Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

EY Global Consumer Privacy Survey 2020 Covid-19 : quel impact sur le partage des données personnelles ?

décembre 2020 par EY

Si la crise sanitaire a bouleversé l’utilisation des services et plateformes numériques, elle a également impacté l’attitude des consommateurs à l’égard de la protection de leurs données personnelles et a modifié leur comportement. EY publie les résultats d’une étude menée auprès d’environ 2 000 consommateurs à travers le monde, qui analyse les changements d’attitudes en la matière.

Parmi les grands enseignements de l’étude :

• Malgré des perspectives incertaines, la pandémie a renforcé la volonté des consommateurs de contrôler leurs données personnelles. Lorsqu’ils choisissent de les partager avec une organisation, la majorité d’entre eux ont indiqué que la sécurité de la collecte et du stockage était le plus important (63 %), suivent ensuite le contrôle des données partagées (57 %) et la confiance dans l’entreprise qui collecte leurs données (51 %). De plus, la capacité d’une organisation à contrer les violations de données et les cyberattaques se classe au deuxième rang des facteurs les plus susceptibles de renforcer la confiance des consommateurs interrogés.

• Si le respect de la vie privée reste une priorité constante, la pandémie a augmenté les niveaux de sensibilisation des consommateurs sur ce sujet : 54 % d’entre eux déclarent que la pandémie leur a permis de prendre davantage conscience des données personnelles qu’ils partagent. « Ils considèrent également que la Covid-19 est un facteur plus impactant de sensibilisation à la protection des données que ne l’ont été les changements réglementaires, tels que le RGPD ou le California Consumer Privacy Act (CCPA) (43 % contre 25 %) » détaille Pascal Antonini, associé EY Consulting.

• La moitié des consommateurs interrogés déclare que la pandémie les a poussés à partager leurs données personnelles s’ils savent que cela contribue à l’effort de recherche et/ou au bien-être de la société.

• Au cours des six derniers mois, 45% des consommateurs répondants déclarent avoir pris le temps de comprendre comment une entreprise utilise leurs données, 36% ont partagé des données de santé liées à la Covid-19, et la même proportion a choisi de ne pas fournir de données personnelles ou a demandé à une entreprise de supprimer leurs données en raison de problèmes de réputation liés à son utilisation.

• Les jeunes générations sont plus confiantes pour partager leurs données : 50 % des millennials se disent prêts à partager leur historique de recherche afin d’obtenir une expérience en ligne plus personnalisée, contre 23 % pour les Baby-Boomers.

• Deux tiers (66%) des baby-boomers indiquent qu’un manque de contrôle sur l’accès de tierces parties à leurs données diminue le niveau de confiance qu’elles placent dans une organisation. C’est le taux le plus élevé de toutes les générations dans l’étude.

• Parmi les baby-boomers interrogés, seuls 14% font confiance aux réseaux sociaux en matière de gestion de leurs données contre 20% pour les moteurs de recherche, 55% pour le gouvernement et 51% concernant les institutions financières.

A propos de l’enquête
Entre juillet et août 2020, EY, en collaboration avec Longitude, a interrogé 1 901 consommateurs à travers les zones Amériques, Asie Pacifique, Europe, Moyen-Orient, Inde et Afrique (EMEIA).
Le questionnaire de l’enquête portait sur les attitudes et les approches en matière de protection et de partage des données personnelles, sur les attentes concernant la manière dont les organisations utilisent les données personnelles et sur la manière dont la protection des données personnelles devrait évoluer dans le monde post-covid-19.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants