Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Fabrice Hatteville, Thales : Teopad est conçu pour l’ère de la mobilité « beyond pushmail »

août 2012 par Marc Jacob

Cette année Thales présentera durant les Assises de la sécurité les améliorations de sa solution de sécurité pour smartphones et tablettes en entreprises : Teopad et consacrera son atelier une cartographie du marché de la mobilité sécurisée. Pour Fabrice Hatteville, Responsable mobilité sécurisée Thales, le BYOD au sens pure du terme est en cours de remise en cause pour aller vers une ère de la mobilité « beyond pushmail » et justement Teopad a été conçu pour cela…

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Fabrice Hatteville : Nous allons présenter les évolutions de Teopad, notre offre de sécurité pour smartphones et tablettes en entreprises. Le concept d’origine permet de dissocier vies personnelle et professionnelle sur un terminal unique, en déployant de façon sûre sur le terminal tous types d’applications de l’entreprise. Cela va bien au-delà de la messagerie, avec par exemple du CRM, de l’ERP ou des applications métiers spécifiques.
Nous étendons désormais l’offre aux tablettes et nous y adjoignons des services comme la voix sur IP chiffrée.
Nous en profiterons également pour tenir un atelier à destination des RSSI, au cours duquel nous proposerons une cartographie assez innovante du marché de la mobilité sécurisée. Cette vision est le fruit d’un long travail d’analyse et d’échanges avec les industriels et les analystes du secteur.

GS Mag : Comment évolue votre marché ?

Fabrice Hatteville : Depuis 2 ans il y a une un gros buzz autour de ce que l’on appelle le BYOD – ou Bring Your Own Device-, cette tendance selon laquelle les employés apporteraient leurs propres smartphones ou tablettes au travail et pourraient les connecter en toute simplicité au système d’information de l’entreprise. La réalité semble au final beaucoup moins idyllique que cela. On est, par exemple, en train de s’apercevoir que cette pratique ne fait véritablement sens que sur un nombre restreints de services, type messagerie, et pour des informations suffisamment générales pour pouvoir être « perdues » sans conséquences notables. Par ailleurs des études récentes tendent à démontrer que cette pratique engendre au final des coûts récurrents significatifs en termes de support et de maintenance.

En conséquence de quoi on constate déjà aux Etats-Unis une tendance à revenir sur la pureté de ce concept de BYOD. Par exemple, de plus en plus d’entreprises l’appliquent en limitant la liberté des employés dans le choix des terminaux. Souvent en établissant une liste de 5 ou 6 modèles. Ce n’est donc plus vraiment du BYOD.

Gartner ne dit pas autre chose dans son nouveau Hype Cycle for Wireless Devices paru en août 2012. Le BYOD y figure exactement au « Peak of Inflated Expectations », et s’apprête à rentrer dans le toboggan du « Trough of Disillusionment ».

On peut donc en conclure que les flottes de terminaux achetés et fournis par l’employeur ont de beaux jours devant elles, notamment à travers l’équipement des cols bleus, autre tendance forte que nous constatons. Pour toutes ces populations les besoins vont véritablement au-delà de la messagerie. Teopad a justement été conçu pour cette ère de la mobilité « beyond pushmail », contrairement aux autres solutions du marché.

Teopad propose aussi de la VoIP chiffrée

GS Mag : Comment va évoluer votre offre pour l’année 2012/2013 ?

Fabrice Hatteville : Nous allons bien entendu continuer à enrichir Teopad.

La première étape est franchie avec la disponibilité depuis l’été de la solution sur Android 4.0 et les tablettes. Nous avons également ajouté la voix sur IP chiffrée dans l’environnement professionnel et procédé à d’importants développements autour de l’administration et du déploiement, notamment pour les grandes organisations.

Nous travaillons aujourd’hui à ajouter dans notre offre toujours plus de services et de plateformes logicielles supportées. Teopad est un projet ambitieux : rendez-vous en 2013 pour en savoir plus !

GS Mag : Quelle sera votre stratégie commerciale pour 2012/2013 ?

Fabrice Hatteville : Teopad possède plusieurs dimensions. C’est à la fois un produit et une technologie.

Dans la dimension produit nous développons un réseau de distribution à travers des acteurs spécialisés de la mobilité et de la sécurité. Ce réseau couvre aujourd’hui plus de trente pays et nous continuons à l’étendre.

Teopad, c’est aussi une technologie de rupture et unique au monde, qui fait l’objet de nombreux brevets. Nous développons donc en parallèle une politique de licencing et d’OEM afin d’en faire bénéficier des acteurs déjà présents dans le secteur de la mobilité et qui souhaitent étendre leur offre et se différentier. Vous seriez étonnés de la diversité et de la renommée des acteurs qui s’y intéressent.

GS Mag : Quel est votre message aux RSSI ?

Fabrice Hatteville : L’intitulé de notre atelier aux Assises résume tout : dans la jungle de la mobilité, vous êtes des héros !




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants