Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Appli TousAntiCovid et centralisation des données : un risque majeur pour la vie privée ?

octobre 2020 par Harold Li, Vice-Président d’ExpressVPN

Ce jeudi 22 octobre, la nouvelle version de l’application de traçage pour casser la transmission de la COVID-19 est dévoilée, reposant sur le protocole ROBERT et un système de données centralisé. Alors que la pandémie s’accélère en France, devons-nous aujourd’hui faire aveuglement confiance à cette nouvelle application TousAntiCovid ?

Harold Li, Vice-Président d’ExpressVPN, nous rappelle les éléments importants quant aux interrogations qui subsistent sur ce type d’applications : les potentiels risques lié à un système centralisé, la possible ré-identification des individus à travers l’anonymat des données, et le chemin qui semble se dessiner vers une démocratisation de la surveillance numérique :

Harold Li | CloudPeeps« Notre vie privée est trop importante pour en ignorer certains détails. Nous pouvons parfois être prêts à certaines compromissions lorsqu’il s’agit de santé publique, néanmoins nous devons le faire en toute conscience. Les avantages potentiels des applications contre la COVID-19 sont clairs : cela permet d’identifier les personnes à risque en raison de leur exposition à une personne infectée, tout en évitant de saisir des données personnelles. Toutefois, la position française consistant à centraliser les données récoltées par l’application, à l’instar de la collaboration européenne, peut être dangereuse pour la confidentialité des données personnelles des citoyens. Les autorités françaises restent évasives sur la conservation des données récoltées, les personnes qui y ont accès, ainsi que leur durée de conservation. Tout cela rend l’anonymisation des données peu claire et soulève des questions sur la possibilité de ré-identifier les utilisateurs. Dans le même temps, comment peut-on s’assurer que ces mesures dites à court terme ne deviendront pas un élément incontournable de la vie ? Voici les potentiels problèmes que nous devrions examiner plus en détails au fur et à mesure du déploiement de ces applications. »

Une question demeure donc : quelle est la prochaine étape pour rester maître de notre vie privée, et comment garantir que la lutte contre la COVID-19 ne sera pas le prétexte pour imposer plus de contrôles aux populations ?




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants