Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

CNnum : Un rapport sur l’empreinte carbone du numérique étonnant

juillet 2020 par Frans Imbert-Vier, PDG d’UBCOM

Au lieu de favoriser le développement de l’économie numérique locale et européenne, le Conseil National du numérique et le Haut Conseil pour le Climat suggèrent d’abandonner les forfaits limités sur les box mais aussi les réseaux cellulaires. C’est l’une des 50 mesures de son rapport de 160 pages portant sur la réduction de l’empreinte carbone du numérique.

À l’heure ou la souveraineté numérique est un enjeu de survie politique à moyen terme, la position du CNNum peut choquer car il occulte littéralement le retard de la France sur la couverture réseau, qui place la France au 66e rang sur 88 et 36e au classement des débits (2018).

Frans Imbert Vier, expert franco-suisse en protection et souveraineté des données, réagit : « Le rôle du CNNum est de promouvoir l’industrie du numérique et ses usages pour dynamiser l’industrie française et la rendre compétitive. Cette mesure invite à brider le consommateur au principe que c’est à lui de fournir tout l’effort écologique et non pas les opérateurs ni les fournisseurs de contenu ; idée brillante pour accélérer la fracture sociale et s’assurer que les plus pauvres auront bien accès aux contenus les plus idiots. Mais émettre l’idée qu’un contenu idiot devienne vertueux en le taxant ce n’est sans doute pas à la hauteur du CNNum. L’idée ne profitera certainement pas à l’écologie mais uniquement aux diffuseurs et aux opérateurs ».

Il déplore qu’il n’y ait aucune exigence côté opérateur et diffuseur. Il n’est même pas proposé d’imposer un calculateur de CO2 indexé à sa consommation numérique, ce qui aurait le bénéfice de sensibiliser l’usage plutôt que de le punir financièrement et au détriment du citoyen.

« Le rapport occulte toute promotion du numérique local et vert car il n’est pas question pour cette organisation de supposer inciter à consommer un numérique français et européen mais bien de continuer à consommer du numérique à faible valeur ajoutée in fine, aka GAFAM.
À l’heure où les libertés européennes sont en jeu - et au premier chef notre économie -, la mesure du CNNum est en totale contradiction avec les orientations prioritaires du Président Macron et reflète une nouvelle fois un discours à contre sens d’actes au demeurant absent ».




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants