Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Check Phone : Il n’y a pas que les ordinateurs qui se font pirater !

mars 2013 par Check Phone

Se faire pirater son compte de messagerie, son ordinateur ou son réseau est maintenant chose courante, mais une autre forme de piratage à laquelle l’opinion est moins sensibilisée, et toute aussi réelle, avec des conséquences économiques très lourdes : le piratage des lignes téléphoniques fixes.

Avec l’arrivée d’internet et des nouvelles technologies, pirater une ligne téléphonique fixe est aujourd’hui un jeu d’enfant : de l’ado geek qui habite à quelques pas, au grand réseau international de mafieux, n’importe quelle personne malintentionnée peut avoir accès et pénétrer dans un système téléphonique, pour en faire l’usage qu’il souhaite. En effet, la majorité de ces systèmes ne sont pas équipés de dispositifs de protection efficaces contre ce type d’attaque.

Ainsi, plusieurs appels sont émis, de manière répétée, vers des numéros surtaxés à l’étranger, à l’insu de la victime. Sofia, gestionnaire télécoms d’une agence média parisienne, témoigne dans le dossier "Enquête sur la fraude téléphonique" du magazine 01Business&Technologie [1] : « Nous en avons eu pour 7 000 euros d’appels frauduleux … ».

En effet, les plus concernées par ce genre de fraude téléphonique, sont très souvent les PME et autres administrations (mairies, lycées, collèges, etc.), qui se retrouvent avec des factures téléphoniques pharaoniques allant de quelques milliers à plusieurs centaines de milliers d’euros en un week-end ou sur quelques jours. Les conséquences qui s’en suivent sont bien évidemment pénibles pour les victimes : obligation de payer, dialogue de sourds avec son opérateur, trou dans la trésorerie, etc. En ces temps de crise, certaines petites entreprises sont même obligées de mettre la clé sous la porte… En France, la moyenne des litiges la plus souvent constatée par la police avoisine les 30 000 euros.

« Il y a très peu de moyens pour les entreprises victimes de réagir ; il n’y pas ou peu d’assurances spécifiques et les dépôts de plainte ne mènent nulle part », explique Stéphane Choquet, Directeur Général de CheckPhone, éditeur des logiciels de sécurisation de lignes téléphoniques. « Une personne peut pirater les lignes téléphoniques d’une PME française en passant par des pays comme le Nigéria, l’Ukraine, la Chine ou le Kazakhstan par exemple. Pour cela, un ordinateur connecté à internet suffit. Il est impossible de localiser le coupable… ».

En effet, de nombreux sites internet fournissent des méthodes pour pirater :

Pour se prémunir contre ces fraudes, CheckPhone, entreprise française parmi les trois acteurs mondiaux de lutte contre le piratage téléphonique, propose des solutions afin de protéger les entreprises des risques liés au piratage :

Les firewalls voix CheckPhone® sont destinés à la protection en temps réel des communications. Totalement indépendants des serveurs de téléphonie, les firewalls CheckPhone® analysent l’état des communications et sécurisent le réseau de l’entreprise.

Les firewalls voix CheckPhone® protègent ainsi les entreprises contre le piratage téléphonique et la fraude.

L’entreprise bénéficie d’une protection de son système d’information sur 360°. La politique de sécurité est renforcée et le risque lié à la fraude à la facturation disparait.

Quand on sait que les moyens de lutte contre les hackers sont très limités, dû au peu de succès des investigations menées, se protéger devient donc impératif pour survivre en ces temps de crise.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants