Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

David Emm, Kaspersky Senior Virus Analyst : Endiguer le raz-de-marée

octobre 2011 par

De nombreuses entreprises s’inquiètent de l’impact potentiellement négatif que les réseaux sociaux risquent d’avoir sur leur activité. Et on les comprend. D’une part, elles craignent pour leur productivité, mise à mal par des salariés qui passeraient leur temps sur Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux au lieu de se concentrer sur leur travail. Cela n’a rien de nouveau : les entreprises nourrissent cette préoccupation depuis que l’utilisation du Web s’est généralisée.

D’autre part, elles sont préoccupées par la sécurité des réseaux sociaux. Les cybercriminels opèrent comme des pickpockets, au milieu de la foule, or les « foules » se trouvent aujourd’hui en ligne sur les réseaux sociaux. Il n’est donc guère étonnant que le volume de malwares propagés par ces médias ne cesse d’augmenter.

Un autre problème potentiel de sécurité est moins évident : les réseaux sociaux regorgent de données personnelles, données qui peuvent être exploitées par des cybercriminels pour dresser le profil d’individus mais aussi d’entreprises. Ceux-ci écument donc les réseaux sociaux à la recherche d’informations susceptibles de les aider à lancer des attaques ciblées.

Tout n’est pas négatif, bien entendu. Maintes entreprises ont découvert qu’un usage judicieux des réseaux sociaux peut constituer un atout, par exemple pour renforcer leur image ou encore pour recruter. J’y vois un parallèle historique avec la première moitié des années 90, où nombre d’entreprises redoutaient les conséquences, en termes de sécurité, de la fourniture d’un accès e-mail à leurs salariés. Pourtant, avec le temps, il est apparu clairement que les avantages étaient supérieurs aux risques. Si bien qu’à l’entrée dans le nouveau millénaire, le courrier électronique était devenu universel.

Je pense qu’il en va de même pour les réseaux sociaux. Si c’est le cas, les entreprises devraient moins songer à tenter d’endiguer le raz-de-marée qu’à veiller à la mise en place de défenses efficaces.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants