Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Enseignement à distance : seuls 23 % des parents français ont supervisé les activités en ligne de leurs enfants pendant le confinement

septembre 2020 par Avast

Avast présente les résultats de son étude internationale sur les comportements des élèves à distance, pendant la période de confinement. L’ensemble des données démontrent que les enseignants et les parents ont réussi à s’adapter à la situation et à mener à bien les missions éducatives, notamment les devoirs, grâce aux plateformes et outils numériques à leur disposition. Cependant, de nombreuses lacunes ont été observées, en particulier en termes de prévention des jeunes enfants sur la confidentialité et la sécurité en ligne.

Temps passé en ligne - Les parents sont conscients de l’importance de la sécurité en ligne et veulent protéger au maximum leurs enfants lorsque ces derniers sont connectés à Internet. Néanmoins, ils admettent que, lors de la crise sanitaire, ils n’ont pas eu suffisamment de temps disponible pour superviser leurs activités en ligne. Ainsi, en France, en dehors du temps scolaire, un enfant sur deux a passé plus de 2 heures par jour sur Internet, et 15 % étaient même connectés plus de 4 heures quotidiennement.

Prévention & protection - Un tiers des parents (34 %) affirme surveiller régulièrement les applications utilisées par leur progéniture, et contrôlent également les interlocuteurs et le contenu de leurs conversations sur les messageries en ligne. Seuls 44 % des répondants affirment protéger l’appareil de leurs enfants à l’aide d’un programme antivirus, et 23 % utilisent des logiciels de contrôle parental. Par ailleurs, un parent sur cinq (18 %) connait le mot de passe des comptes de réseaux sociaux de ses enfants, et 14 % n’hésite pas à bloquer directement les contacts, applications et sites web jugés inappropriés. Discuter avec les enfants, particulièrement en amont et lors des premières navigations, est essentiel puisque cela leur inculque les bons comportements à avoir et les aide à reconnaitre ceux qui peuvent être dangereux.

« Seul un parent sur cinq prend les précautions nécessaires afin d’assurer à ses enfants une protection adéquate en ligne, analyse Bastien Dubuc, Country Manager France chez Avast. Nous avons également constaté chez Avast une augmentation de 20 % des cyberattaques par ransomwares dans le monde, pendant la période de confinement. Par conséquent, l’éducation et la prévention des enfants quant aux risques présents sur Internet est un enjeu décisif. »

Confidentialité - Plus de 35 % des parents français rapportent que les enseignants n’ont pas sensibilisé leurs élèves aux règles de sécurité en ligne, notamment sur la notion de droit d’auteur ou de cyberharcèlement. D’après l’étude, seule la moitié des professeurs suivaient en effet scrupuleusement la confidentialité imposée par la situation, comme par exemple le fait de ne pas partager un travail avec des parents ou d’autres élèves, sans demander la permission au préalable. Bastien Dubuc explique que « l’une des difficultés, en termes de protection des données personnelles des enfants, est le partage de travaux scolaires et de documents pouvant contenir des informations sensibles. En France, près de 16 % des élèves ont vu leur travail partagé sur des plateformes web accessibles à leurs camarades de classe et aux parents. »

Outils utilisés – En France, afin d’accéder à leurs cours en ligne, 33 % des enfants utilisent un réseau sans fil, et ce via leur téléphone portable pour 21 % d’entre eux, ou encore leur propre ordinateur portable (29 %). Cependant, 28 % des élèves de l’hexagone ont dû emprunter un ordinateur portable à un autre membre de la famille et uniquement 32 % des enfants avaient accès à une imprimante, alors que l’enseignement à distance impose des impressions. La crise sanitaire a, de ce fait, révélé et creusé de nombreuses inégalités sociales.

Par ailleurs, les enseignants français ont principalement communiqué avec les élèves et fait la classe grâce à des logiciels de visioconférence sécurisés par des codes (39 %), ou encore via des blogs, des forums, des chats et des services de stockage et de partage de fichiers en ligne (37 %). Afin de faciliter l’accès aux cours, 27 % des enseignants ont même filmé et publié des vidéos sur YouTube. L’étude révèle également que les enfants se sont montrés particulièrement proactifs pendant la période, en échangeant sur leurs devoirs avec des camarades de classe via des applications de chat (29 %) et plus d’un tiers d’entre eux utilisaient quotidiennement les applications éducatives recommandées par le corps enseignant.

Bilan du télé-enseignement

Au premier abord, l’enseignement à distance a suscité beaucoup d’inquiétude de la part des parents et a constitué un véritable défi pour une majorité des professeurs, peu habitués à utiliser des outils numériques. Pourtant, l’étude révèle que 50 % des parents en France sont satisfaits de l’apprentissage à distance de leurs enfants, lesquels ont en outre gagné en responsabilité et en indépendance en apprenant dans de telles circonstances. Toutefois, un parent sur cinq admet avoir été particulièrement insatisfait de l’enseignement dispensé, et 29 % d’entre eux évoquent s’être sentis surchargés par la tâche supplémentaire de l’école à la maison.

Actuellement, l’Education Nationale entame un changement durable en faveur du télé-enseignement et de la digitalisation du système scolaire en multipliant les initiatives et les outils afin de faciliter les communications et le suivi des élèves de plus en plus enclins à utiliser des appareils numériques pour suivre leurs cours ; et ce quel que soit leur niveau. Dans l’objectif d’accompagner cette évolution, il est donc conseillé aux parents d’installer un antivirus sur les appareils utilisés par les enfants, afin de pouvoir détecter et limiter les menaces qui s’introduisent dans le système ; de protéger les accès à des plateformes grâce à des mots de passe forts, couplés à une double authentification ; mais également de définir des règles permettant de limiter le temps des enfants devant les écrans, tout en expliquant la nécessité d’un contrôle parental. Ils doivent ainsi apprendre comment naviguer en ligne en toute sécurité et à se méfier de certaines attaques et menaces dont ils peuvent être la cible.

En ce qui concerne les professeurs, chiffrer les documents contenant des données sensibles tout en limitant la diffusion et le partage de certains devoirs avec leurs camarades de classe, les aidera à mieux gérer la confidentialité des enfants. Par ailleurs, les enseignants peuvent profiter de la situation actuelle pour expérimenter les différents supports pédagogiques et les outils d’apprentissage en ligne afin d’évaluer comment les ressources actuelles peuvent être exploitées pour suivre les élèves dans leur formation et les aider individuellement à perfectionner les acquis.

Par ailleurs, outre l’apprentissage purement scolaire, le télé-enseignement offre la possibilité aux enseignants et aux parents d’inculquer aux écoliers, aux collégiens et aux lycéens comment utiliser les technologies à bon escient et naviguer sur les plateformes éducatives en ligne en toute sécurité.


*Menée en juin 2020, l’enquête Avast est composée d’un échantillon de 500 répondants pour chaque pays (République tchèque, Slovaquie, Allemagne, France, Grande-Bretagne, USA, Australie, Brésil, Argentine, Mexique, Russie et Japon).




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants