Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Etude cybersécurité : 50% des PME ont déjà subi une intrusion sur leur site web et 40% sont attaquées chaque mois

février 2021 par Sectigo®

Sectigo® dévoile son rapport sur l’état de la sécurité des sites web et des cybermenaces.

Malgré le rôle essentiel que joue la cybersécurité pour les entreprises, la prévention des attaques de sites web n’est pas toujours une priorité pour les PME. Selon une nouvelle étude réalisée par Sectigo®, 20% des PME ont été victimes d’une attaque envers leur site web en 2020, alors que près des 3/4 pensaient être prémunis contre ces risques. Le rapport revient notamment sur cet écart de perception, ainsi que les méthodes et la fréquence des attaques de sites web des PME, leur impact, les technologies de sécurité utilisées et enfin les dépenses prévues en matière de cybersécurité pour 2021.

Sectigo® a interrogé plus de 1100 décideurs à travers le monde en matière de sécurité des sites web au sein des PME et a constaté qu’un nombre important d’entreprises ne se sentent pas vulnérables aux menaces en ligne. En effet, 48% des répondants indiquent que leur entreprise est « trop petite » pour être la cible d’une attaque. Pourtant, les cyberattaques se multiplient.

Perception versus réalité

• 50% des PME interrogées ont déjà été confrontées à une violation de leur site web et 20% signalent que leur entreprise a été attaquée au cours des 12 derniers mois. Pourtant, près de la moitié perçoivent leur entreprise comme « trop petite » pour être la cible d’une cyberattaque, et 73% pensent qu’elles se protègent efficacement contre ces risques.

• Plus de 40% des répondants signalent des attaques sur une base a minima mensuelle, avec comme vecteurs principaux : l’utilisation de logiciels malveillants, les violations de données et enfin les attaques et interceptions de mots de passe.

• La majorité des PME interrogées ne pensent pas être vulnérables aux menaces en ligne, à moins d’en subir une. 58% des PME interrogées ayant été récemment attaquées estiment que leur entreprise est désormais « vulnérable » voire « très vulnérable ». A contrario, seulement 30% de celles qui n’ont pas subi de cyberattaque récente considèrent leur entreprise comme « vulnérable » ou « très vulnérable ».

L’impact des cyberattaques : revenus, clients et temps perdus

Parmi les personnes sondées ayant subi une attaque en 2020, seuls 3% ont déclaré n’avoir perçu « aucun impact » sur leur entreprise. 28% ont au contraire signalé des conséquences « graves » voire « très graves ». En effet, 60% ont notamment subi une panne de site web, et plus d’un tiers subissant une perte de revenus.

Le rapport Sectigo® sur l’état de la sécurité des sites web et des cybermenaces a révélé que parmi les PME ayant subi une cyberattaque au cours de l’année écoulée, plus d’un tiers ont perdu des revenus et / ou des clients.

L’analyse des logiciels malveillants, des pare-feu et des outils de sauvegarde de sites web sont les technologies de sécurité les plus couramment utilisées par les PME pour se protéger. Parmi ces dernières, 94% utilisent a minima une solution ou un service pour protéger leurs sites web. Cependant, 37% de celles qui ont été attaquées l’année dernière n’étaient pas suffisamment protégées malgré certains services utilisés. Ces chiffres soulignent ainsi la nécessité d’améliorer ou de renforcer la sécurité du site web de façon urgente.

Faire de la sécurité une priorité en 2021

La fréquence et la gravité des attaques poussent donc de nombreuses PME à augmenter leurs dépenses. 81% des professionnels interrogés pensent que les cyberattaques deviendront de plus en plus sophistiquées, et 75% pensent que les attaques deviendront plus fréquentes dès 2021. Enfin, plus de 72% des répondants déclarent collecter ou stocker des données sensibles via leur site web, et la moitié disent qu’une panne de site aurait un impact sérieux sur l’activité de leur entreprise.

L’étude révèle également que 60% des PME dépensent actuellement 500 $ / mois ou moins pour la sécurité de leurs sites web. Aujourd’hui, près de la moitié des répondants prévoient d’augmenter les dépenses de sécurité cette année. Les PME qui n’ont pas connu de violation récente prévoient de faire des augmentations plus modestes, tandis que celles qui ont été victimes d’intrusion en 2020 prévoient d’augmenter leurs dépenses de près de 30% en 2021 (de 31% à 40% de leur budget global dédié à la gestion de site web).

« Alors que les PME digitalisent de plus en plus leurs pratiques, leurs sites web deviennent un outil essentiel pour communiquer avec les clients et mener leurs activités dans de bonnes conditions. Aucune entreprise n’est donc une cible trop petite ! Les attaques continuent d’évoluer et les hackers sont de plus en plus ingénieux, obligeant ainsi les entreprises à investir dans des solutions multicouches avancées et efficaces contre ces menaces, en constante évolution. » explique Michael Fowler, Président Partners and Channels chez Sectigo®.

« Les entreprises améliorant leur niveau de sécurité font un pas de plus vers la protection de leur marque, de leurs données et de leurs revenus en évitant les pannes de site web, les ransomwares et autres. Mais même si l’augmentation des dépenses de sécurité est prometteuse, les entreprises doivent penser au-delà de leurs certificats SSL. Les outils de sécurité web automatisés et tout-en-un actuels aident les PME à gérer la surveillance, la correction, les performances et la restauration de sites web en peu de temps, garantissant ainsi la continuité parfaite des activités. » déclare Jonathan Skinner, Directeur Marketing chez Sectigo®.


Méthodologie
Le rapport Sectigo® sur l’état de la sécurité des sites Web et des menaces est basé sur une enquête mondiale en ligne menée auprès de 1 167 décideurs en matière de sécurité de sites web dans des entreprises de moins de 500 employés dans 9 pays : l’Australie, le Brésil, la Chine, la France, l’Allemagne, l’Inde, le Mexique, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Les répondants représentent des organisations couvrant une gamme d’industries, avec un accent principal sur la technologie, la vente au détail et les services financiers. L’enquête a été menée en novembre 2020.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants