Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Diskeeper Europe : Une nouvelle ère du stockage

décembre 2010 par Diskeeper Europe

La croissance exponetielle du besoin de stockage de données est menée par l’age Informatique et la soif intarrissable du public pour toujours plus d’information, dont la complexité et taille sont grandissantes qu’il s’agisse des applications, OS ou et données.

Une autre influence sur le monde IT a été les régulations gouvernementales. Ces régulations produisent des documents crées pour gérer les échanges entre certaines sociétés, la rétention de leur information et la sécurité de celles-ci. Beaucoup dans cette industrie se doivent de tout stocker pour des périodes allant jusqu’à 7 ans afin d’être en règle avec ces régulations. Effacer des fichiers est devenu tabou.

Une industrie du stockage grandissante a poussé en réponse à ce nouvel age. Les fabricants de hard ware ont du rapidement augmenté leur capacités de stockage. Les solutions de stockage avancées telles que le stockage sur cloud, Storage Area Networks (SAN), Network Attached Storage (NAS), gestion du stockage t (e.g., deduplication, thin provisioning) logiciel, et solutions d’archivage d’e-mail continuent de faire les choux gras d’une industrie en plein boom.

Besoins en nouvelles pratiques de maintenance

Dans ce nouveau climat, il est important de re-examiner les vieilles croyances pour s’assurer que nos pratiques de stockage et de gestion des systèmes sont suffisantes dans les environnements d’aujourd’hui. Prenons par exemple une entreprise moderne en environnement SAN. Dans ces conditions, la programmation du process des fichiers est de plus en plus peu pratique, étant donné le taux final (terabytes+) de fichiers à gérer. Des designs alternatifs fonctionnants uniquement sur fichiers changeants (au niveau du bloc) sont de plus en plus communs. Les snapshots SAN sont un des exemples de la protection des données en continuité utilisées pour augmenter et parfois remplacer les fichiers backup programmés.
La technologie de l’information a besoin de s’adapter en permanence aux demandes changeantes du business. La gestion du stockage est un sujet crucial et le besoin d’en maximiser l’efficacité est maintenant plus vital que jamais

La fragmentation des disques prévaut plus que jamais

Aujourd’hui, les fichiers à gros volumes se trouvent en plus grande quantité qu’auparavant. Cette augmentation du nombre des fichiers ne demande pas seulement des capacités de stockage plus importantes mais aussi, à cause des problèmes de fragmentation inhérents, chargent le système du disque local d’un fardeau supplémentaire afin d’enregistrer les fichiers de manière contigüe. Alors que les fichiers sont effacés, l’espace laissé libre sera redistribué a travers le disque de manière aléatoire. Ces segments d’espace libres non-contigus encouragent la création de nouveaux fichiers à des endroits ou ils ne peuvent être écrit de manière contigüe.
De manière générale : plus on a de fichiers, plus il y a fragmentation. Un autre problème de fragmentation est généré par la taille grandissante des fichiers. Le document typique Word ou PowerPoint® est plus grand que jamais. Les fichiers image et video communément utilisés aujourd’hui contribuent a ce phénomène. La taille augmentée des fichiers a un lien direct avec la fragmentation.
Avec la croissance exponentielle des besoins en stockage, gérer les fenêtres backup sur Windows devient un vrai challenge lors de la création de l’architecture de stockage. Gérer la fragmentation est fondamental sur le backup Windows. Beaucoup d’administrateurs des systèmes se battent contre l’expansion constante du backup Windows. En effet, il n’est pas rare que des fichiers basés en backup Windows excèdent 24h, obligeant les managers du stockage à trouver des solutions pour la protection, la séparation et la déduplication des données, au travers de matériel couteux et autres stratégies pour éviter la perte de données. Des études récentes montrent que défragmenter avant d’effectuer un backup peut réduire le temps de backup de 69%1, rendant la tache plus gérable. Cela procure au moins le temps de chercher des solutions plus durables Pas seulement un problème sérieux

On croit à tort que dans un contexte d’entreprise typique les fichiers utilisateurs et données sont stockés dans un environnement serveur entreprise - client, et que la fragmentation ne va pas apparaitre assez vite pour programmer une défrag régulière du poste de travail. C’est hélas loin d’être la vérité.
Lorsque les dispositifs de stockage sont gérés dans un environnement serveur entreprise - clients, il faut garder à l’esprit que les documents sont temporairement sur le disque dur de l’utilisateur de même que les fichiers en backup local avec des applications utilisées communément. Des applications telles que Outlook, par exemple, ou des browsers internet et beaucoup d’autres créent des fichiers en arrière plan. Ces fichiers d’arrière-plan sont souvent lourdement fragmentés et dans la mesure ou l’utilisateur lance des fichiers très fragmentés, il ressent une baisse de la performance. La prolifération des technologies sans fil et les améliorations sécurité ont encouragé une nouvelle force de travail mobile. La culture d’entreprise accepte à présent les télé-travailleurs. Les ventes de portables pullulent offrant la contrepartie du poste de travail à la maison. La force de travail devient donc plus largement distribuée. Au travers de ces segments, c’est la synchronisation des données et leur distribution qui est en jeu. Résultats des tests sur la fragmentation

On a mené une expérience sur un poste de travail utilisant Windows Vista dans un environnement d’entreprise typique travaillant du Lundi au Vendredi utilisant un serveur fichiers pour stocker les documents. Pour ce test, Diskeeper était installé et paramétré pour n’opérer que de la défragmentation réactive (c’est-à-dire que la donnée était écrite de manière fragmentée en désactivant IntelliWrite). L’utilisateur du poste de travail poursuivit ses activités pendant 2 semaines, parmi lesquelles surfer sur internet, faire des e-mails, utiliser Word, Excel et faire un peu de design.
Le fichier le plus fragmenté était un document Microsoft® Outlook® de 2.5 GB (ce fichier OST était stockés en local) et plusieurs fichiers de restauration du système.
La majorité des fichiers fragmentés faisaient partie du profile de l’utilisateur impactant sur ses temps de connexion. Une expérience similaire avait été conduite sur Windows® XP, ou l’utilisateur ne se servait que de Word et Internet Explorer® (beaucoup moins d’activité). Les résultats avaient montré plus de 4,000 fragments crées sur la même période.
Comme démontré dans le tableau, la fragmentation se crée très vite sur poste de travail, résultant d’une perte de performance chaque jour. Avec les semaines cumulées, c’est jusqu’à 12,000 fragments crées chaque semaine. Ceci est la fragmentation que le défragmenteur de Windows ne touche pas. Même si cet ordinateur ne stock que peu de fichiers en local, la fragmentation affectera quand même la performance de la machine et frustrera l’utilisateur. Encore pire, la fragmentation s’attaque d’autant plus aux fichiers volumineux et ce jusqu’à un niveau ou l’utilisateur pourra avoir des problèmes de fiabilité. S’il s’agit d’un ordinateur ou beaucoup de données sont stockées (par exemple la base de donnée d’un avocat, ses notes, etc) le degré de fragmentation sera indubitablement supérieur et causera encore plus d’impact sur la productivité. Evolution et design intelligent

A fil des années, la solution Diskeeper a évolué depuis le simple programme de réparation jusqu’à la prévention de la fragmentation en temps réel. Cependant, quand la fragmentation se produit, le système perd de sa précieuse ressource E/S en écrivant des fichiers non-contigus éparpillant l’espace libre sur le disque. La meilleure stratégie est de prévenir le problème avant même qu’il ne se pose.

La technologie exclusive IntelliWrite™ a été conçue pour ça (prévenant jusqu’à 85% de la fragmentation) en écrivant les fichiers de manière intelligente. Les bénéfices sont évidents : une top performance en continu et plus de gestion administrative récurrente du Département IT. Souvenons nous du cas d’étude : 3,500 fragments par jour, un système contenant la technologie IntelliWrite ne génère que 500 fragments environ. Ces 500 extensions sont corrigées rapidement grâce à d’autres technologies inclues dans Diskeeper

Garder des systèmes au top

Les administrateurs réseaux utilisant le défragmenteur Windows XP/2003 doivent attendre de longues heures que la tache soit accomplie, utilisant tellement de ressources du système que cela doit être fait après les heures de travail. La tache est programmable, mais en soi-même cela demande déja une organisation, et cela ne résoud pas le problème de fragmentation. Windows Vista/7/2008/R2 fournissent tous le même défragmenteur de base. Comme le montrent les tests, la fragmentation augmente de manière phénoménale, bien au-dela des taux imaginés, c’est pourquoi il est compréhensible que Microsoft ait fait l’effort de proposer une solution outils inclus. Comme également démontré, la fragmentation n’est jamais complètement éliminée en opérant de manière hebdomadaire et en réalité accumule les fragments d’une semaine à l’autre. Le problème continu d’exister, et au quotidien, c’est pire.

D’un autre coté, il y a Diskeeper, avec plus de 16 ans d’expertise en innovations sur la performance des systèmes sur les systèmes de fichiers Windows. Diskeeper a inventé le défragmenteur automatique pour Windows dans le milieu des années 1990, et maintient son avant garde technologique jusqu’à ce jour en proposant la seule solution qui prévient la fragmentation avant qu’elle ne se produise.

Dans les environnements actuels, la taille grandissante des disques et fichiers augmente les effets de la fragmentation chaque jour. Afin d’éliminer ces pertes de performance (entre les cycles de défragmentation), limiter l’utilisation des E/S et maximiser l’écriture contigüe des fichiers, la fragmentation doit être prévenue




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants