Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Cher Père Noël : Voici ce que les Français souhaitent voir disparaître d’Internet, selon une nouvelle étude

décembre 2021 par NordVPN

En cette période de fêtes de fin d’année, NordVPN a interrogé les Français sur ce qu’ils souhaiteraient voir disparaître d’Internet. Les résultats ont démontré qu’un Français sur cinq (20%) souhaiterait pouvoir supprimer les trolls de l’environnement digital et un peu moins (17%) souhaiteraient pouvoir supprimer leurs informations de contact, comme leur nom, adresse et email. Enfin, 10% d’entre eux souhaiteraient pouvoir supprimer des informations publiées sur leurs enfants et leur famille.

"Bien que cette période de fêtes soit placée sous le signe de la convivialité et de la joie, lorsqu’il s’agit de la protection de la confidentialité sur Internet, tout devient un peu plus déprimant. Nous ne disposons que de très peu de vie privée sur Internet. Les internautes pensent souvent que leur vie n’est pas assez intéressante pour être surveillée ou espionnée, mais de la publication de vos statuts Facebook à vos emails en passant par la localisation de votre smartphone, vous l’êtes", explique Daniel Markuson, expert en confidentialité digitale chez NordVPN.

Les Français sont parmi les moins préoccupés par les trolls en ligne

Les Britanniques (45%), les Polonais (42%) et les Australiens (42%) sont ceux qui souhaitent le plus éliminer les trolls d’Internet. L’Allemagne (18%), la France (20%) et les Pays-Bas (21%) affichent la plus grande tolérance à l’égard des trolls, ce qui laisse supposer qu’il y a moins de trolls dans ces pays ou qu’ils ne les dérangent pas autant.

Si les trolls constituent un aspect irritant sur Internet, l’enquête montre également que les Français se soucient de leurs données, puisque 17% d’entre eux souhaiteraient pouvoir supprimer leur nom, leur adresse électronique, leur adresse postale et d’autres informations personnelles sur Internet. Les escrocs et les voleurs utilisent souvent ce type de données, ce souhait est donc parfaitement légitime.

Les résultats ont également révélé que 10% des personnes interrogées en France demanderaient au Père Noël de supprimer les informations publiées sur leurs enfants et leur famille. Ces résultats témoignent du côté sombre d’Internet, qui peut être à la fois éprouvant et risqué.

Les Américains sont plus préoccupés par leurs coordonnées que la moyenne mondiale

Les coordonnées figurent sur la liste des choses à supprimer d’un plus grand nombre de personnes aux États-Unis qu’ailleurs (15,7%). En revanche, les autres formes de données personnelles (y compris les messages intimes, qui figurent en dernière position sur la liste des types de données personnelles) sont moins susceptibles d’y figurer. Environ 12,5% des Américains souhaitaient supprimer les réseaux sociaux. Les jeunes adultes (18-24 ans) étaient plus de deux fois plus concernés par les choses qu’ils avaient postées que les autres groupes d’âge, tandis que pour les millenials (35-44 ans), les photos étaient plus souvent un sujet de préoccupation.

Les Canadiens aux revenus moyens à élevés détestent les trolls sur Internet

Les Canadiens sont parmi les plus préoccupés par les trolls sur Internet (37%), en particulier ceux qui ont des revenus moyens et élevés. Par contre, les informations publiées sur leur famille ou leurs enfants enregistrent un score beaucoup plus faible au Canada que la moyenne mondiale. Les groupes plus jeunes (18-24 ans et 25-34 ans) étaient 70% à être plus susceptibles de mettre les messages privés ou les contenus qu’ils avaient postés sur leur liste de choses à supprimer.

Les Australiens figurent parmi les citoyens les plus préoccupés par l’information en ligne en général

Les Australiens sont parmi les populations les plus préoccupées par l’information en ligne en général. 42% des Australiens ont inscrit les trolls sur leur liste de choses à supprimer et 11% souhaiteraient se débarrasser des réseaux sociaux. Ces deux statistiques sont supérieures à la moyenne mondiale. Les groupes plus jeunes sont davantage préoccupés par des types spécifiques de contenus postés, notamment les photos, avec plus de 90 % des 25-34 ans souhaitant supprimer quelque chose sur Internet.

Le Royaume-Uni connaît un gros problème de trolls

D’après les conclusions de l’enquête, le Royaume-Uni est le pays qui rencontre le plus gros problème de trolls. Plus de 40% des personnes interrogées donneraient la priorité à leur retrait d’Internet, peut-être en raison d’une sensibilisation accrue aux lois en cours de discussion pour prévenir les dommages en ligne.

Les Allemands sont plus préoccupés par les photos mais beaucoup moins par les trolls en ligne

Plus d’un quart des Allemands ont choisi "aucune des réponses ci-dessus" et ne souhaitent donc pas demander au Père Noël de supprimer quelque chose d’Internet. Les trolls en ligne sont beaucoup moins préoccupants en Allemagne (18 % seulement, contre une moyenne mondiale de 32 %), probablement en raison de l’amélioration de la réglementation, de la sensibilisation et de la culture de la confidentialité en ligne. Mais les Allemands sont plus susceptibles de choisir de supprimer les photos et autres contenus qu’ils ont publiés en ligne.

Les Pays-Bas sont assez proches des moyennes mondiales, mais les Néerlandais sont beaucoup moins préoccupés par les trolls en ligne

Les réponses des Néerlandais sont assez proches des moyennes mondiales. Toutefois, ils sont beaucoup moins préoccupés par les trolls en ligne (20,6% seulement, alors que la moyenne est de 32%). Le Père Noël aura la vie facile aux Pays-Bas car une plus grande partie des sondés néerlandais ont choisi de ne rien supprimer de la liste (23% contre une moyenne de 15,9%).

Les Polonais sont surtout préoccupés par les trolls en ligne.

Le Père Noël sera très occupé en Pologne. Seuls 11,4% des personnes interrogées ont choisi "aucune des réponses ci-dessus", soit le pourcentage le plus faible de tous les pays interrogés. Les participants polonais étaient principalement préoccupés par les trolls en ligne : 42% d’entre eux les ont choisis comme premier choix. Les messages intimes sont également un sujet plus populaire en Pologne que partout ailleurs (9,6% contre 7,4% pour la moyenne mondiale).

Les Espagnols se soucient beaucoup des relations en ligne

En Espagne, le contenu posté par quelqu’un d’autre et les messages intimes figurent en bonne place sur la liste, et les personnes interrogées sont également plus susceptibles que la moyenne de choisir de supprimer des informations sur leur famille. Noël peut être l’occasion pour les familles et les amis de se réunir, et notre enquête montre que les Espagnols se préoccupent davantage des relations en ligne.


Méthodologie : Le sondage a été réalisé auprès de 1 000 personnes aux États-Unis, au Canada, en Australie, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, aux Pays-Bas et en Pologne, et de 800 personnes en Espagne, soit un total de 8 800 personnes. Les participants constituaient des échantillons représentatifs de l’âge, du sexe, de la situation familiale et des niveaux de revenus. Les personnes interrogées ont été invitées à choisir dans une liste d’options l’élément qu’elles souhaiteraient le plus voir disparaître d’Internet.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants