons

67 milliards de dollars : c’est le prix record de l’une des transactions les plus importantes jamais réalisées dans le monde du high-tech ! Elle se réalisera à la fois en cash et en actions avec le soutien financier de Michael Dell, de sa société d’investissement MSD Partners et du géant du private equity hi-tech Silver Lake. D’autres sources de financement vont être également utilisées pour boucler la transaction : fonds provenant d’une société d’investissement Singapourienne (Temasek Holding), des actions de préférence de la société VMware, des fonds en caisse et de la dette.

Il y a quelques semaines, le numéro 3 des fabricants américains de PC a annoncé son intention d’acheter EMC un géant du stockage de données peu connu du grand public. EMC est également spécialisé dans la protection de l’information, la virtualisation, l’analytique et le cloud.

Avec cette opération, Dell envisage de passer de simple fabricant à fournisseur global de services et de solutions technologiques aux entreprises. Selon Michael Dell (futur PDG du nouveau groupe) "le rapprochement de Dell et d’EMC crée un géant des solutions pour les entreprises".

D’un autre côté, l’opportunité de cette fusion peut paraître assez étrange, étant donné que son principal concurrent HP a réalisé l’opération inverse il y a peu de temps, en scindant son activité de fabrication de PC des services.

Pour certains, Dell prend un risque en suivant le précédent IBM, qui avait regroupé l’ensemble de ses activités de technologies de données au sein d’une même entité et qui a fini par s’effondrer. C’est le point de vue d’Erick Gordon, professeur assistant à l’Université du Michigan, partagé par Meg Whitman, PDG de HP, qui a déclaré ne pas se sentir inquiétée par cette opération de taille.

En tout état de cause, cette opération a une énorme valeur ajoutée : VMware, une société spécialisée dans la virtualisation et détenue par EMC. Bien que passant sous la direction de Dell, la société, parfois décrite comme "le joyau de la couronne", demeurera cotée en bourse de façon indépendante. Cela signifie que VMware pourra conserver ses relations d’affaires avec IBM, HP et autres, même si ces relations seront nécessairement différentes de celles qu’elle entretenait lorsqu’elle était complètement indépendante. Il est fort probable que ses capacités à créer de nouvelles alliances stratégiques seront restreintes.

Malgré cela, la présence de VMware dans l’opération va ouvrir de nouvelles opportunités à Dell. En effet, pour le PDG de VMware, Pat Gelsinger, cette opération va multiplier les opportunités de croissance, notamment dans le domaine de l’IoT et du big data. Si l’opération aboutit, Dell sera en mesure de fournir un matériel complet, de l’ordinateur au stockage en passant par les serveurs.

D’un point de vue financier, il faut noter qu’EMC a enregistré un chiffre d’affaires de 24,5 milliards de dollars en 2014 et Dell un chiffre d’affaires de plus 56 milliards de dollars en 2013. La nouvelle entité devrait ainsi être un géant d’environ 80 milliards de dollars de chiffre d’affaires, capable de concurrencer IBM (99,7 milliards de dollars), Microsoft (93,5 milliards de dollars) et HP (111,5 milliards de dollars avant sa scission).

Actuellement, EMC a jusqu’au 12 décembre 2015 pour trouver une meilleure offre venant d’autres prétendants, mais il semble qu’aucun autre repreneur potentiel ne l’ait encore approché.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants