Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique





















Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Assurances : La fraude prospère pendant la crise du Covid-19 – les acteurs du secteur doivent rester vigilants

avril 2020 par Dennis Toomey, Directeur Analyses et Opérations de lutte contre la fraude, BAE Systems

La bourse internationale de l’assurance Lloyds de Londres a fermé ses bureaux de souscription pendant 24 heures le vendredi 13 mars 2020, lors d’un test de résistance de son protocole de négociation d’urgence. Les membres de la Lloyds ont dû se mettre en télétravail. C’est la première fois qu’une telle mesure était prise. Le test de résistance a réussi et, en raison du développement dynamique de la crise Covid-19, les bureaux de souscription de la Lloyds ont été fermés à nouveau le 19 mars, conformément aux conseils du gouvernement britannique relatifs au coronavirus. Il est d’ores et déjà clair que la crise du Covid-19 va affecter les assureurs de plusieurs manières.

Une première conséquence immédiate sera l’augmentation des coûts directs des sinistres. L’assurance Vie et l’assurance Voyage font partie des secteurs touchés. L’annulation des Jeux olympiques de Tokyo de 2020 est l’un des plus gros dossiers de sinistres que le secteur aura à traiter.

Selon Nick Wildgoose, précédemment responsable de la gestion de la chaîne logistique chez Zurich Insurance, les inondations en Thaïlande en 2011 et le tsunami au Japon ont coûté à l’économie mondiale 300 milliards de livres sterling. Cela soulève la question de l’ampleur des dommages que nous pouvons nous attendre à subir dans cette crise.

Il y aura un grand nombre de demandes d’indemnisation justifiées, ce qui entraînera des coûts énormes pour les assureurs. Malheureusement, nous sommes obligés de reconnaître qu’en période de difficultés économiques, les gens profitent de l’occasion pour exploiter les compagnies d’assurance en faisant des déclarations de sinistres injustifiées. Avec la crise du Covid 19, la fraude à l’assurance, qui n’est pas une infraction banale mais un délit pénal, risque de figurer en tête de liste des faits délictueux.

Parmi les leçons tirées des expériences passées, on peut citer :
- Selon l’Association des assureurs britanniques (ABI), un total de 107 200 déclarations de sinistres injustifiées d’une valeur de 730 millions de livres sterling ont été présentées pendant la récession en 2008. Il s’agit d’une augmentation de 17% par rapport à l’année précédente, où les demandes infondées s’élevaient à 560 millions.
- Une situation similaire à celle de cette année de récession a été observée dans d’autres parties du monde. Par exemple, la division des fraudes à l’assurance de Floride a signalé une augmentation de 21% des demandes d’indemnisation au cours de l’exercice 2008/2009 par rapport à l’année antérieure. Dans le sillage de la baisse des revenus, il y a eu une augmentation des types de fraude, par exemple dans la fraude à l’assurance automobile et aux primes d’indemnisation pour accidents du travail, ainsi qu’une augmentation des incendies volontaires.
- Un nombre effroyablement élevé d’un cinquième des personnes interrogées ont déclaré pendant l’année de récession 2008 qu’elles n’excluaient pas à l’avenir de faire des déclarations de sinistres illégales aux dépens de leur compagnie d’assurance.

Que pouvons-nous en tirer comme enseignement ? Nous n’allons peut-être pas voir immédiatement un pic d’activités frauduleuses, mais le secteur devrait se préparer à une augmentation des demandes de remboursement et des demandes de souscription à mesure que les répercussions économiques des événements actuels se feront sentir.

Prenons l’exemple d’une petite entreprise qui doit temporairement cesser ses activités. Il est possible que l’assurance perte d’exploitation de cette entreprise ne soit pas couverte si un sinistre survient à la suite d’une épidémie virale comme celle du Covid-19. Mais si la couverture d’assurance est mal comprise par les chefs d’entreprise, et qu’ils se fient à leur police, il est facile de voir comment ils peuvent être incités à déformer les faits.

Je sais par expérience que le secteur de l’assurance est de nature extrêmement empathique et a toujours cherché à aider ses clients chaque fois que cela était possible. Les clients doivent donc s’assurer qu’ils connaissent et comprennent le libellé de leur contrat et collaborer avec leur compagnie d’assurance en cas de sinistre.

En outre, à une époque où la totale satisfaction du client – allant même jusqu’à dépasser ses attentes, quels que soient le lieu et le moment où il interagit avec la compagnie - est vue comme essentielle, les assureurs doivent également veiller à identifier toutes les déclarations de sinistres suspectes et à régler rapidement celles qui sont légitimes. Pour y parvenir, de nombreuses compagnies d’assurance utilisent des outils d’analyses et des technologies avancées qui permettent aux enquêteurs d’identifier les réclamations suspectes et non légitimes et de garantir un traitement rapide pour les déclarations légitimes.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants