Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Cisco dévoile ses prévisions sur le trafic mondial et français de données mobiles

mars 2015 par Cisco

D’après les dernières prévisions actualisées du Cisco® Visual Networking Index™ sur le trafic mondial de données mobiles pour la période 2014-2019, le développement actuel de connexions M2M (Machine-to-Machine) et de terminaux mobiles toujours plus puissants, associé à de plus larges possibilités d’accès à des réseaux cellulaires rapides, constituent des facteurs clefs de la croissance significative du trafic mobile. En 2014, 93 % du trafic mondial de données mobiles correspondait à des flux « intelligents » (c’est-à-dire dotés de fonctionnalités informatiques/multimédias avancées et utilisant au moins une connectivité 3G), ce taux étant appelé à grimper pour atteindre 99 % d’ici 2019.

L’explosion actuelle du trafic intelligent s’explique par diverses tendances : l’adoption de smartphones, observée dans le monde entier, au détriment de téléphones dotés de fonctionnalités basiques, la résurgence des ordinateurs portables proposant des fonctions tablettes et l’essor des applications M2M (Machine-to-Machine). Du point de vue des réseaux mobiles mondiaux, en France, la 3G a supplanté la 2G en 2013. À l’horizon 2019, les réseaux 3G prendront en charge 30.7 % des connexions/appareils mobiles françaises ; les réseaux 4G assureront, quant à eux, 37.8 % des connexions et génèreront 81 % du trafic.

292 exaoctets en rythme annualisé d’ici 2019, contre 30 exaoctets seulement en 2014

Parmi les chiffres les plus marquants concernant la croissance du trafic : les prévisions de croissance du trafic mondial de données mobiles de Cisco VNI révèlent que le trafic mondial mobile devrait atteindre 292 exaoctets[1] en rythme annualisé d’ici 2019, soit une hausse fulgurante comparativement aux 30 exaoctets enregistrés en 2014.

Plus clairement, ces 292 exaoctets représentent :

292 fois la totalité du trafic mobile et fixe sur IP (Internet Protocol) généré en l’an 2000

65 000 milliards d’images (au format MMS ou Instagram, par exemple), soit l’équivalent de 23 images par jour et par personne dans le monde entier pendant un an

6 000 milliards de clips vidéos (sur YouTube, par exemple), à raison de deux clips par jour et par personne dans le monde pendant un an.

En France, le trafic de données mobiles atteindra 249,5 pétaoctets par mois en 2019 (l’équivalent de 62 millions de DVD chaque mois), soit une hausse de 31,7 pétaoctets par mois par rapport à 2014.

Principaux moteurs de l’évolution du trafic mondial de données mobiles

D’après les prévisions Cisco, au cours de la période 2014-2019, la croissance du trafic mondial de données sera trois fois plus importante que celle du trafic mondial fixe.

Parmi les tendances contribuant à la croissance du trafic de données mobiles :

· Une augmentation du nombre d’utilisateurs mobiles :

D’ici 2019, le monde comptera 5,2 milliards d’utilisateurs d’appareils mobiles (contre 4,3 milliards en 2014). En 2014, près de 59 % de la population mondiale (7,2 milliards d’habitants) utilisaient des terminaux mobiles ; d’ici 2019, plus de 69 % des personnes dans le monde (7,6 milliards d’individus) utiliseront des appareils mobiles.

En France, les utilisateurs d’appareils mobiles en 2014 étaient 56,2 millions (87% de la population de la France. A l’horizon 2019 la France comptera 59,5 millions d’utilisateurs d’appareils mobiles soit 90% de la population.

· Une multiplication des connexions mobiles :

À l’horizon 2019, le monde hébergera près de 11,5 milliards de connexions/appareils compatibles avec les réseaux mobiles, dont 8,3 milliard de connexions M2M (Machine-to-Machine) (contre 7,4 milliards de connexions M2M/appareils compatibles avec les réseaux mobiles et en 2014).

En France, le nombre de connexions M2M va croître de 7,2 fois entre 2014 et 2019 en atteignant les 92 millions de connexions. Des vitesses de connexion plus rapides : Les vitesses moyennes des réseaux mobiles mondiaux devraient être multipliées par 2,4 entre 2014 et 2019 et par 1.8 en France pour atteindre 4029 kbps en 2019.

· Une augmentation du nombre de vidéos mobiles :

En 2019, la vidéo mobile représentera 72 % du trafic mondial de données mobiles (contre 55 % en 2014).

L’impact des connexions M2M mobiles (et des dispositifs intelligents portables)

Le sigle M2M désigne les applications permettant aux systèmes sans fil de communiquer avec des terminaux similaires, afin de faciliter le fonctionnement de systèmes de navigation par satellite (GPS), des solutions de suivi des actifs, des compteurs d’eau, d’électricité et de gaz, ainsi que des dispositifs de sécurité et de vidéo-surveillance. Dans le cadre de l’étude, les dispositifs intelligents portables ont été intégrés en tant que sous-segment de la catégorie des connexions M2M, afin de faciliter l’établissement de la trajectoire de croissance prévisionnelle de l’Internet of Everything (IoE).

· Le nombre de dispositifs intelligents portables dans le monde devrait être multiplié par cinq, atteignant ainsi le chiffre faramineux de 578 millions unités d’ici 2019, contre 109 millions en 2014, l’Amérique du Nord et l’Asie Pacifique représentant les principaux marchés de croissance pour ces appareils.

En France, le nombre de dispositifs atteindra 16,7 millions d’ici 2019, contre 3,1 millions en 2014, un taux de croissance annuel composé de 40%.

· Cette explosion du nombre de dispositifs portables devrait participer à la croissance du trafic mobile, dont le volume devrait être multiplié par 18 entre 2014 et 2019, sachant que ces données transiteront principalement par les smartphones.

En France le trafic à partir de dispositifs portables va croître de 23 fois, en atteignant les 4,4 pétaoctets par mois en 2019. Ce trafic représentera 1,7% du trafic mobile de données.

L’essor de la connectivité 4G

De nombreux fournisseurs de services procèdent actuellement au déploiement de technologies 4G, afin de répondre à la forte demande de la part du grand public et des professionnels en matière de services et de contenus sans fil. Dans de nombreux marchés émergents, les fournisseurs de services travaillent à la création de nouvelles infrastructures mobiles compatibles avec les solutions 4G. En parallèle, sur certains marchés développés, les fournisseurs modernisent ou remplacent leurs solutions existantes (2G/3G) pour accueillir l’arrivée des technologies 4G.

· 26% de l’ensemble des appareils et connexions dans le monde pourront utiliser la 4G d’ici 2019.

· Le nombre de connexions 4G dans le monde sera, d’après les prévisions, multiplié par 18, passant ainsi de 459 million en 2014 à 3 milliards en 2019.

· D’ici 2017, la 3G aura supplanté la 2G en tant que première technologie cellulaire en parts de connexions.

· En 2014, les connexions 4G représentaient 40 % du trafic total de données mobiles dans le monde. En 2019, ce pourcentage s’élèvera à 68 %.

· En 2014, les connexions 4G généraient en moyenne 2,2 Go de trafic de données mobiles par mois ; d’ici 2019, ce type de connexions représentera 5,6 Go de trafic mobile mensuel, soit 5,4 fois le volume de données d’une connexion non-4G, qui s’élève en moyenne à 1,0 Go/mois.

En ce qui concerne la France les connexions 4G vont croître cinq fois de 2014 à 2019 et le trafic 4G sera multiplié par 17. Les connexions 4G représenteront 37,8% des connexions mobiles totales et 81,0% du trafic total de données mobile. Les connexions 4G vont générer 3290 Mo par mois, soit 4.9 le volume de données d’une connexion non-4G, qui s’élève en moyenne à 675 Mo

La croissance du trafic cloud sur réseaux mobiles

Les applications et services en cloud tels que Netflix, Youtube, Pandora et Spotify offrent aux utilisateurs mobiles une solution aux problèmes posés par les limites de capacité de mémoire et de puissance de traitement inhérents aux terminaux mobiles.

· Le trafic cloud sur les réseaux mobiles dans le monde sera presque multiplié par 11 entre 2014 (2 exaoctets par mois) et 2019 (21,8 exaoctets par mois).

· En 2014, les applications en cloud représentaient 81 % du trafic total de données mobiles. D’ici 2019, ce pourcentage atteindra 90 %.

· En France le trafic de cloud mobile va croître de 8,7 fois de 2014 à 2019, pour atteindre 224,5 pétaoctets par mois, contre 25,7 pétaoctets par mois en 2014. Les applications cloud, quant à élles, représenteront 90% du trafic mobile de données totale en 2019, comparativement à 81% à la fin de 2014.


Méthodologie de prévision adoptée dans le cadre de l’étude Cisco Mobile VNI

Les prévisions de l’étude Cisco VNI consacrée au trafic mondial de données mobiles s’appuient sur les estimations d’analystes indépendants ainsi que sur des études de l’utilisation réelle des données mobiles. Cisco utilise ces informations afin d’établir ses propres estimations relativement à l’adoption des applications mobiles, au temps d’utilisation et aux vitesses de transmission. Des facteurs clés, tels que la vitesse mobile haut-débit ou la puissance des terminaux, sont également pris en compte dans les prévisions et les résultats présentés dans l’étude Cisco VNI sur les technologies mobiles. Le rapport complet comporte une description détaillée de la méthodologie employée.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants