Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Etude Cisco : La protection de la vie privée joue un rôle fondamental dans le contexte d’une pandémie mondiale

janvier 2021 par Cisco

Aujourd’hui, Cisco publie sa quatrième étude annuelle sur la protection des données, examinant les pratiques des entreprises du monde entier en matière de protection de la vie privée. L’étude a révélé que pendant la pandémie, une importance accrue a été accordée à la protection de la vie privée et les entreprises qui ont adopté des mesures strictes en la matière, ont bénéficié d’avantages. L’enquête indépendante et anonyme a analysé les réponses de 4.400 professionnels de la sécurité et de la protection des données dans 25 pays. Les questions portaient sur les attitudes à l’égard de la légisaltion relative à la protection de la vie privée et, plus précisément, sur les réflexions concernant la communication des mesures de protection de la vie privée à la direction.

• Cette étude mondiale Cisco révèle que le passage rapide au télétravail et la nécessité d’utiliser les informations sur la santé des individus dans le cadre de la pandémie ont suscité de vives inquiétudes quant au respect de la vie privée
• La législation sur la protection de la vie privée a été très bien accueillie dans le monde entier, près de 80 % des professionnels de la sécurité et de la protection de la vie privée ont constaté un impact positif sur leurs organisations
• Une infrastructure en matière de protection de la vie privée et des pratiques de sécurité solides sont essentielles à la reprise économique et sociale post-pandémique
• Les entreprises françaises ont déclaré avoir dépensé en moyenne 1,9 millions de $ en matière de protection de la vie privée
• Pour 80 % des entreprises françaises, les certifications externes en matière de protection de la vie privée sont un facteur d’achat

En cette période de perturbation et d’incertitude due à la pandémie, les citoyens ont soudainement été invités, et parfois obligés à partager leurs informations personnelles pour aider à freiner la propogation de la COVID19. Ils ont également passé une grande partie de leurs journées connectés, ce qui a accéléré une tendance qui aurait normalement pris des années. Ces changements à grande echelle des interactions humaines et de l’engagement numérique ont posé des défis de confidentialité des données pour les organisations qui doivent arrêter la propagation de la pandémie, tout en respectant les droits individuels et la loi. Une préoccupation grandissante partagée par l’ensemble des citoyen qui souhaitent connaitre la manière dont leurs données personnelles sont utilisées.

Parmi les autres conclusions clés du rapport :

• La vie privée est bien plus qu’une simple question de conformité, car les entreprises la considèrent désormais comme un droit humain fondamental et une priorité essentielle.
• 60 % des organisations disent qu’elles n’étaient pas préparées aux exigences de sécurité et de respect de la vie privée qu’implique le passage au travail à distance
• 93 % des organisations se sont tournées vers leurs équipes chargées de la protection de la vie privée pour les aider à relever ces défis
• 87 % des consommateurs ont exprimé des inquiétudes quant à la confidentialité des outils qu’ils utilisent pour travailler, interagir et se connecter à distance
• 90 % des organisations communiquent désormais des données sur la protection de la vie privée à leur conseil d’administration.
• La protection de la vie privée est en passe de devenir une exigence non négociable lors de la numérisation et de la réalisation d’objectifs commerciaux.
• Plus de 140 juridictions ont maintenant adopté des lois sur la protection de la vie privée, et près de 80 % des personnes interrogées ont estimé que ces lois avaient un impact positif.
• La plupart des individus sont d’accord pour partager des informations sanitaires pour la sécurité sur le lieu de travail et en réponse aux pandémies, mais sont mal à l’aise avec d’autres utilisations telles que la recherche.
• 57 % ont permis l’utilisation des données par les employeurs pour contribuer à la sécurité sur le lieu de travail. Tandis que moins de la moitié ont accepté la localisation, la recherche de contacts, la divulgation d’informations sur les personnes infectées et l’utilisation d’informations individuelles pour la recherche.
• Le respect de la vie privée et l’écosystème plus vaste de la cybersécurité joueront un rôle clé dans la croissance et la reprise économiques post-pandémie COVID-19.
• Alors que les économies et les communautés reprennent petit à petit, de nombreux défis mettront à l’épreuve la manière dont les gouvernements, les entreprises et les particuliers collectent, gèrent et protègent les données personnelles afin de trouver un équilibre entre les droits individuels et l’intérêt public.
• Les investissements dans le domaine de la protection de la vie privée restent attrayants, 75 % des organisations y voient une valeur commerciale importante pour diminuer les pertes de sécurité, d’agilité et d’innovation. Une opportunité également pour améliorer l’efficacité opérationnelle et renforcer la fidélité et la confiance des clients.
• Plus d’un tiers des organisations obtiennent des bénéfices d’au moins deux fois leur investissement.

« Le respect de la vie privée est devenu une réalité. Il est désormais reconnu comme un droit humain fondamental, devenant une priorité essentielle pour la direction. » a déclaré Harvey Jang, Cisco Vice President and Chief Privacy Officer. « Avec l’accélération du travail nomade, la protection de la vie privée a pris énormément d’importance pour favoriser la numérisation, la résilience des entreprises, l’agilité et l’innovation. »




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants