Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Aron Brand CTO Ctera tire la sonnette d’alarme à l’occasion de la journée européenne de la protection des données

janvier 2022 par Aron Brand CTO Ctera

"Je veux que vous agissiez comme si la maison était en feu, parce qu’elle l’est", a dit Gretha Thunberg, et il semble que l’urgence d’agir soit enfin en train de couler. Avec la sensibilisation croissante au climat dans le monde entier, de plus en plus d’entreprises font de l’empreinte écologique un élément essentiel de leur stratégie informatique. Au cours de l’année à venir, je prédis que la grande majorité des équipes informatiques mettront en œuvre des programmes de durabilité pour réduire la consommation d’énergie, diminuer les déchets électroniques et atteindre la neutralité carbone.

L’un des meilleurs moyens d’atteindre ces objectifs est de migrer vers le cloud. Tout d’abord, en mutualisant les ressources, le cloud réduit le gaspillage. Les centres de données des entreprises sont invariablement construits avec beaucoup de capacité de réserve pour permettre une croissance future et répondre aux pics de demande. En revanche, le cloud consolide l’utilisation des machines, en exploitant les serveurs et le stockage à des taux d’utilisation élevés. Même si vous conservez votre centre de données d’entreprise existant, en mettant en œuvre le "cloud bursting" pour la capacité et le calcul, vous pouvez pratiquement éliminer le gaspillage de capacité, en tirant parti de la nature élastique du cloud. Par exemple, le nuage peut être utilisé comme destination pour fournir une capacité de stockage infinie sur les sites périphériques, ce qui permet de tirer un meilleur parti des dispositifs de stockage locaux en les utilisant à un niveau proche de leur capacité maximale.

La décision de passer au cloud permet également d’accéder à des centres de données fondamentalement plus écologiques, car les fournisseurs de cloud investissent massivement dans le développement durable. En raison des économies d’échelle et des fortes incitations à réduire leurs coûts, les fournisseurs de services en nuage utilisent des systèmes de refroidissement plus efficaces pour leurs centres de données et les placent plus près de sources d’énergie propres que ne le ferait un centre de données d’entreprise. Par exemple, Amazon Web Services a déjà atteint 65 % d’énergie renouvelable dans toute l’entreprise en 2020 et prévoit d’atteindre 100 % en 2025. AWS s’est également engagé à atteindre des émissions nettes de carbone nulles d’ici 2040, soit 10 ans avant l’accord de Paris.

La migration des applications et du stockage vers le cloud, qu’il s’agisse d’applications web ou de VDI, permet également de prolonger la durée de vie des terminaux, de réduire les déchets électroniques et l’empreinte carbone des nouveaux équipements. Les responsables informatiques, confrontés à la pénurie actuelle de puces électroniques, peuvent y voir l’occasion d’étendre leurs cycles de mise à niveau et de tirer le meilleur parti des équipements existants en transférant les applications des utilisateurs vers le cloud. »




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants