Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Etude de Kensington : Peu d’employés se sentent concernés par les risques du BYOD pour leur entreprise

août 2012 par Kensington

Kensington publie une nouvelle étude qui confirme que, si les employés sont prêts à adopter la tendance BYOD (Bring Your Own Device), la plupart des employeurs n’ont toujours pas mis en place des politiques de sécurité pour éviter la perte de données.

Les résultats d’un sondage effectué auprès d’employés en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, révèlent que 67% des organisations préfèrent autoriser leurs employés à apporter leurs périphériques personnels au bureau plutôt que leur fournir un périphérique d’entreprise. À mesure de la diffusion de la tendance BYOD, ces employés utilisent leurs propres ordinateurs portables, tablettes, iPads et smartphones pour se connecter au réseau d’entreprise et effectuer des tâches quotidiennes telles par exemple l’envoi de message.

Cependant, le sondage de Kensington apporte aussi de mauvaises nouvelles aux employeurs : les employés se préoccupent moins des préjudices subis par leur entreprise, en cas de perte de données confidentielles ou stratégiques, que de l’accès possible par un autre employé à leur contenu personnel et à leurs réseaux sociaux. Moins de la moitié des employés interrogés, 40%, s’inquiètent des conséquences pour leur employeur de la perte ou du vol de leurs périphériques personnels.

De nombreux employeurs ferment les yeux sur ce problème. Un nombre inquiétant de responsables de lieux de travail, 44 %, reconnaissent qu’ils n’ont mis en place aucune politique de sécurité, ni même de conseil, pour les utilisateurs apportant leurs propres périphériques.

« Les résultats du sondage révèlent l’incertitude de la plupart des employés au sujet des risques encourus par les données de leur entreprise sur leurs périphériques, déclare Stephen Hoare, de Kensington. Ils attendent de leur entreprise qu’elle assure la protection des données, par le cryptage et d’autres méthodes de sécurité. »

S. Hoare ajoute : « Bien que la diffusion et l’acceptation de la tendance BYOD sur les lieux de travail soient évidentes, la plupart des personnes ne sont pas préparées à accepter la responsabilité qui l’accompagne. Les employeurs doivent en être conscients, mais ils doivent aussi prendre des mesures proactives pour protéger leurs données. »

Alors que de nombreuses entreprises et de nombreux employés ne semblent pas prendre ce problème suffisamment au sérieux, les directives de l’Union européenne sur la protection des données infligent des amendes élevées pour les violations de données, qui peuvent dépasser 500 000 € dans les cas les plus graves. Le montant de ces amendes sera probablement encore accru avec les amendements apportés à cette législation dans un futur proche. Pour se protéger, les sociétés doivent disposer d’une politique BOYD adaptée, définissant des utilisations acceptables incluant des techniques de cryptage, des méthodes de mots de passe forts, des dispositifs de dissuasion contre le vol, une notification rapide des pertes de périphériques et des possibilités d’effacement à distance.

Une gamme de dispositifs de sécurité contre la perte et le vol

Pour Kensington, la première étape évidente de protection des données d’entreprise sur les ordinateurs appartenant aux employés consiste à mettre en place des politiques généralisées pour que les employés réalisent qu’ils sont responsables de leurs ordinateurs.

S. Hoare explique : « Notre étude a révélé un nombre étonnant d’employeurs encore dépourvus de politiques de sécurité pour les utilisateurs qui apportent leurs propres périphériques au bureau. Ignorer ce problème revient à oublier la clé sur le contact d’un véhicule de fonction ou à laisser la fenêtre d’un bureau grande ouverte en rentrant chez soi. Les employeurs doivent désormais se consacrer à aider leurs employés, afin que ceux-ci assument la responsabilité de la protection des données d’entreprise et en réalisent les conséquences. »

Pour faciliter la protection des tablettes, smartphones et ordinateurs portable contre la perte ou le vol, Kensington propose une gamme de dispositifs de sécurité faciles à utiliser, y compris la ligne de câbles anti-vol pratiques ClickSave, pour une sécurité en un seul clic au moyen d’un verrou facile à manipuler d’une seule main.

Pour accompagner l’évolution constante vers la mobilité des périphériques, la gamme de solutions de sécurité de Kensington s’étend aussi aux tablettes, y compris l’iPad et les modèles Android comme Samsung Galaxy Tab, avec l’étui verrouillable SecureBack pour les tablettes. Les utilisateurs d’iPhone sont également protégés, avec l’attache sécurisée innovante BungeeAir, qui verrouille automatiquement l’iPhone lorsque celui-ci est hors de portée.


Les résultats proviennent d’un sondage effectué par IDC auprès d’employés basés au Royaume-Uni, en France et en Allemagne en juillet 2012. Ce sondage peut être téléchargé à partir de www.kensington.com




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants