Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Etude Venafi : 79 % des professionnels de la santé se disent préoccupés par la cybersécurité des données à caractère personnel

mars 2018 par Venafi

Venafi annonce les résultats d’une enquête menée auprès de 122 professionnels de la santé concernant les mesures prises dans ce secteur pour faire face aux cybermenaces. Cette enquête a été réalisée du 5 au 9 mars 2018 à la conférence HIMSS18 à Las Vegas.

Selon cette étude, la plupart des professionnels de la santé interrogés demeurent confiants dans les protocoles de cybersécurité de leurs établissements, en dépit de craintes par rapport à leurs propres données médicales et à l’infrastructure de santé en général. En fait, ils sont 79 % à se dire préoccupés par la cybersécurité de leurs propres dossiers médicaux. En parallèle, 68 % estiment que les établissements au sein desquels ils exercent déploient des mesures suffisantes pour protéger le secret médical et les données à caractère personnel des patients contre les cyberattaques.

Autres constats de l’étude :

• 87 % des professionnels interrogés redoutent que la fiabilité et la disponibilité de l’infrastructure de santé critique puissent être compromises par des cyberattaques.
• Les participants à l’enquête sont partagés quant au rôle des réglementations en matière de cybersécurité. Le tiers d’entre eux (33 %) estiment celles-ci trop nombreuses dans le secteur de santé, alors qu’ils sont 29 % à les juger insuffisantes.
• 76 % des participants pensent que l’ouverture de portes dérobées, par obligation administrative, dans les technologies de chiffrement risquerait de nuire au secret médical et à la confidentialité des données à caractère personnel des patients.

« À l’évidence, les professionnels de la santé sont profondément préoccupés par la protection de leurs propres dossiers médicaux », précise Nick Hunter, responsable senior de la veille sur les menaces chez Venafi. « Malheureusement, la propagation des cyberattaques est semblable à celle des maladies infectieuses ; les assaillants ciblent les victimes à l’hygiène de sécurité douteuse, s’adaptent en un clin d’œil au terrain et ont appris à se servir des défenses de sécurité pour dissimuler leurs activités malveillantes à la vue de tous. Il va falloir un effort concerté à l’échelle du secteur de la santé pour améliorer les résultats dans le domaine de la cybersécurité. »




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants