Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Explosion des usurpations d’identités de magasins physiques en Octobre 2021 : un nouveau cap franchi par les cybercriminels

octobre 2021 par France Verif

France Verif, start-up française spécialisée dans la lutte contre les escroqueries sur les sites de e-commerce, réalise son baromètre mensuel des « arnaques sur internet » et vient de constater une montée en flèche de ce type d’arnaques qui lèsent aussi bien les e-acheteurs que les commerçants concernés.

France Verif, la start-up française qui propose une solution gratuite pour identifier à 99,79% les escroqueries sur Internet et protéger ainsi les cyberacheteurs, présente la seconde édition de son baromètre mensuel sur les cybers escroqueries. Une édition qui voit apparaitre une inquiétante multiplication des usurpations d’identités de commerces physiques bien réels.

Alors qu’en septembre les invendus d’Amazon, les Box et les Vélos électriques composaient le Top 3 des arnaques ; cette nouvelle arnaque se révèle extrêmement difficile à repérer même pour les personnes très averties

Le Top d’octobre :

Top 1 : usurpation d’identité d’un magasin physique

Alors qu’il y a 4 semaines, ce genre d’arnaque tenait de l’exception. Les IA de France Verif ont constaté une recrudescence de sites frauduleux et dangereux qui usurpent l’identité de vrais commerçants artisans ou petites sociétés. Les escrocs détournent les fiches Google et les numéros de téléphone de ces commerces ce qui les rend très crédibles dans l’esprit des acheteurs qui se méfient moins et, selon les cas, se font dérober leur numéro de carte bancaire ou héritent d’un cheval de Troie, voire plus grave encore.

« C’est une frontière de plus que viennent de franchir les cybercriminels : ne même plus fausser une existence mais usurper l’identité - jusque sur Google ! - d’une enseigne physique, fabricant, artisan etc... » commente Laurent Amar, co fondateur et PDG de France Verif. « Même si les sites en question disparaissent vite, ils ont le temps de faire de gros dégâts tant chez les victimes que pour la réputation de ces commerces qui ne sont généralement pas au courant assez vite pour pouvoir réagir. »

Top 2 : Invendus Amazon.fr

La deuxième arnaque de ce top 3 d’octobre correspond aux sites de cybercriminels qui se présentent comme des revendeurs des invendus d’Amazon.fr.

L’idée générale de cette escroquerie est de rebondir sur le fait que, plutôt que de détruire ses invendus, Amazon devait trouver une solution alternative.

Ces site pirates se présentent donc comme mandatés par le géant du e-commerce pour écouler, à prix cassés bien entendu, ces invendus.

Bien évidemment, l’internaute est séduit et commande des produits mais soit ne les reçoit jamais soit se fait pirater sa carte bancaire.

Top 3 : Vélos électriques

Face à l’engouement des vélos à assistance électrique, les cybercriminels n’ont pas tardé à se saisir de l’opportunité.

L’idée est de proposer des VAE à des tarifs suffisamment intéressants pour susciter l’intérêt (en général entre 10 et 20% de moins que les prix habituels). Bien évidemment, les vélos en question sont de fabrication française et estampillés « vélos français ». Pour optimiser la confiance de l’internaute, ces escrocs sponsorisent des articles dans la presse et les apposent à leurs pages avec la mention « Vu sur le Magazine XX » en insérant le publi-rédactionnel qu’ils ont acheté.

Au mieux la réduction indiquée n’est pas celle réellement appliquée, et au pire le consommateur ne reçoit jamais le vélo qu’il a commandé et payé. Et certains sites envoient le vélo qui n’est absolument pas conforme aux caractéristiques présentées, pouvant aller jusqu’à de graves malfaçons rendant le vélo dangereux.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants