Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Entreprise, sécurité et Internet des Objets

octobre 2021 par Vanson Bourne

Le recours rapide au travail hybride engendré par la pandémie de COVID-19 a vu augmenter le nombre d’appareils connectés aux réseaux des entreprises, lesquelles peinent à identifier et à sécuriser les appareils domestiques intelligents, comme les équipements de sport, les babyphone et les distributeurs d’aliments pour animaux. Ces objets connectés sont des portes d’entrées pour les cybercriminels et augmentent leur surface d’attaque pour compromettre les réseaux, postes de travail des entreprises.

Tel est l’avis de 69% des décideurs informatiques français interrogés (78% le déclarent à l’échelle mondiale) dans le cadre de la deuxième enquête annuelle sur l’Internet des objets (IoT) menée par Vanson Bourne pour Palo Alto Networks. L’enquête a été réalisée auprès de 1 900 décideurs informatiques répartis dans le monde. Elle porte sur les principaux problèmes de sécurité liés à l’internet des objets.

A l’échelle mondiale, le rapport indique que selon 72 % des décideurs informatiques interrogés, le passage au travail hybride qui s’est opéré pendant la pandémie a eu pour effet de faire augmenter dans leur entreprise le nombre d’incidents de sécurité liés à l’IoT.

A l’échelle mondiale, 78 % déclarent que pendant la pandémie, le travail à distance a conduit à une augmentation du nombre d’incidents de sécurité liés à l’IoT. On définit un incident de sécurité comme un événement qui est susceptible d’indiquer la présence d’une attaque contre le réseau d’une entreprise.

« Cette étude est une piqûre de rappel pour tous les responsables informatiques. Si le potentiel de l’Internet des Objets est indiscutable, il est aussi source de vulnérabilités pour les réseaux d’entreprise. Les hackers disposent avec l’IoT d’une porte d’entrée idéale pour s’y infiltrer, disséminer des ransomwares, voler des données ou bien encore lancer des opérations de minage clandestines (crypto jacking). Du shadow IT à l’hygiène numérique, il n’y a qu’un pas qu’il s’agit de faire pour favoriser le déploiement et l’usage des objets connectés en toute sécurité » commente Thierry Karsenti, VP EMEA Systems Engineering chez Palo Alto Networks.

Le rapport indique également que pour 96 % des décideurs informatiques interrogés dans le monde, leur entreprise doit améliorer sa façon d’appréhender la sécurité IoT. Ce chiffre fait écho aux 95 % de répondants de l’enquête de l’an dernier, qui avait montré que sur ce point les entreprises peuvent encore progresser – probablement parce qu’elles étaient alors focalisées sur la nécessité de faire passer leurs réseaux au télétravail.

« La réalité est que le passage temporaire au travail à distance/hybride pendant la pandémie est désormais la « nouvelle norme » pour de nombreuses organisations à travers le monde, y compris la nôtre. L’adoption de l’IoT est rapidement devenue un catalyseur commercial, mais c’est aussi un défi de sécurité pour les équipes en charge des réseaux et de la sécurité », rappelle Ryan Olson, vice-président des renseignements sur les menaces, pour l’Unit 42 chez Palo Alto Networks. « Il y a une responsabilité partagée entre les employés et les employeurs pour assurer la sécurité. Les travailleurs à distance ou hybride doivent être conscients des appareils à domicile qui peuvent se connecter aux réseaux d’entreprise via leur routeur domestique. Pendant ce temps, l’entreprise doit mieux surveiller les menaces et l’accès aux réseaux et créer un niveau de segmentation pour protéger les employés distants et les actifs les plus précieux de l’organisation. »

Le rapport en chiffre :

69 % des décideurs informatiques interrogés en France déclarent que leur organisation a constaté une augmentation du nombre d’appareils IoT connectés au réseau d’entreprise au cours de l’année écoulée

● Pour 72% de ces décideurs, le recours au travail hybride pendant la pandémie a conduit à une augmentation du nombre d’incidents de sécurité liés à l’IoT.

● Une nouvelle étude de Palo Alto Networks nous apprend que l’apparition des babyphone, des distributeurs d’aliments pour animaux et des équipements de sport sur leurs réseaux rend les entreprises vulnérables.


Méthodologie de l’enquête
L’enquête a été réalisée par Vanson Bourne auprès de 1 900 décideurs travaillant dans des entreprises de plus de 1 000 personnes situées dans 18 pays ou régions : Etats-Unis, Canada, Brésil, Royaume-Uni, France Allemagne, Pays-Bas, Moyen-Orient, Espagne, Italie, Irlande, Australie, Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour et Taïwan.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants