Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Etude Juniper Networks et Vanson Bourne - Cybersécurité : Les entreprises françaises accélèrent les déploiements d’IA pour contrer les cybermenaces

mars 2021 par Juniper Networks et Vanson Bourne

Alors que la menace cyber ne faiblit pas (+255% de signalements d’attaque par rançongiciel selon l’ANSSI), le recours aux technologies basées sur l’intelligence artificielle apparait plus que jamais stratégique.

Auto-apprenantes, ces technologies sont en effet conçues pour permettre de détecter plus facilement les comportements suspects sur un réseau et automatiser la plupart des mesures de cybersécurité pour déjouer les attaques les plus complexes.

Mais qu’en est-il de l’intégration effective des technologies d’IA au sein des solutions de sécurité des entreprises françaises ?

Juniper Networks, leader des réseaux sécurisés basés sur l’intelligence artificielle (IA), présente les conclusions d’une enquête mettant en lumière la maturité des entreprises en matière d’adoption de technologies d’IA et de Machine Learning (ML) au sein de leur portefeuille de sécurité, notamment face à la croissance exponentielle des cybermenaces.

Menée par Vanson Bourne, cette enquête permet d’explorer les perspectives de 500 responsables informatiques en charge de la sécurité et des réseaux dans quatre pays (France, Allemagne, Royaume-Uni et États-Unis). Cette enquête révèle notamment que la France est le pays qui prévoit d’investir le plus dans l’intelligence artificielle cette année. Pour 58 % des responsables IT français, l’intégration de capacités d’IA et de ML sera le principal chantier cybersécurité de 2021 (50 % aux US, 42 % au Royaume-Uni, 51 % en Allemagne).

Voici les principaux points à retenir de l’étude Juniper Networks/Vanson Bourne :

• Les entreprises françaises vont accélérer les déploiements d’IA en cybersécurité en 2021

o 23 % des entreprises françaises ont déjà pleinement intégré l’IA et le ML dans leur portefeuille de sécurité (contre 34 % aux US, 22 % au Royaume-Uni, 26 % en Allemagne).
o 60 % sont en cours de déploiement ou prévoient d’en faire une priorité pour 2021 (contre 58 % aux US, 57 % au Royaume-Uni, 52 % en Allemagne).
o Près d’une entreprise française sur 10 (9 %) ne met pas l’IA sur sa feuille de route avant 3 ans voire n’a à ce jour aucun projet de déploiement de l’IA en cybersécurité pour l’avenir (contre 3 % aux US, 8 % au Royaume-Uni, 13 % en Allemagne).

• La complexité d’intégration est la principale barrière à l’adoption des technologies d’IA en France

o 1 responsable IT français sur 2 (50 %) a cité la complexité d’intégration comme étant la principale barrière à l’adoption de technologies d’intelligence artificielle (IA) ou de machine learning (ML) dans son réseau (contre 46 % aux US, 31 % au Royaume-Uni, 45 % en Allemagne).
o Viennent ensuite le coût de ces technologies, à égalité avec le manque de compétences internes (respectivement pour 33 % des sondés en France), et les problèmes de gestion des données personnelles (25 %).

• L’onde de choc du RGPD se propage jusqu’aux États-Unis

o Les problèmes de gestion des données personnelles sont ressentis plus fortement aux États-Unis qu’ailleurs : 43 % des répondants US considèrent en effet qu’il s’agit une barrière à l’adoption de technologies d’intelligence artificielle (IA) ou de machine learning (ML) dans leur réseau (contre 35 % au Royaume-Uni, 32 % en Allemagne et 25 % en France).
o Les États-Unis sont sans doute plus inquiets de ne plus pouvoir exploiter une certaine catégorie de données que de devoir se conformer à de nouvelles règles comme le RGPD en Europe.

• Les assistants virtuels vont se développer au sein des équipes IT

o 1 responsable IT français sur 2 (50 %) compte sur l’intelligence artificielle pour réduire la surcharge de travail de son équipe (contre 37 % aux US, 35 % au Royaume-Uni, 43 % en Allemagne). Pour de nombreux responsables IT à travers le monde, les assistants virtuels ont clairement prouvé leur intérêt dans le contexte de crise sanitaire. Et la tendance devrait s’intensifier dans les prochains mois, faisant avancer l’idée d’une véritable collaboration homme/machine au sein des équipes informatiques.
o Les autres bénéfices attendus de l’IA et du ML en France sont de faciliter la mise en conformité (41 %), alléger les processus onéreux de correction/mise à jour (40 %) et améliorer la compréhension et la visibilité sur les problèmes (34 %).

• La pandémie impacte les budgets cybersécurité à la hausse dans le monde

o Près de 3 entreprises françaises sur 4 (74 %) prévoient une augmentation de leur budget IT /cybersécurité en 2021 (contre 79 % aux US, 68 % au Royaume-Uni, 69 % en Allemagne).
o Pour 26 % des entreprises françaises cette hausse sera même significative (contre 34 % aux US, 27 % au Royaume-Uni, 20 % en Allemagne).

• Intégration de capacités d’IA et sécurisation du télétravail sont deux priorités en France

o Les entreprises françaises sont celles qui vont le plus investir dans l’IA en 2021 : 58 % des responsables IT français font de l’intégration de capacités IA/ML en cybersécurité une priorité (contre 50 % aux US, 42 % au Royaume-Uni, 51 % en Allemagne).
o Améliorer les capacités de sécurité du télétravail est également une priorité plus pressante en France : 54 % des responsables IT français en font une priorité (contre 42 % aux US, 52 % au Royaume-Uni, 47 % en Allemagne).
o Le troisième axe d’investissement en France cette année sera pour 49 % des répondants l’amélioration des compétences de l’équipe en charge de la sécurité (contre 52 % aux US, 58 % au Royaume-Uni, 39 % en Allemagne).

• L’email reste le principal vecteur d’attaque

o Les malware sont la forme de cyberattaque la plus courante pour les entreprises françaises (pour 34 % des répondants français, au-dessus des autres pays : 28 % aux US, 27 % au Royaume-Uni et 23 % en Allemagne).
o Le phishing et le spear phishing sont la deuxième forme de cyberattaque la plus courante (pour 24 % des répondants en France, 20 % aux US, 37 % au Royaume-Uni et 29 % en Allemagne).
o Depuis le début de la pandémie, environ une entreprise française sur quatre a vu le nombre de cyberattaques augmenter de 20 à 30 % (contre 18% de la moyenne). Les secteurs les plus à risque étant ceux de l’informatique (20 %) et de la distribution (24 %).

Selon Laurence Pitt, Directeur de la stratégie sécurité globale au sein de Juniper Networks : “Les capacités complètes de l’IA en matière de cybersécurité sont encore inexploitées aujourd’hui. Mais la plupart des entreprises savent désormais que l’importance de l’automatisation de la sécurité pour lutter contre les attaques complexes et persistantes d’aujourd’hui n’est pas surestimée. C’est un chantier qui prend du temps, mais rapidement il peut rendre les équipes de sécurité plus efficaces et renforcer significativement la posture des entreprises en matière de protection des données ».




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants