Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Comment protéger les mineurs du pédopiégeage dans le monde digital ?

juillet 2020 par Avast

Le confinement a été marqué par une utilisation accrue des réseaux sociaux, dont Tik Tok, le préféré des plus jeunes. Cette utilisation en hausse a donné aux pédophiles davantage d’opportunités de pédopiégeage, une pratique qui consiste à utiliser des applications ou des sites Internet pour entrer en contact avec des enfants, afin de les rencontrer ensuite dans la vie réelle. Alarmée par les risques accrus d’exploitation sexuelle en ligne pendant la crise du COVID-19 en raison d’une hausse sans précédent du temps consacré aux écrans, l’Unicef a alerté sur le sujet et a notamment développé une fiche technique avec des recommandations visant à limiter les risques de la surexposition des enfants à Internet.

Au début de cette année, Avast a coparrainé un documentaire tchèque intitulé « Caught in the Net », dans lequel trois actrices adultes jouent le rôle de jeunes filles de 12 ans. Des profils en ligne leur ont été créés sur les réseaux sociaux et les réalisateurs ont filmé ce qui leur est arrivé pendant dix jours ; période durant laquelle elles ont été contactées par 2 458 prédateurs sexuels potentiels.

« Le pédopiégeage, par lequel des prédateurs sexuels parviennent à obtenir la confiance d’un enfant pour le rencontrer ou le contraindre à partager des contenus à caractère sexuels en ligne, est difficile à contrôler, explique Julia Szymanska, ambassadrice de la sécurité des enfants chez Avast. En effet, les pédophiles en ligne utilisent des tactiques d’ingénierie sociale et, au lieu de recourir à un lien de phishing, ou à un fichier malveillant que les logiciels antivirus peuvent détecter et bloquer, ils contactent les victimes mineures via un chat en ligne ou un email. Ils sont donc presque impossibles à repérer, si bien que même les enfants ne s’en rendent pas compte. Ces attaques en ligne peuvent avoir des conséquences dramatiques : des enfants ou des adolescents accordent leur confiance à des étrangers malveillants, se font manipuler et peuvent subir des sévices sexuels. »

Julia Szymanska conseille aux parents d’expliquer aux mineurs les risques du monde digital, afin qu’ils puissent reconnaître s’ils sont confrontés à des comportements inappropriés. Par ailleurs, l’experte explique quels sont les signes avant-coureurs qui permettent de savoir si un enfant est, ou a été, victime de pédopiégeage :

• Les parents doivent éviter de laisser leurs enfants se connecter à Internet en leur absence. Lorsqu’ils naviguent sur le Web, il est préférable qu’un adulte soit présent à leurs côtés, afin de garder un œil sur leurs activités. Dans cette situation, s’ils sont confrontés à un contenu qui n’est pas adapté à leur âge, les mineurs peuvent alors se tourner vers une personne de confiance et échanger sur les risques concrets que représente Internet ;

• Les parents ont également intérêt à vérifier de temps en temps ce que font leurs enfants sur Internet et favoriser les échanges réguliers sur la sécurité en ligne ;

• Il est important que les parents parlent aux mineurs, mais il est également crucial que ces derniers acquièrent les bonnes pratiques à l’école. Les enfants doivent apprendre, dès leur plus jeune âge, à reconnaître le phishing et à savoir comment réagir si un étranger leur envoie un message sur les réseaux sociaux. Les familiariser avec les paramètres de confidentialité afin de minimiser les risques de cyberharcèlement est également très utile ;

• Les signes révélateurs du pédopiégeage incluent des changements radicaux dans le comportement de l’enfant. Celui-ci peut devenir anxieux, ne jamais laisser son téléphone portable sans surveillance, voire « se cacher » fréquemment avec son appareil ;

• Les parents alertés par un comportement suspect doivent instaurer un climat réconfortant pour que leur progéniture se sente suffisamment en confiance pour échanger avec eux. Par ailleurs, la réaction initiale des adultes peut être déterminante : au lieu d’interdire la navigation sur Internet, ils devraient guider l’enfant vers une aide professionnelle afin de l’encourager à extérioriser son expérience ;

• Si les soupçons d’un parent se confirment, il est essentiel de conserver les preuves contre les pédophiles en ligne et de les signaler immédiatement à la police. Généralement, les prédateurs abusent de plusieurs enfants et toutes les preuves peuvent se révéler cruciales pour mettre un terme à leurs activités criminelles.

« Pour les enfants, Internet peut ressembler à un monde sombre, mais il est important qu’ils apprennent que les événements qui se produisent en ligne, sur leurs tablettes, sur leurs téléphones et sur leurs ordinateurs, ont des conséquences dans le monde réel, poursuit Julia Szymanska. Ils sont très intelligents et si les parents mettent en place des paramètres pour restreindre leurs activités, ils trouveront certainement le moyen de les contourner. C’est la raison pour laquelle il est essentiel que les adultes prennent conscience des risques potentiels et ne se fient pas aveuglément au contrôle parental pour les protéger de toutes actions malveillantes. Les parents doivent accompagner et éduquer les enfants afin de les sensibiliser sur les menaces présentes sur Internet. »




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants