Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

FIC 2021 : le Campus Cyber, une source d’inspiration pour d’autres écosystèmes ?

septembre 2021 par Emmanuelle Lamandé

A l’occasion du Forum International de la Cybersécurité, Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la transition numérique et des communications électroniques, et Michel Van Den Berghe, Président du Campus Cyber, font le point sur la stratégie du Gouvernement en matière de cybersécurité et l’avancée du projet de Campus Cyber qui ouvrira prochainement ses portes à la Défense.

Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la transition numérique et des communications électroniques, Julia Sieger, Journaliste, France 24, et Michel Van Den Berghe, Président du Campus Cyber

La cybersécurité est devenue un enjeu décisif d’une société de plus en plus numérisée et connectée. La numérisation de l’économie et de pans entiers de la vie des Français est porteuse de progrès mais aussi de risques pour la sécurité, la protection de la vie privée et des données personnelles, nos infrastructures vitales, nos administrations et nos entreprises. Ces tendances se sont amplifiées avec la crise sanitaire, qui a mis à l’épreuve la résilience de nos acteurs économiques et bouleversé les modes de production, avec notamment l’essor massif du télétravail. La vulnérabilité des systèmes informatiques est désormais l’enjeu de chacun, citoyens, administrations et entreprises, d’autant que chacun d’entre nous est aujourd’hui à risque.

Pour répondre à ces enjeux, le Gouvernement met en œuvre une stratégie d’accélération en matière de cybersécurité, dans le cadre de France relance, annoncée le 18 février dernier par le Président de la République. Cette stratégie, dotée d’un budget de 1 039 M€, dont plus de 700 M€ d’argent public (notamment via le Programme d’investissements d’avenir et plan France Relance), vise à accompagner le développement de la filière française et s’articule, pour rappel, autour de 5 axes :
- Développer des solutions souveraines et innovantes de cybersécurité ;
- Renforcer les liens et synergies entre les acteurs de la filière ;
- Soutenir la demande (individus, entreprises, collectivités et État), notamment en sensibilisant mieux tout en faisant la promotion des offres nationales ;
- Former davantage de jeunes et de professionnels aux métiers de la cybersécurité ;
- Soutenir le développement des entreprises de la filière via un abondement en fonds propres.
Cette stratégie se trouve aujourd’hui dans sa phase d’opérationnalisation.

Pour renforcer la cybersécurité, l’État a la volonté de créer une réponse collective au travers d’un écosystème, souligne Cédric O. Il est essentiel de mobiliser cet écosystème, mais aussi de lui donner les moyens. C’est pourquoi l’État investit aujourd’hui massivement dans ce domaine. Différents Appels à projets (AAP) ont été lancés dans ce cadre de cette stratégie :
- Le premier AAP vise à soutenir le développement de technologies innovantes et critiques en cybersécurité (détection des cyberattaques, solutions de chiffrement...). Il s’inscrit dans le premier axe de la stratégie d’accélération et sera clôturé le 15 octobre. Le public visé correspond à la fois aux entreprises uniques, mais aussi aux consortiums industriels ou collaboratifs (c’est-à-dire impliquant des laboratoires de recherche) ;
- Le deuxième AAP soutient, de son côté, la mutualisation de données de cybersécurité entre les différents acteurs du secteur afin de développer la connaissance des menaces. Il s’inscrit dans le deuxième axe de la stratégie d’accélération, et sera notamment mis en œuvre au sein du Campus Cyber, qui ouvrira ses portes à fin 2021/début 2022. Il sera clôturé le 16 novembre. Le public visé correspond à des consortiums industriels ou collaboratifs apportant à la fois des données diverses et une capacité pointue de traitement ;
- Le troisième AAP vise quant à lui à soutenir les projets innovants sur le Campus Cyber. S’inscrivant dans les axes 1 et 2 de la stratégie, cet appel sera clôturé le 29 octobre. Le public visé correspond à la fois aux entreprises uniques, mais aussi aux consortiums industriels ou collaboratifs membres du Campus Cyber.
Au total, via ces trois appels à projets, plus de 250 M€ de financements publics issus du quatrième Programme d’investissements d’avenir seront mobilisés.

Le projet de Campus Cyber est aujourd’hui en bonne voie et représente un axe majeur de cette stratégie. « Nous avons finalisé la création de l’entreprise en juillet dernier », souligne Michel Van Den Berghe.

Le Campus Cyber en quelques chiffres :
- 26 000 m² ;
- 10 salariés travaillent aujourd’hui au sein de cette SAS ;
- 112 actionnaires sont rentrés au capital de cette entreprise, qui s’élève à 8 millions d’euros :
- L’État détient 45% de ce capital ;
- Avant même son ouverture, le Campus Cyber fait déjà salle comble et regroupera en son sein 6 grands industriels, 20 PME, une trentaine de start-ups, des associations, des écoles et laboratoires de recherche, des organismes étatiques, tels que l’ANSSI, le ministère des Armées, le ministère de l’Intérieur…

Les activités du Campus Cyber s’organiseront autour de quatre piliers :

- 1. Opérations : réagir face aux attaques
L’objectif sera de faciliter les coopérations et le partage des connaissances pour générer un gain d’efficience par l’union des forces.

- 2. Innovation et R&D : anticiper
Le Campus favorisera le développement de synergies entre les acteurs publics et privés afin d’orienter l’innovation technologique. Le but sera également de rapprocher la recherche et l’industrie, pour faciliter les transferts afin de développer des produits et services de sécurité à forte valeur ajoutée.

- 3. Formation : sensibiliser et créer les talents de demain
L’objectif sera ici de mobiliser le grand public et les entreprises en vulgarisant les enjeux et bonnes pratiques de la sécurité numérique, de former les différents publics pour favoriser une montée en compétences globale, mais aussi de rapprocher le milieu industriel et les écoles pour adapter les formations aux besoins réels de l’écosystème.

- 4. Activation : animer l’écosystème
Enfin, le Campus Cyber souhaite fédérer les acteurs et renforcer les synergies pour contribuer au rayonnement de l’écosystème et sécuriser la société numérique de demain.

Le Campus Cyber est avant tout un projet collectif, qui ambitionne de devenir le « porte-avions de la cybersécurité » et vise à faire émerger les champions français de demain.
Ce projet est également amené à se décliner en régions, comme c’est déjà le cas à Rennes, à Lille… En effet, l’objectif n’est pas de concentrer l’ensemble des acteurs sur Paris, mais bel et bien d’amener la cybersécurité là où les projets se développent.
Et qui sait, ce projet de Campus Cyber pourrait aussi inspirer d’autres acteurs et d’autres écosystèmes et les amener à terme à initier ce type de démarches dans d’autres domaines.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants