Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Classement trimestriel Sophos des douze principaux pays émetteurs de spam

janvier 2009 par Sophos

Sophos publie son enquête sur les douze principaux pays à partir desquels des campagnes de spam ont été émises au cours du quatrième trimestre 2008. Ces résultats sont fondés sur l’analyse, effectuée par les experts des SophosLabs, de l’ensemble des messages de spam reçus par leur réseau mondial de pièges à spam. Ils montrent que cinq ans après que Bill Gates ait prédit son éradication prochaine, le spam demeure un problème majeur pour les utilisateurs d’ordinateurs. Les spammeurs eux-mêmes se détournent des techniques traditionnelles pour en imaginer sans cesse de nouvelles, sans qu’on puisse en voir la fin.

Le 24 janvier 2004 au Forum Economique Mondial de Davos en Suisse, Bill Gates avait déclaré qu’avant deux ans le spam serait « une chose du passé ». Malheureusement, à l’approche du cinquième anniversaire de cette prophétie imprudente, les dernières statistiques établies pour le quatrième trimestre 2008 par les experts des SophosLabs montrent que le spam pose toujours problème aux utilisateurs tout en prenant plus d’aspects différents que jamais auparavant. Par ailleurs, une proportion de plus en plus importante de ces messages est conçue pour infecter les ordinateurs via des pièces jointes sophistiquées ou des liens vers des sites Web malveillants, dans le but de dérober des informations sensibles à leurs victimes.

« Les rumeurs concernant la mort du spam ont été grandement exagérées : la menace demeure bien vivante et active, malgré la hausse des actions judiciaires contre les spammeurs, la fermeture de certains fournisseurs d’accès internet qui les soutenaient et des solutions anti-spam de plus en plus efficaces », commente Michel Lanaspèze, Directeur Marketing et Communication de Sophos France et Europe du Sud. « Bien que les statistiques montrent que la proportion de spam relayé par pays peut décroître d’une année sur l’autre, les spammeurs mettent en œuvre des méthodes plus créatives (pour ne pas dire perverses) pour diffuser leurs messages à autant d’utilisateurs imprudents que possible. »

Nouvelles voies d’attaque pour le spam

Au cours du dernier trimestre, les cybercriminels ont montré un intérêt grandissant pour les sites de réseau social tels que Facebook ou Twitter, adaptant avec succès leurs méthodes aux évolutions de l’environnement Internet. Ces sites font aujourd’hui partie du quotidien de nombreux utilisateurs, générant des quantités considérables de données personnelles constamment remises à jour. Leur usage important fait de ces sites une cible prioritaire pour les spammeurs et les auteurs de virus, qui tentent fréquemment de pirater les comptes de membres innocents pour exploiter à leur profit la confiance accordée à ces réseaux.

En novembre dernier, par exemple, Sophos a rendu compte d’un jugement par lequel un canadien a été condamné à verser à Facebook 873 millions de dollars pour avoir bombardé des millions de membres du site de messages non sollicités. Ce spammeur convainquait ses victimes de lui révéler leur identifiant et leur mot de passe et s’en servait ensuite pour accéder à leur profil personnel. Selon Facebook, il aurait ensuite envoyé plus de quatre millions de messages pour vendre des articles allant de la marijuana à des produits d’augmentation de la puissance sexuelle.

« A travers ces sites, les spammeurs profitent de ce que les utilisateurs sont plus susceptibles de cliquer sur un lien apparemment envoyé par un ami de Facebook que s’ils le reçoivent dans leur messagerie via un courriel non sollicité », poursuit Michel Lanaspèze. « Même les célèbres auteurs d’arnaques « nigérianes » ont évolué dans ce sens, se faisant passer pour des amis Facebook pour dérober des informations financières et privées. Tant qu’ils trouveront des internautes pour tomber dans leurs pièges, ces escrocs continueront leurs activités. Bien que les autorités fassent de gros progrès pour les traquer, c’est donc à chacun de prendre des mesures pour ne pas être leur victime. »

Les Etats-Unis conservent leur couronne de rois du spam

Entre octobre et décembre 2008, les Etats-Unis ont été les principaux relayeurs du spam dans le monde. La Chine occupe la deuxième place, en relayant cependant une plus grande part qu’en 2004, tandis que la Russie conserve la troisième. A l’inverse, d’autres pays tels que le Japon, le Canada et la France (aujourd’hui en 18ème position avec 1,41%, contre 1,74% au trimestre précédent) semblent avoir fait de gros progrès et sont aujourd’hui absents de la liste des 12 principaux relayeurs.

La liste complète des douze principaux pays relayant du spam pour la période d’octobre à décembre 2008 est la suivante :

1. Etats-Unis 19,8%

2. Chine (dont Hong Kong) 9,9%

3. Russie 6,4%

4. Brésil 6,3%

5. Turquie 4,4%

6. Corée du Sud 4,1%

7. Inde 3,6%

8. Italie 3,0%

9. Espagne 2,9%

10. Royaume Uni 2,7%

11. Allemagne 2,4%

12. Argentine 2,1%

Autres pays : 32,4%

Le spam par continent

La répartition du spam relayé par continent entre octobre et décembre 2008 est la suivante :

1. Asie 37,8%

2. Amérique du Nord 23,6%

3. Europe 23,4%

4. Amérique du Sud 12,9%

5. Afrique 1,4%

Autres : 0,9%




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants