Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Christophe Castaner, FIC : le ministère de l’Intérieur renforce son dispositif territorial de lutte contre les cybermenaces

février 2020 par Emmanuelle Lamandé

A l’occasion de la 12ème édition du Forum International de la Cybersécurité, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, est venu faire le point sur la stratégie du ministère en matière de cybersécurité. Afin de lutter au mieux contre les cybermenaces, le ministère de l’Intérieur prévoit notamment de renforcer son dispositif territorial, avec la création de 9 antennes du C3N en régions en 2020. Il souhaite également faire de la France la patrie de la cybersécurité, en s’appuyant sur une coopération étroite entre tous les acteurs.

La sécurité est celle qui sait s’adapter et qui a un coup d’avance. La sécurité du 21ème siècle passe aussi par la cybersécurité et la maîtrise de chaque technologie, dans la mesure où tout est connecté aujourd’hui. Le numérique est partout, et change nos vies et nos usages. Il représente certes une véritable opportunité, mais une opportunité dont se sont aussi saisis les délinquants à différents niveaux, allant de la simple fraude jusqu’à la criminalité organisée, voire le terrorisme. Leurs méthodes d’attaques se démultiplient et gagnent en sophistication. Derrière ces attaques se cachent en réalité des réseaux structurés et bien armés, qui n’hésitent pas à se doter de moyens et de compétences exceptionnels pour parvenir à leurs fins. Aujourd’hui, nous devons être conscients de la recrudescence du nombre d’escroqueries et du fait que nos services publics, comme privés, peuvent être touchés. L’Hôpital de Rouen en est malheureusement un exemple.

9 antennes du C3N en régions en 2020

Face à ce constat, le ministère de l’Intérieur renforce chaque jour son dispositif de prévention, de protection et de lutte contre ces cybermenaces. Différentes unités d’enquêteurs luttent ainsi quotidiennement contre la cybermalveillance, comme l’OCLCTIC (Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication), le C3N (Centre de lutte contre les criminalités numériques)… Il est aujourd’hui essentiel que chaque victime puisse trouver assistance quel que soit son lieu géographique. C’est pourquoi le ministère prévoit de renforcer son dispositif territorial, via la création de 9 antennes du C3N en régions en 2020. L’objectif est d’être prêt à agir tout le temps et partout.

Objectif : simplifier le parcours des victimes et le travail des enquêteurs

Différentes plateformes facilitent également aujourd’hui le dépôt de plainte pour les victimes. PERCEVAL permet par exemple de signaler en ligne des usages frauduleux de cartes bancaires, et a déjà reçu plus de 200 000 signalements. De son côté, la plateforme PHAROS permet aux internautes de signaler en ligne les contenus et comportements illicites de l’Internet. Le dispositif Cybermalveillance.gouv.fr permet, quant à lui, d’assister les victimes de cybermalveillance et de les mettre en relation avec des prestataires de proximité en mesure de les aider et/ou de les orienter vers les plateformes de signalement adéquates en fonction du contexte. La plateforme THESEE, un système de dépôt de plainte en ligne dédié aux escroqueries sur Internet, viendra prochainement compléter ces différents outils.

L’objectif de l’ensemble de ces dispositifs est de simplifier au maximum le parcours des victimes, mais aussi la collaboration entre les différents acteurs. Ces différentes plateformes facilitent également le recoupement des informations recueillies et des enquêtes, et par là même le travail des enquêteurs.

RETADUP : une neutralisation rendue possible grâce à la coopération

A ce titre, il a tenu à saluer l’arrestation récente d’un cybercriminel français dans le cadre de l’opération RETADUP. En collaboration avec Avast et le FBI, le C3N, appuyé par le département INL de l’IRCGN, a réussi à neutraliser l’un des botnets les plus importants au monde. Ce malware diffusait un système de minage de cryptomonnaies, et était parvenu à infecter plus d’un million d’ordinateurs dans le monde. Grâce à cette opération, le serveur de commande et contrôle (C&C) incriminé a pu être remplacé par un serveur de désinfection ayant entraîné l’autodestruction des instances connectées.

La France doit devenir la patrie de la cybersécurité

Cependant, il faut encore, selon lui, aller plus loin dans ce domaine, pour faire de la France la patrie de la cybersécurité. Un diagnostic doit donc être fait afin d’identifier les évolutions possibles, et les meilleurs outils et structures pour faire de la France un pays en avant-garde en matière de sécurité. Ces réflexions seront prises en compte dans le futur « Livre blanc de la sécurité intérieure », sans perdre de vue la recherche d’un juste équilibre entre une sécurité renforcée et les libertés des usagers.

Dans cette démarche, le ministère de l’Intérieur ne peut pas lutter seul. « L’ensemble de la chaîne doit vivre dans un continuum de sécurité en matière de « cyber », avec une coopération étroite entre l’État, les collectivités locales et les entreprises. Le FIC est le témoin de cette diversité, mais aussi des capacités d’innovation dans notre pays. Nous avons besoin de pépites. Le contrat stratégique de la filière « industries de sécurité » permettra aussi de soutenir le développement de ces pépites. Il est également essentiel de faire vivre l’écosystème cyber dans sa globalité. Le Campus Cyber représente l’opportunité de concrétiser cela. »

La cybercriminalité est une problématique de masse qui nécessite une réponse forte et coordonnée. Enfin, la cybersécurité, elle non plus, ne doit pas avoir de frontières. C’est pourquoi il appelle à une collaboration entre l’ensemble des acteurs en France, en Europe et à l’international. « C’est grâce à un travail collectif et une coordination internationale que nous pourrons assurer la sécurité de tous les citoyens ».


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants