Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Christian ESTROSI : renforcer le « .fr » pour conforter les positions de la France sur Internet

mars 2010 par

Christian ESTROSI, ministre chargé de l’industrie, a désigné l’Association Française pour le Nommage Internet en Coopération (AFNIC) pour être l’office d’enregistrement en charge de l’extension « .fr ». A ce titre, l’Etat et l’AFNIC ont conclu, pour une période de 7 ans, une convention accompagnée d’exigences renforcées dans la gestion du « .fr ».

Cette désignation marque une étape importante dans le développement du « .fr ». Aujourd’hui en tête des nouveaux enregistrements en France, le nombre de noms de domaine en « .fr » a été multiplié par 5 en 5 ans et dépasse 1,6 millions de noms enregistrés.

Le Ministre a demandé à l’AFNIC de prendre de nouveaux engagements :

o L’AFNIC va ainsi créer un observatoire des bureaux d’enregistrement, qui mesurera et comparera la qualité et les tarifs des services fournis par ces sociétés. Cette mesure permettra d’accroître la transparence et la lisibilité de l’offre de services aux entreprises et aux particuliers.

o Elle va mettre en place un programme d’investissement et de développement visant à renforcer la sécurité et la stabilité du « .fr ». Elle s’engage, en particulier, à investir au moins 5% de son chiffre d’affaires annuel dans l’infrastructure de réseau, afin d’améliorer sa capacité de traitement des requêtes.

o Elle va ouvrir, dès le premier semestre 2010, la possibilité d’enregistrement aux français résidant à l’étranger.

La désignation de l’AFNIC intervient à l’issue d’un appel à candidatures publié le 15 janvier 2009. Elle est conforme à l’avis du comité de sélection présidé par l’Agence du patrimoine immatériel de l’Etat (APIE).

Christian ESTROSI souligne : « Le « .fr » représente une composante essentielle de notre infrastructure numérique. C’est un enjeu important pour la place de la France sur Internet et la fiabilité des échanges numériques, à l’heure où le commerce électronique dépasse les 25 milliards d’euros par an dans notre pays. »




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants