Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

ESIEA et rapport Bockel : « il faut renforcer les liens avec la communauté des hackers »

juillet 2012 par ESIEA

Comme vous le savez, le sénateur et ancien Ministre Jean-Marie Bockel a dévoilé il y a quelques jours son rapport parlementaire sur la cyberdéfense. Ses recommandations rejoignent souvent celles des enseignants-chercheurs de l’ESIEA (Ecole Supérieure d’Informatique, Electronique, Automatique), expressément cités dans son rapport.

L’expertise de l’ESIEA sur les problématiques liées à la cyberdéfense et la cybersécurité n’est plus à prouver. Souvent consultée sur ces questions, l’Ecole vient récemment d’intégrer le comité scientifique du FIC (Forum International de la Cybersécurité) sous le haut patronage du Premier Ministre.

D’après les informations recueillies par Jean-Marie Bockel, il conviendrait de renforcer les liens avec la « communauté de hackers » présente en France. L’ancien Ministre reprend ainsi une position souvent exprimée par les chercheurs de l’ESIEA et notamment par Eric Filiol, Directeur de la Recherche de l’ESIEA et de l’un de ses laboratoires en Cryptologie et Virologie Opérationnelles (CVO).

Extraits du rapport parlementaire

(...) La « communauté des hackers »serait estimée en France à environ 4 000 personnes. Nombre d’entre eux seraient désireux de mettre leurs compétences et leurs talents au service de notre pays.

Ainsi, selon M. Eric Filiol, directeur du laboratoire de sécurité informatique de l’Ecole Supérieure d’Informatique Electronique Automatique (ESIEA), « il faut chercher les ressources là où elles sont. Chez les hackers que l’on a tendance à diaboliser à l’excès ».(...)

Comme le souligne M. Eric Filiol, « depuis quatre ans, les avancées majeures en matière de cryptanalyse ne sont plus publiées dans les conférences académiques mais dans les conférences de hackers ». À ses yeux, il existe une véritable fracture en France entre « un monde d’anciens qui administrent mais qui ne comprennent rien à la technique et de jeunes hackers qui maîtrisent mais qui n’administrent pas ».


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants