Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Christian Pijoulat, LogPoint : Automatiser les processus de sécurité est une nécessité !

janvier 2019 par Marc Jacob

A l’occasion de la 11èmé édition du FIC, LogPoint présentera sa solution de détection et de surveillance avancée des menaces. Le SIEM de nouvelle génération de LogPoint est dotée de la capacité d’analyser le comportement des utilisateurs et des entités (UEBA) pour connaître la situation avant, pendant et après la réponse aux violations. Devant la montée des cyberattaques et face à la pénurie de profils techniques, Christian Pijoulat, Directeur Régional pour l’Europe du Sud, le Moyen-Orient et l’Afrique de LogPoint recommande d’automatiser les processus de sécurité est une nécessité.

Global Security Mag : Quelle actualité allez-vous mettre en avant à l’occasion de la 11ème édition du Forum International de la Cybersécurité ?

Christian Pijoulat : Au Forum International de la Cybersécurité, cette année, nous présentons notre solution de détection et de surveillance avancée des menaces. La solution SIEM de nouvelle génération de LogPoint est dotée de la capacité d’analyser le comportement des utilisateurs et des entités (UEBA) pour connaître la situation avant, pendant et après la réponse aux violations. Notre SIEM intègre aussi des outils d’orchestration, d’automatisation et de réponse aux incidents de sécurité (SOAR).
Le FIC est un lieu privilégié pour les réflexions et les échanges pour servir la cybersécurité. La concentration de professionnels est un bon moyen pour nouer des contacts avec de nouvelles sociétés, mais aussi avec nos clients et nos partenaires.

GS Mag : Selon vous, qu’ils soient d’ordre psychologique, technique, humain ou financier, quels sont les défis liés à la sécurité et à la privacy « by-design », thème du FIC 2019 ?

Christian Pijoulat : Le défi essentiel est que la sécurité soit prise en compte dès l’origine d’un projet et dans tous les développements applicatifs, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas. Disposer d’une meilleure connaissance de l’architecture de données de l’entreprise permet d’y remédier en identifiant et traitant plus rapidement les anomalies du réseau et du système. Chaque métier est différent, et il faut aussi identifier tout au long des process les éléments susceptibles d’entraîner des événements critiques avant qu’ils ne se produisent et corréler rapidement les données volumineuses pour les transformer en informations exploitables. Non seulement les dark data occupent de la place mais elles peuvent accroître le risque réglementaire. Par exemple, identifier, trier et éliminer des données obsolètes, sans valeur stratégique, facilite les mises en conformité comme le RGPD.

GS Mag : Quels sont vos 3 conseils aux organisations pour relever ces défis ?

Christian Pijoulat : Les cyberattaques à la une des journaux, les actions menées par l’ANSSI et les cris d’alerte des DSI comme des RSSI ont déclenché une réelle prise de conscience des dangers qui a engendré la mise en œuvre de moyens appropriés. Mais, pour rester défensif, il faut comprendre quand et pourquoi on a accédé aux données critiques et sensibles. Un SIEM de nouvelle génération avec la corrélation automatisée de tous types de sources de données internes, externes ou structurées, donne une vue claire et détaillée des données de l’organisation. Les anti-malwares, les contrôles standard et les solutions installées sur les terminaux peuvent échouer à bloquer ou empêcher les attaques. Le SIEM fournit aussi des alertes en temps réel sur les comportements à risque, les activités anormales, etc.
Face à la pénurie de profils techniques, automatiser les processus de sécurité est une nécessité. C’est l’une des fonctions clés offertes aux entreprises pour se doter d’une cyberdéfense robuste. Un autre élément clé, j’en ai déjà parlé, est l’UEBA. Intégrer des capacités d’analyse comportementale au SIEM pour éliminer les faux positifs et attirer l’attention est primordial. Il ne s’agit pas de détruire des équipes, mais plutôt de libérer du temps pour que leurs compétences soient consacrées à la résolution d’incidents complexes.

GS Mag : Qu’est-ce qui a changé pour les entreprises avec le RGPD et où en sont-elles dans leur mise en conformité ?

Christian Pijoulat : Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) concerne toutes les entreprises exerçant leur activité dans l’Union Européenne. Sa mise en application a provoqué une réflexion sur la gestion des données à caractère personnel, entraînant la modification du traitement des données et la nécessité de choisir de bons outils. Faute de budget, de prévision et parfois de volonté managériale, certaines entreprises ont rencontré de grosses difficultés en cours de route. Connaître l’emplacement des données existantes, savoir qui y a accès, tracer les flux de données transfrontaliers, détecter rapidement les violations de données… LogPoint est une réponse à ces problèmes. Avec une entière prévisibilité des coûts, la licence étant basée sur le nombre de nœuds. Sans aucun supplément en cas d’augmentation du volume de données de l’entreprise ou du nombre d’événements ! De plus, si l’on imagine le coût d’une violation de données, on voit très vite l’intérêt de l’investissement dans la solution. Il y a aussi un effet positif sur les coûts d’exploitation en remédiant aux insuffisances potentielles, en optimisant le stockage des données, etc. Autre thème de réflexion : fournir aux responsables du support de premier niveau, l’accès direct aux informations de base de l’infrastructure de manière claire et contrôlée permet d’anticiper les évolutions, tant techniques que budgétaires.

GS Mag : A quoi devons-nous, selon vous, nous attendre en 2019, que ce soit du côté de l’attaque ou de la défense ?

Christian Pijoulat : Même s’il est difficile d’effectuer des prévisions exactes, on peut cependant penser que les attaques se poursuivront. La généralisation des objets connectés augmentera la surface d’attaque, le nombre potentiel de points d’entrée et le développement des piratages via les différents devices. Heureusement, la qualité de la défense s’accroît et la mise en place de SIEM performant rationalise et automatise la gestion de l’information de sécurité.

GS Mag : Quel est votre message à nos lecteurs ?

Christian Pijoulat : Nos clients ont les exigences les plus strictes en matière de sécurité. Ils nous accordent leur confiance et plébiscitent notre niveau élevé de sécurité. LogPoint continue de croître significativement sur les différentes zones géographiques et en particulier en France. Cette croissance nous permet de nous structurer pour apporter une meilleure présence commerciale et un meilleur service technique pour nos clients et nos partenaires. Il est important de noter que nous avons développé fortement notre activité sur le secteur publique et que nous allons continuer dans cette direction car nous venons de gagner avec notre partenaire SCC le nouveau marché Cybersécurité de l’UGAP.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants