Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Bitdefender propose un outil de désinfection gratuit contre le malware DNS changer

juillet 2012 par Bitdefender

Bitdefender® met à disposition de tous un outil gratuit, afin que les ordinateurs infectés par le malware « DNS changer », ne perdent pas leur connexion Internet après le 9 juillet 2012.

Le FBI est en effet sur le point de fermer les serveurs de DNS pirates à la suite de son enquête contre le malware DNSChanger qui pouvait rediriger le trafic des utilisateurs. Le malware DNS Changer, qui redirige les utilisateurs vers des pages Web infectées en modifiant la façon dont les ordinateurs interprètent les noms de domaines, pourrait rendre inopérantes 250 000 connexions Internet dans le monde.

Pendant la durée de l’enquête, le FBI avait saisi les adresses IP des serveurs pirates et les avait remplacées par des adresses légitimes pour les utilisateurs touchés afin de gérer les problèmes d’affectations de nom de domaine, mais ce service touche à sa fin. L’outil Bitdefender DNS Changer Fixer permet de corriger les effets du malware et protège la connexion Internet d’un simple clic.

« Le système de DNS est la partie critique de l’Internet et les cyber-criminels sont toujours en train de tenter de la corrompre afin de rediriger les utilisateurs à leur insu » déclare Catalin Cosoi, Directeur du Département Recherche des Laboratoires Bitdefender. « La plupart du temps l’utilisateur est redirigé vers des pages malveillantes ou de phishing, mais il arrive dans des circonstances particulières, quand l’infrastructure du changeur de DNS pirate est détruite, que la connectivité avec Internet soit impossible ». L’outil Bitdefender DNS Changer Fixer permet de réaliser les modifications nécessaires sur le PC pour assurer la connexion à Internet.

Cet outil est disponible gratuitement ici.

14 000 ordinateurs seraient concernés en France.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants