Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Andrew Patel, F-Secure : L’éducation aux médias est l’un des moyens pour lutter contre la désinformation

mars 2019 par Marc Jacob

Les réseaux sociaux sont de plus en plus utilisés pour manipuler les informations et ainsi orienté les choix des internautes. En matière, de politique les fausses informations pullulent et la vérification par les utilisateurs est de plus en plus difficile à réaliser. Andrew Patel, Senior Researcher de F-Secure considère que l’éducation aux médias est l’un des rares moyens dont nous disposons pour lutter contre la désinformation.

Global Security Mag : Les cas d’ingérence et de manipulation de l’information ont particulièrement été au cœur de l’actualité en 2018, Pouvez-vous nous donner des exemples et cas concrets survenus l’an passé ou précédemment ?

Andrew Patel : Sur les réseaux sociaux, de nombreux utilisateurs partagent facilement des articles "clickbait" (ou pièges à clics) qui correspondent déjà à leurs points de vue personnels. La vérification des faits est rare et souvent difficile pour les personnes qui n’ont pas beaucoup de temps libre. Ainsi, certains titres d’articles relatant des faits inexacts ou fabriqués se propagent si rapidement sur les réseaux sociaux que, même s’ils sont réfutés par la suite, le mal est déjà fait. Ce phénomène est à la base-même de la désinformation sur les réseaux sociaux. La campagne britannique "Leave" qui a été menée avant le référendum Brexit, en est un peu exemple. Certains détails de cette campagne sont documentés dans le récent film de Channel 4 : "Brexit : The Uncivil War".

Voici quelques liens vers des découvertes récentes sur la question. Elles m’ont semblé intéressantes :

De nombreuses organisations en faveur du Brexit financent des publicités à grande échelle faisant la promotion du "no deal" sur les réseaux sociaux. La source de ces fonds et l’identité de ces groupes menant ces campagnes ne sont pas documentés.

https://www.opendemocracy.net/uk/br...

Une nouvelle campagne d’astroturfing britannique en faveur du Brexit baptisée "Turning Point UK", financée par l’extrême droite au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, a été lancée cette semaine. De multiples comptes ont été créés sur les réseaux sociaux afin de promouvoir les idées de ces groupes.
https://twitter.com/carolecadwalla/...
https://www.theguardian.com/comment...

La droite vénézuélienne manipule fortement les sentiments des utilisateurs sur les réseaux sociaux.
https://twitter.com/3r1nG/status/10...

Erin a documenté les campagnes de manipulation de ce type dans plusieurs autres pays d’Amérique latine. Elle a également répertorié des campagnes menées par l’ultra-droite aux États-Unis. https://medium.com/@erin_gallagher

Elle a, par ailleurs, récemment mis à jour un réseau de comptes "MAGA" (Make America Great Again) sur Twitter.
https://twitter.com/3r1nG/status/10...

Conspirador Norteno a documenté un mouvement Twitter pro-LePen #RegimeChange clairement mené par des individus travaillant hors de France.
https://twitter.com/conspirator0/st...

Il a également répertorié des réseaux de milliers de comptes visant à promouvoir artificiellement le hashtag #Bernie2020.
https://twitter.com/conspirator0/st...

Au Royaume-Uni, une publicité d’extrême droite a récemment été publiée sur YouTube. Cette vidéo anti-musulmane de cinq minutes et demie a été largement diffusée.
https://www.theguardian.com/technol...

Des individus malveillants ont uploadé sur YouTube de multiples vidéos à caractère politique. Ils ont tenté d’amplifier leur impact en augmentant artificiellement les vues et likes. Ces vidéos, conçues pour échapper aux détecteurs de contenu de YouTube, apparaissent sur les listes de recommandations des utilisateurs moyens de YouTube. L’auteur ayant dénoncé ces vidéos affirme que l’IA a été utilisée pour commettre cette attaque. Je ne suis pas d’accord sur ce point mais ses autres conclusions me semblent fondées.
https://twitter.com/smartereveryday...

Voici quelques extraits récents de mes propres recherches concernant les stratégies de manipulation sur Twitter en faveur du Brexit.
https://twitter.com/r0zetta/status/...
https://twitter.com/r0zetta/status/...
https://twitter.com/r0zetta/status/...

Je m’apprête, par ailleurs, à publier un document de recherche beaucoup plus volumineux révélant une campagne d’astroturfing potentiellement colossale pro-Brexit, toujours sur Twitter.

GS Mag : A quoi devons-nous, selon vous, nous attendre en matière d’ingérence et de manipulation d’information en 2019 et dans les années à venir ?

Andrew Patel : À l’avenir, attendez-vous à une utilisation encore plus malveillante des publicités ciblées sur les réseaux sociaux. Les stratégies de manipulation seront encore plus sophistiquées et beaucoup plus difficiles à détectées. Certes, l’enjeu est de désinformer mais il s’agit surtout de s’appuyer sur les clivages sociaux pour polariser les opinions, jeter le doute et fomenter l’extrémisme. N’oubliez pas non plus que Cambridge Analytica n’a pas disparu : cet organisme a simplement changé de nom. Les activités de ce groupe ne requièrent pas un quelconque génie : à présent qu’elles ont été rendues publiques, il est probable que de nombreuses entreprises ou entités copient ses tactiques.

GS Mag : Enfin, quels sont vos conseils pour limiter les risques ?

Andrew Patel : L’éducation aux médias est l’un des rares moyens dont nous disposons pour lutter contre la désinformation. Évitez de partager des articles que vous n’avez pas lus intégralement. Ne diffusez pas de contenus dont vous n’avez pas vérifié la véracité : croisez-les avec d’autres sources. Nous pouvons également veiller à couper l’argent de ces extrémistes en cessant de regarder leurs vidéos Youtube et en ne leur faisant jamais aucun don.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants