Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Des avocats franco-américains saisissent la CNCIS contre la surveillance internationale

septembre 2015 par La Quadrature du Net

Après que le gouvernement a annoncé hier que la proposition de loi sur la surveillance internationale [1] serait discutée en procédure accélérée, celle-ci a été adoptée ce matin en commission défense à l’Assemblée nationale en seulement vingt minutes et presque sans débat. Alors qu’une association d’avocats et juristes franco-américains viennent de saisir [2] la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS) à propos du décret secret de 2008 [3], le gouvernement s’inquiéterait-il de l’ouverture d’un débat sur les pratiques de surveillance internationales ?

Alors que le député Damien Meslot [4] (LR) annonçait ce matin que cette proposition de loi n’avait pour objectif que de corriger une petite erreur de forme [5], la rapporteure du texte et présidente de la commission défense, Patricia Adam [6] (SRC) confirmait [7] l’existence de ce décret .

Une première procédure contre ce décret a été initiée [3] par FFDN, FDN et La Quadrature du Net le 31 août. Si la procédure d’urgence a été refusée par le Conseil d’État, la procédure au fond est toujours en cours. Pierre Ciric, vice-président de la French American Bar Association (FABA, association d’avocats franco-américains) vient juste de déposer une plainte (pdf) [2] à la CNCIS pour atteinte au secret professionnel et au secret des correspondances. Ce recours fait suite à de nombreuses alertes [8] lancées par la FABA ces dernières semaines, contre la loi sur le renseignement et les activités françaises en matière de surveillance internationale.

La Quadrature du Net soutient cette initiative et espère que des suites seront données à cette affaire qui met en jeu le principe de l’universalité des droits, et révèle les très fortes atteintes à la vie privée, ainsi qu’à la protection des personnes soumises au secret professionnel induites par les actions de la France en matière de surveillance. La proposition de loi sur la surveillance internationale, si elle légalise ces actions, n’atténuera pas les atteintes portées aux droits fondamentaux.

Lire la saisine [2] de la French American Bar Association.


Références

[1] : http://www.assemblee-nationale.fr/1...
[2] : https://www.laquadrature.net//files...
[3] : https://www.laquadrature.net/fr/FDN...
[4] : http://www.nosdeputes.fr/damien-meslot
[5] : https://twitter.com/contexte_num/st...
[6] : http://www.nosdeputes.fr/patricia-adam
[7] : https://twitter.com/contexte_num/st...
[8] : http://www.nextinpact.com/news/9648...




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants