Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Etude "The Cost of Privacy” : 80 % des Français craignent que leurs données collectées pour le traçage contacts soient utilisées à d’autres fins que pour le COVID-19

juin 2020 par Okta

Cette étude, qui a été menée auprès de plus de 12 000 personnes en Allemagne, en Australie, aux États-Unis, en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni - dont 2 000 en France - s’intéresse à la perception du grand public sur les questions relatives au concept de confidentialité numérique.

Voilà quelques chiffres révélateurs :

• Si 78% des répondants français sont au courant des efforts entrepris par leur gouvernement pour suivre la progression du COVID-19 via la collecte des données depuis leurs smartphones, 80% craignent que leurs données collectées pour le suivi du Covid-19 soient utilisées à d’autres fins.
• Seuls 58% des personnes françaises interrogées (60 % au Royaume-Uni) accepteraient de fournir leurs données de géolocalisation pour aider à la lutte contre le Covid-19
• 86 % des jeunes français (18-34 ans) s’inquiètent que les forces de l’ordre aient accès à leurs informations pour des raisons qui n’ont pas de lien avec le Covid-19.
• Les Français sont les personnes les moins gênées en ce qui concerne la vente de leurs données. Alors que la majorité des Néerlandais (97 %) et des Australiens interrogés (95 %) voient la vente de leurs données d’un mauvais œil, les Français sont seulement 89 % à le voir ainsi.

« Ne nous voilons pas la face : en réalité, nos informations personnelles sont collectées de toutes parts. Les réglementations telles que le RGPD tentent de donner aux individus un peu de contrôle sur leurs données, mais il peut être difficile de comprendre ce qui constitue notre identité numérique, comment ces informations sont utilisées, et quels types de données sont collectées. Étant donné que seul 16 % des français affirme toujours lire les conditions générales des services, les entreprises devraient probablement chercher d’autres façons de les informer de leurs pratiques en matière de collecte de données. » déclare Nicolas Petroussenko, Country Manager d’Okta France




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants