Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Distributeur de billets piraté à Paris - quand les cybercriminels visent les DAB - Kaspersky Lab

avril 2018 par Kaspersky Lab

Ce lundi, un pirate informatique a été arrêté dans le XVème arrondissement de Paris pour avoir volé un distributeur automatique de billets à l’aide d’un ordinateur. Son butin s’élève à plus de 20 000€. L’histoire semble à peine croyable en plein cœur de la capitale et pourtant l’utilisation de techniques de piratage informatique contre les DAB n’a rien d’exceptionnelle.

Les DAB sont depuis des années la cible des escrocs et l’arrivée de cybercriminels sur ce segment n’était qu’une question de temps. Kaspersky Lab, spécialiste de la cybersécurité, identifie et traque depuis plusieurs années les groupes qui s’en prennent aux distributeurs, pour étudier leurs techniques. En 2017, ils ont notamment mis au jour le cas d’une attaque à distance (ATMitch).

« Les distributeurs automatiques de billets peuvent être une cible facile pour les cybercriminels car ils regroupent plusieurs vulnérabilités. Tout d’abord, ils ne sont ni plus ni moins que des ordinateurs, souvent contrôlés par des systèmes d’exploitation assez anciens qui ne sont plus maintenus, de type Windows XP. D’autre part, les attaques physiques contre les DAB ont longtemps été la norme, ou le vol de carte bancaire, laissant croire que la sécurité informatique n’était pas une priorité. La plupart des machines en circulation n’ayant pas été pensées pour résister à une cyberattaque, les cybercriminels peuvent donc espérer récupérer d’importantes sommes d’argent sans avoir à imaginer des stratagèmes complexes et couteux. Les banques françaises sont de plus en plus sensibilisées au problème, mais avec plus de 100 DAB pour 100 000 habitants en 2015, la mise en action d’une protection efficace sur l’ensemble du territoire prendra du temps, » explique Tanguy de Coatpont, directeur général de Kaspersky Lab France.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants