Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

FIC : signature du contrat stratégique de la filière « Industries de Sécurité »

janvier 2020 par Emmanuelle Lamandé

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, et Marc Darmon, Président du Comité Stratégique de filière (CSF) « Industries de sécurité », ont signé le contrat stratégique de filière « Industries de sécurité », en marge du Forum International de la Cybersécurité (FIC) à Lille.

La filière des industries de sécurité rassemble l’ensemble des entreprises qui développent des produits et services technologiques de sécurité, des grands groupes mondiaux aux PME, start-ups innovantes et ETI. La filière couvre un large périmètre qui s’étend de la cybersécurité à la lutte contre le terrorisme, en passant par la sécurité des territoires ou la protection des infrastructures et des réseaux. Elle s’appuie en outre sur des acteurs de la R&D et des pôles de compétitivité pour favoriser son essor économique. Avec un chiffre d’affaires de 25 milliards d’euros et 151 000 emplois, les bases économiques de la filière sont solides.

Labellisé le 22 novembre 2018 par le Conseil national de l’industrie (CNI), le CSF représente une opportunité de rassembler et de renforcer les différents acteurs de l’écosystème (industrie, État, utilisateurs), qui ont exprimé un besoin de structuration et de coopération public-privé plus étroite. Le projet de Campus Cyber, dont la préfiguration a été confiée à Michel Van Den Berghe, offrira un lieu physique pour mettre en œuvre des projets de la filière en fédérant l’écosystème de la cybersécurité.

« La création du CSF fédère les énergies – Industrie, État et utilisateurs – autour de projets concrets, à fort impact et centrés sur les enjeux clés de compétitivité et de souveraineté nationale. La signature du contrat de filière est une étape primordiale dans le développement de la filière pour afficher ses fortes ambitions et les engagements pris par les secteurs public et privé.
Le CSF pilotera cinq projets structurants, décrits dans le contrat de filière : la sécurité des grands évènements et des JO 2024, la cybersécurité et la sécurité de l’internet des objets, l’identité numérique, les territoires de confiance et le numérique de confiance
Renforçant les perspectives de la filière déjà forte d’une croissance de 6% (12% pour la cybersécurité) et concrétisant le potentiel extraordinaire des nouvelles technologies dans le domaine de la sécurité, les innovations issues de ces projets opérationnels seront clés pour la protection de l’industrie du futur, la protection du patrimoine et la souveraineté numérique française
 », souligne Marc Darmon, Président du CSF, Président du Conseil des Industries de la Confiance et de la Sécurité (CICS), et Directeur général adjoint, Systèmes d’information et de communication sécurisés, Thales.

Les cinq projets structurants, dont les feuilles de route sont détaillées dans le contrat de filière, font tous l’objet d’engagements réciproques entre l’industrie et l’État.

- La sécurité des grands événements et des JO Paris 2024 :
Le projet a un double objectif : assurer la sécurité des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) de Paris 2024, et développer la filière des industries de sécurité via cet événement majeur.

- Cybersécurité et sécurité de l’IOT :
Ce projet aura notamment comme objectif de faire émerger le potentiel de la France en matière de cybersécurité en alignant et en mobilisant les différents acteurs sur des politiques d’éducation, d’innovation et de développements technologiques ; de sauvegarder l’autonomie de la France dans le numérique ; de jouer un rôle de moteur à l’échelle européenne et développer des offres respectueuses des libertés individuelles et de la protection des données personnelles.

- Identité numérique :
A travers ce projet, l’industrie souhaite notamment, en concertation avec l’État, développer une offre française de l’identité numérique qui s’appuie sur la dérivation de l’identité régalienne et se différencie des grands acteurs mondiaux par un haut niveau de protection des données personnelles. L’élément clé de ce projet sera de mettre d’accord les industriels sur une spécification technique.

- Territoires de confiance :
L’objectif sera d’assurer la sécurité de la ville intelligente et connectée, au travers de solutions françaises éthiques pour les collectivités et les sites. L’implication de collectivités locales est un facteur clé de succès de ce projet. Plusieurs d’entre elles y sont associées et ont officialisé leur concours : la région Grand Est, la ville et la métropole Nice Côte d’Azur, les métropoles de Rennes, Lyon, Lille, Chartres Métropole, ainsi que le Syndicat d’électrification de la Loire.

- Numérique de confiance :
Ce projet consistera notamment à structurer des offres industrielles de confiance compétitives pour répondre aux besoins de l’Etat et des entreprises dans le numérique, et de proposer une offre de cloud de confiance compétitive et de mettre à la portée des entreprises des solutions qui répondent à des besoins particuliers de protection de leurs données sensibles ou hautement valorisables.

Le Gouvernement et les Régions ont réaffirmé leur soutien et leur présence aux côtés des industriels de la filière de sécurité face aux défis de ce secteur. La signature de ce contrat constitue un moment fort pour cette filière au potentiel économique majeur et augure un renforcement des industries de sécurité françaises en Europe et dans le monde.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants