Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Art Coviello, Président de RSA lance un appelle pour une "collaboration inventive" pour lutter contre la cybercriminalité

avril 2009 par RSA, La Division Sécurité d’EMC

Lors de la session d’ouverture de la RSA Conference 2009, Art Coviello, Président de RSA, la division Sécurité d’EMC (NYSE : EMC), a souligné que la cyber-menace continue à s’intensifier et que les fraudeurs en ligne sont mieux organisés et collaborent plus efficacement que jamais. Il a évoqué les forces majeures, telles que l’économie et les technologies émergentes, qui poussent l’industrie de la sécurité de l’information à évoluer et à s’adapter – ces forces créant l’opportunité d’une « collaboration inventive » permettant de restructurer l’infrastructure d’information. Art Coviello a également donné des exemples de la manière dont RSA travaille pour favoriser la collaboration inventive autour des meilleures pratiques.

« Lutter contre les cybercriminels exige une collaboration beaucoup plus déterminée au sein de l’industrie et un écosystème de sécurité puissant, construit autour d’un processus de développement commun centré sur le risque », a déclaré Art Coviello. « Aujourd’hui, les technologies de sécurité sont appliquées comme des applications indépendantes qui encombrent le paysage de l’information tout en y laissant des brèches dangereuses. »

Art Coviello a cité trois forces majeurs qui obligent l’industrie de la sécurité de l’information à évoluer et à s’adapter : le défi que représente la menace criminelle ; l’obligation pour les entreprises et les gouvernements d’atteindre des niveaux de productivité sans précédent pour restaurer l’économie ; la nécessité de repenser l’approche de la sécurité face à l’affirmation de technologies nouvelles comme la virtualisation, le cloud computing et les réseaux sociaux. Selon lui, ces trois forces conduisent le secteur à un point d’inflexion décisif, lui donnant l’opportunité de restructurer l’infrastructure d’information pratiquement de fond en comble. Mais il met en garde les acteurs du secteur contre le risque de répéter les erreurs du passé.

« Nous devons adopter dès maintenant un processus de développement commun qui nous permette de créer une infrastructure plus sûre », a-t-il déclaré. « A partir de là, nous pourrons faire en sorte que la nouvelle infrastructure technique soit conçue autour de ce processus, au lieu d’être obligés de forger un processus autour d’une collection de technologies. »

Art Coviello a exhorté les acteurs du secteur à promouvoir la collaboration inventive à travers trois pratiques et a donné des exemples sur la manière dont RSA favorise ces pratiques :

- Collaborer sur les standards, par exemple le standard KMI (Key Management Infrastructure) porté par RSA, HP et IBM.

- Pratiquer le partage de technologie. Le projet RSA™ Share, qui met gratuitement à disposition des développeurs les kits de chiffrement RSA BSAFE®, est un bon exemple de cette pratique.

- Intégrer les technologies et incorporer les contrôles directement dans l’infrastructure elle-même. Des exemples d’intégration ont été discutés sur scène entre Art Coviello ; Brett Galloway, Senior Vice President, Wireless & Security Technology chez Cisco ; et Scott Charney, Corporate Vice President of Trustworthy Computing chez Microsoft.

« Nous devons développer un écosystème plus fort et plus actif que les fraudeurs et faire en sorte que les échanges d’informations dont dépend l’économie mondiale soient fluides et sans friction. Il ne s’agit pas de changer le jeu ; il s’agit de le gagner », conclu Art Coviello.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants