Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Enquête Unisys Security Index : les Français sont les plus préoccupés par les questions de cybersécurité en Europe

octobre 2021 par Unisys

Selon le nouvel Unisys Security Index™ 2021, les préoccupations des Européens en matière de cybersécurité sont à leur plus haut niveau depuis 15 ans. Parmi les pays d’Europe les plus sensibles à ces questions figurent :

• la France, avec un score de 159, en hausse de 6 points par rapport à l’année dernière,
• la Belgique, avec un score de 146, soit 5 points de plus qu’en 2021,
• l’Allemagne, avec une augmentation de 9 points, ce qui donne un score de 130,
• et les Pays-Bas, avec une augmentation significative de 25 points, soit un score de 124.

Le rapport, qui examine les attitudes en matière de sécurité de 11 000 consommateurs dans le monde, dont 5 000 en Europe, montre également une augmentation particulière des préoccupations en matière de sécurité financière. Les préoccupations en matière de sécurité personnelle et nationale ont légèrement baissé par rapport à 2020 mais restent supérieures aux niveaux de 2019.

"Alors que l’année dernière, la principale préoccupation des Français était la sécurité nationale, cette année, ils se concentrent sur la sécurité sur Internet. C’est sans doute l’effet d’une année ou les menaces cyber ont fait l’actualité à côté de la crise du Covid 19. Les attaques dont les Français ont été témoins les ont sans doute fait ressentir cette pression qui pèse sur notre industrie, notre société et même sur le système de santé. Les attaques sur le système hospitalier alors que la crise était à son paroxysme ont sans doute pesé lors de cette enquête,” commente François Mazars, Business Development Senior Manager Security chez Unisys. “C’est une évolution notable pour laquelle l’ensemble de la communauté doit se mobiliser ce qui prendra du temps et doit mettre en œuvre une politique adaptée. C’est donc, aujourd’hui, dans ce cadre que l’ANSSI en France œuvre pour accompagner les entreprises et collectivités, mais aussi mobiliser les initiatives et développer une industrie souveraine européenne."

Malgré des inquiétudes croissantes, les Français ignorent volontairement ou no les cybermenaces, faisant courir des risques aux particuliers et aux entreprises.

Les principales conclusions sont les suivantes :

• Plus de la moitié des Français (59 %) ne se méfient pas de cliquer sur des liens suspects dans les courriels ou les SMS.
• Un tiers des Français (34 %) ont utilisé des appareils fournis par leur employeur pour des achats personnels en ligne. Un quart (23%) les utilisent même pour jouer à des jeux.
• Seuls 17 % des Français connaissent les organismes auxquels ils peuvent signaler les arnaques.

Ces résultats constituent un avertissement sévère pour les consommateurs et leurs employeurs, alors que les cyberattaques continuent de gagner en ampleur et en complexité, et que de nombreuses organisations continuent de naviguer dans des environnements de travail à distance et hybrides.

L’étude montre également que les relations entre les employés et leurs employeurs sont de plus en plus tendues, les préoccupations en matière de sécurité sur Internet s’ajoutant au malaise des employés face à la surveillance du travail à distance par l’employeur. En effet, 30 % des employés ont déclaré qu’ils ne seraient pas à l’aise avec un quelconque niveau de surveillance, tandis que seulement 28 % étaient à l’aise avec le fait que leur employeur surveille leurs heures de connexion et de déconnexion.

"Avec les cyberattaques constamment en une des journaux, il n’est pas étonnant que l’utilisateur moyen ressente une certaine lassitude à l’égard des violations de données", a déclaré Salvatore Sinno, architecte en chef de la sécurité et directeur de l’innovation en cybersécurité chez Unisys. "Nos résultats montrent que cette fatigue est commune à toute l’Europe, mais ce comportement met en danger de nombreuses entreprises. Sans solution de cybersécurité appropriée pour leur réseau, en un seul clic un télétravailleur peut mettre en danger l’ensemble de l’entreprise. C’est pourquoi les dirigeants doivent repenser comment et où concentrer leur attention. Les organisations ne doivent pas se contenter d’organiser des programmes de formation en sécurité pour les employés, elles doivent également se tourner vers des outils capables de crypter les données en mouvement, de segmenter le réseau afin qu’un intrus ne puisse pas s’y déplacer latéralement, et de renforcer les mesures d’authentification des identités et des accès."

La moitié des Français ne sont pas à l’aise avec le passeport numérique de santé

Alors que le passeport numérique de santé est désormais obligatoire dans la plupart des lieux publics, seuls 33% des Français âgés de 18 à 24 ans se disent à l’aise avec son utilisation uniquement si la sécurité de leurs données personnelles est garantie, tandis que 12% se disent mal à l’aise car le risque de piratage de leurs données personnelles est trop élevé. Les personnes âgées de 45 à 54 ans semblent être les plus réticentes, puisque 19% d’entre elles déclarent ne pas être à l’aise du tout avec un passeport numérique de santé.


Le Security Index 2021 d’Unisys : 15 ans et ça continue

Le Security Index 2021 d’Unisys est l’enquête la plus ancienne sur les préoccupations des utilisateurs en matière de sécurité, en Europe et dans le monde. L’Index 2021 a interrogé plus de 11 000 utilisateurs dans 11 pays, en juillet 2021. Unisys Corporation (NYSE : UIS) a évalué leurs comportements sur un large éventail de questions liées à la sécurité personnelle, nationale, Internet et financière. Sur une échelle de zéro à 300 - 300 représentant le niveau de préoccupation le plus élevé - l’indice se situe maintenant à 162, un niveau de préoccupation sérieux, tous les pays européens se situant en dessous de la moyenne mondiale.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants