Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

David Emm, Kaspersky : Smartphones, des ordinateurs de poche

septembre 2011 par David Emm, Kaspersky

Nous les considérons tous comme des téléphones. C’est d’ailleurs dans ce rôle qu’ils ont fait leurs débuts. Aujourd’hui, ils sont bien plus que cela : de véritables ordinateurs. Cependant, leurs capacités – au-delà des communications téléphoniques et des textos – se sont imposées à nous lentement, se développant de manière organique, pour ainsi dire à notre insu. C’est pourquoi nous continuons d’en parler et d’y penser comme des téléphones. De ce fait, il ne nous apparaît pas immédiatement que leur utilisation peut présenter des risques pour la sécurité.

Nous sommes confrontés à des programmes malveillants (malwares) mobiles : quelque 3600 signatures sont actuellement répertoriées dans les bases de données de Kaspersky Lab. Si les malwares mobiles existent depuis maintenant plusieurs années, ce n’est qu’au cours des 18 derniers mois qu’ils sont devenus de véritables armes dans les mains des cybercriminels, qui s’en servent pour extorquer de l’argent. Plusieurs raisons expliquent cette évolution :

1. L’utilisation des smartphones va croissant.

2. L’accès à Internet depuis un smartphone n’a jamais été aussi bon marché.

3. Ces appareils contiennent de précieuses données personnelles, par exemple des coordonnées bancaires, identifiants de réseaux sociaux, etc.

4. Les mêmes équipements sont souvent également utilisés au travail et renferment donc des informations sensibles pour l’entreprise.

C’est ainsi que nous voyons des chevaux de Troie envoyer des SMS à des numéros surtaxés ou internationaux ou encore dérober des coordonnées bancaires, des identifiants ou d’autres données stockées dans l’appareil, de sorte que des cybercriminels puissent usurper l’identité de son propriétaire sur Internet.

L’utilisation croissante des terminaux mobiles doit également être considérée dans le contexte plus général du travail nomade. La protection des données se complique pour les entreprises alors que leurs collaborateurs opèrent de plus en plus en dehors de leur environnement traditionnel : à la maison, à l’aéroport, à l’hôtel, etc. Il existe en outre un parc hétérogène de terminaux, servant à des activités aussi bien personnelles que professionnelles. Enfin, ces équipements sont plus difficiles à gérer du fait de leur dispersion géographique. Aussi les entreprises sont-elles exposées non seulement à la menace grandissante des malwares mobiles, mais aussi au risque de fuites de données.

Le principal problème pour les entreprises de toutes sortes réside dans la gestion de la sécurité sur les smartphones. Cela implique de mettre en œuvre un suivi de tous les terminaux dans l’entreprise, quels que soient leur lieu et leur mode d’utilisation.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants