Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Cette semaine, La CNIL a demandé l’arrêt du stockage des données de santé par Microsoft, Oodrive explique

octobre 2020 par Marc Jacob

Cette semaine, La CNIL a demandé au Conseil d’Etat que les données de santé des Français ne soient plus hébergées par le géant américain Microsoft. Une problématique dont s’est déjà saisi le secrétaire d’Etat chargé du Numérique Cédric O.

Cette demande fait suite à la volonté du gouvernement de créer un centre français unique de données de santé pour la recherche, ou Health Data Hub (HDH).

Jérémy Leleu, Global Head of Direct Sales d’Oodrive expliqe :

“Nous nous réjouissons de cette nouvelle qui est largement appuyée par l’invalidation du Privacy Shield par la cour de justice européenne en juillet dernier. Toutefois, cette prise de conscience nous semble tardive de la part d’une organisation comme la CNIL et plus généralement du gouvernement. Depuis des années, nous savons que les données personnelles, et plus généralement les données sensibles, sont stockées sur des services US. La loi extraterritoriale américaine oblige à une réplication des données sur son sol avec une utilisation souvent floue de ces données. C’est bien sur le cas des données de santé dans un contexte où les dispositifs de médecine sont de plus en plus connectés et personnalisés. L’Union Européenne doit protéger les données de ses citoyens et garder la main sur l’utilisation de ces données et à quelles fins. Aujourd’hui, il existe des acteurs Européens capables de fournir des services équivalents aux solutions US mais avec des standards de sécurité et de confidentialité souvent plus élevés. Cette demande de la CNIL est un pas important vers la souveraineté des données sensibles, mais cette position doit donner suite à des actions claires et concrètes pour aider tant les entreprises que les citoyens à prendre les mesures nécessaires.”




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants