Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Étude G DATA Software et le magazine Chef d’entreprise « Dirigeants de PME, votre réseau informatique est-il bien protégé ? »* : 51 % des PME a déjà subi au moins une attaque informatique

juin 2014 par G DATA Software et le magazine Chef d’entreprise

La marque media Chef d’entreprise et G DATA Software présentent une étude menée par l’institut d’étude Next Content auprès de dirigeants de PME françaises. L’étude montre que dans des structures multiéquipées (ordinateurs, tablettes et smartphones), les entrepreneurs peinent à maitriser la problématique globale de sécurité. Une situation qui les expose à des attaques. Résultat : 51 % des entrepreneurs interrogés déclarent avoir déjà subi au moins une attaque. Et ils sont 33 % à avoir été attaqués plus de 2 fois.

L’étude sur la sécurité informatique des PME révèle qu’en plus de gérer et développer son entreprise, une grande partie des entrepreneurs décide aussi de la sécurité de son parc informatique. Alors que 44 % des personnes interrogées déclarent avoir recours à un tiers pour leur choix en matière de sécurité informatique, ils sont 38 % à être seul décisionnaire sur la question. A noter que le niveau de délégation progresse avec la taille de l’entreprise, les plus grandes structures intégrant généralement des personnes ou services dédiés à l’informatique. Quant à la validation financière, elle ne laisse pas beaucoup de place à la délégation : 79 % des entrepreneurs déclare être seuls décisionnaires lorsqu’il s’agit de valider les budgets de sécurité informatique.

La perte de données comme plus grande crainte

À la question « Que craignez-vous le plus dans une attaque informatique ? », le problème de la perte de données est largement évoqué. 52 % des interrogés craignent ainsi la perte de données clients et 38 % la divulgation de données stratégiques. Un entrepreneur sur trois dit aussi craindre la perte d’activité. Un ensemble de craintes, en phase avec les dernières tendances. La typologie des codes malveillants collectés par le G DATA SecurityLabs depuis 2010 montre en effet que les programmes spécialisés dans le vol de données (spyware) et de prise de contrôle à distance (chevaux de Troie) sont en forte croissance. Si les premiers ont connus une augmentation de 62,8 % entre janvier 2010 et décembre 2013, les seconds atteignent un pourcentage de hausse record de 85,4 %.

Une sécurité relative

Sur la question de la sécurité informatique, les entrepreneurs avouent volontiers ne pas être spécialistes : 20 % seulement disent avoir un bon niveau de connaissance dans le domaine. Ils se disent toutefois confiants dans leur sécurité. 52 % estiment être convenablement protégés et 58 % disent ne craindre que modérément les dangers informatiques. De fait, les protections de base semblent présentes : 91 % annoncent disposer d’un antivirus et 80 % déclarent avoir mis en place une sauvegarde périodique de leurs données. Mais la prise en compte des risques liés aux non-mises à jour régulières des systèmes d’exploitation, à l’utilisation de mobiles et de supports de stockages externes dans l’entreprise est beaucoup moins forte, voire totalement oubliée. Ainsi, l’étude révèle une autre situation inquiétante : 12 % des entreprises interrogées disent n’allouer aucun budget à la sécurité informatique de leur réseau…

1 entreprise sur 2 a déjà subi une attaque

L’absence de protection globale voire l’absence de toute protection se reflète dans le taux d’entreprises attaquées. Ainsi, 51 % des entrepreneurs interrogés disent avoir déjà subi au moins une attaque informatique. Et ils sont 33 % à avoir été attaqué deux fois et plus.

L’attaque comme prise de conscience

L’étude montre que subir une ou plusieurs attaques est un déclencheur. Ainsi, les entrepreneurs ayant déjà subi au moins deux attaques (38 % des interrogés) sont le mieux informés des risques et ceux qui investissent le plus dans des solutions de protection. Leurs mauvaises expériences passées les rendent ainsi plus à même de se protéger.


* Étude réalisée auprès d’un panel représentatif de 50 responsables ayant répondu à l’enquête en ligne réalisée par le magazine Chef d’Entreprise et G DATA Software, avec le concours de l’institut Next Content. Les répondants étaient à 36 % des PME employant moins de 5 salariés, à 36 % des entreprises employant entre 5 et 29 salariés et à 28 % des entreprises de 30 salariés et plus.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants