Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

BYOD : 71% des employés français concernés par la question de la sécurité informatique

septembre 2012 par Imation

Imation Corp. révèle les résultats d’une étude « Travail mobile et sécurité informatique » réalisée en 2012 auprès d’employés travaillant en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. Parmi les principaux résultats, et contrairement aux idées reçus, les français sont les plus concernées par les questions de sécurité engendrées par l’utilisation d’appareils mobiles personnels au travail (71%), loin devant les anglais (40%) et les allemands (33%).

Le rapport Imation révèle également que :

- 15% des employés français ont déjà perdu un appareil mobile sur lequel étaient stockés des documents professionnels. Ils sont seulement 3% en Allemagne.

- 64% des employés ont déjà utilisé leur ordinateur fixe/mobile personnel pour accéder au réseau ou aux documents d’entreprise.

- 55% des entreprises ont mis en place des règles strictes pour encadrer l’accès aux documents professionnels sensibles depuis des appareils personnels.

- 25% des sondés prétendent ne pas connaître les règles instaurées par leur entreprise en matière de travail à distance. A l’inverse, 42% assurent les connaître et toujours les respecter.

Ces résultats permettent de mieux comprendre la réticence apparente des entreprises à accepter le BYOD. En effet plus d’un tiers (34 %) des entreprises françaises interdisent à leurs collaborateurs de faire usage de leurs appareils personnels, tels que les ordinateurs portables, les smartphones et les tablettes, sur leur lieu de travail. Cette étude révèle également de sérieuses lacunes quant aux politiques d’entreprise en matière d’IT ainsi qu’à la mise à disposition de matériel adapté aux nouvelles formes de travail.

« Cette recherche prouve qu’il existe de sérieuses lacunes sur le marché informatique européen quant à la sécurité liée au travail à distance, tant d’un point de vue technologique qu’au niveau de la politique d’entreprise » explique M. Nick Banks, Responsable de la Sécurité Mobile chez Imation, pour les régions EMEA et APAC. « Il apparaît clairement qu’un nombre insuffisant d’entreprises fournissent la bonne technologie et mettent en place les processus appropriés permettant à leur personnel de travailler en toute sécurité. De trop nombreux employés admettent ignorer les directives de leur société en matière d’IT, alors que les erreurs humaines sont l’une des premières causes de problèmes de sécurité. Aujourd’hui, il est essentiel que les entreprises responsabilisent les travailleurs mobiles et leur fournissent tous les outils dont ils ont besoin pour rester productifs, tout en assurant la protection des données. »

L’étude réalisée par Imation a également révélé un certain nombre de différences entre les attitudes et les pratiques des employés au Royaume-Uni, en France et en Allemagne. Les employés allemands sont d’habitude les plus enclins à suivre les directives de leur entreprise, et les plus réticents à faire usage d’une technologie potentiellement non sécurisée à des fins professionnelles, avec seulement 8 % d’entre eux ayant accès à des documents professionnels via des réseaux WiFi non sécurisés. Ce dernier élément entre en totale contradiction avec les résultats relevés pour le Royaume-Uni (26 % des employés ont utilisé des points WiFi non sécurisés), et la France (14 %).

Cette recherche est en adéquation avec les conclusions relevées pour les États-Unis et le Canada. Une enquête interactive de Harris, réalisée sur des professionnels du domaine informatique et sponsorisée par Imation, a révélé que si 81 % des personnes sondées ont déclaré avoir des politiques de chiffrement appliquées sur les appareils mobiles, seuls 34 % appliquent ces politiques.

Méthodologie

Imation a utilisé les bureaux de recherche OnePoll (Royaume-Uni) et Toluna (France et Allemagne) pour interroger 1 000 employés dans chaque pays, utilisant un ordinateur dans leurs tâches quotidiennes.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants