Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Etude 2015 Olfeo sur l’utilisation d’internet au bureau dans 5 pays Européens

avril 2015 par Olfeo

Editeur français d’une solution de proxy et filtrage de contenus Internet, Olfeo publie les résultats de l’édition 2015 de son étude « Réalité sur l’utilisation d’Internet au bureau » en France mais aussi, et pour la première fois cette année en Allemagne, en Belgique, au Luxembourg et en Suisse. Celle-ci permet d’évaluer les tendances de l’utilisation d’Internet et de mettre en avant les enjeux à maitriser pour les entreprises (productivité, disponibilité de la bande passante, juridique, sécurité, etc.). Comme l’année passée l’étude révèle son lot de surprises !

« Un employé passe en moyenne 1h53 par jour sur Internet », précise Alexandre Souillé, président d’Olfeo. « On sait que sur ce temps, la part du surf personnel est importante. Au delà des chiffres, notre rapport à fait émerger cinq enjeux majeurs que les entreprises se doivent de maitriser. Parmi ceux-ci on relève le risque d’impact du surf personnel sur la productivité, les risques de sécurité (programmes malveillants, attaques ciblées, etc.), les risques juridiques (contenus illicites, visites de sites interdits, téléchargement illégal, etc.), le risque d’impact sur la bande passante en cas de consultation de sites de vidéos par exemple, et enfin le risque de porter atteinte à l’e-réputation de l’entreprise en cas de problème. Ne pas tenir compte ou maitriser ces enjeux peut aujourd’hui être lourd de conséquences pour une organisation comme l’illustrent les chiffres de notre rapport. »

Un impact économique à ne pas négliger

Lorsque l’on additionne les 50 minutes quotidiennes, on constate que cela représente plus de 5 semaines par an passées par un employé à naviguer à des fins personnelles au bureau. D’un point de vue financier, ce coût pour un employé de bureau représente près de 1,2 mois de salaire par an, soit une perte annuelle de 6 656€ pour un employé.

« Les salariés des 5 pays étudiés se connectent à Internet principalement en milieu de journée entre 11h et 15h », précise Alexandre Souillé. « D’autres pics de connexion sont observables en début et fin de journée démontrant que le problème peut parfois s’étaler. Il est donc essentiel de fixer des règles quant à l’utilisation du net et de mettre en place des solutions à la fois à la fois technique et juridique afin de d’encadre les usages ».

Quels contenus sont plébiscités au bureau ?

Au niveau des catégories de sites les plus visitées au bureau le trio de tête est composé des sites d’actualités et médias ; les blogs, les forums, les wikis et portails et enfin les réseaux sociaux.

Top 10 des catégories de sites les plus visitées au bureau par pays

On peut relever que l’usage d’internet au bureau quel que soit le pays est tourné principalement vers l’information et l’interaction.

Au niveau des sites les plus consultés au bureau (hors moteurs de recherches et applications internes) dans chacun des pays on peut noter que si Facebook arrive en tête des sites les plus visités au bureau dans les 5 pays, on retrouve toujours le même trio de tête avec Youtube et Wikipedia qui arrivent chaque fois en deuxième ou troisième position sur le podium.

« Au delà des résultats, il est également important de prendre en compte le fait que chaque pays a son propre cadre juridique et culturel et qu’il est donc important d’utiliser une solution d’encadrement qui tiennent compte des spécificités locales », souligne Alexandre Souillé. « Ainsi par exemple sur l’ensemble des pays concernés par l’étude on peut signaler que l’Allemagne est le seul pays où l’usage personnel d’Internet au bureau peut être strictement interdit dans le règlement intérieur. Il est donc important pour une organisation implantée dans plusieurs pays de tenir compte des usages et des lois (droit de filtrer, de loguer, contenus illicites, etc.) en vigueur dans chacun des territoires avant de faire le choix d’une solution de filtrage. »




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants