Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Akamai publie son rapport sur « l’État des lieux d’Internet » pour le 2è trimestre 2012

octobre 2012 par Akamai

Akamai® Technologies Inc. publie son rapport du deuxième trimestre 2012 sur l’« État des lieux d’Internet ». Ce dernier s’appuie sur des données recueillies par l’Akamai Intelligent Platform™ et fournit ainsi des observations qui reposent sur les principales statistiques mondiales : taux de pénétration d’internet, vitesse de connexion mobile et consommation, origines des attaques de trafic et vitesses de connexion dans le monde et par région, adoption de l’IPv6. Il propose aussi une étude sur le taux d’utilisation des navigateurs mobiles par type de connexion réseau, sur la base des données collectées par Akamai IO. L’étude revient sur les récentes perturbations des liaisons Internet en Chine et en Syrie mesurées sur l’Akamai Intelligent Platform.

Focus sur la France

- Vitesses de connexions moyennes en Europe :
Rang Mondial : 34
Moyenne de Mb/s au 1e trim. 2012 : 4,6
Évolution trimestrielle : -5,2%
Évolution annuelle : 18%

- Pics moyens de vitesses de connexions en Europe :
Rang Mondial : 43
Pic de Mb/s au 1e trim. 2012 : 18,3
Évolution trimestrielle : -4,2%
Évolution annuelle : 18%

- Connectivité très haut débit en Europe :
Rang Mondial : 35
(%) sup. à 10 Mb/s : 3,9%
Évolution trimestrielle : -14%
Évolution annuelle : 57%

- Connectivité haut débit en Europe :
Rang Mondial : 27
(%) sup. à 4 Mb/s : 45%
Évolution trimestrielle : -9,2%
Évolution annuelle : 56%

Taux de pénétration d’Internet dans le monde

Au cours du deuxième trimestre, plus de 665 millions d’adresses IPv4 dans 242 pays et régions se sont connectées à l’Akamai Intelligent Platform, soit une augmentation de 10 % sur 12 mois. Dans la mesure où une adresse IP peut, dans certains cas, représenter plusieurs personnes, Akamai estime à plus d’un milliard le nombre total d’internautes uniques qui se sont connectés à sa plateforme au cours de ce trimestre.
Au classement des 10 pays affichant le plus grand nombre de connexions d’adresses IPv4 uniques à l’Akamai Intelligent Platform, l’Italie impressionne avec une progression de 25 % sur 12 mois, suivie du Royaume-Uni (+17 %).
Avec une couverture IPv6 étendue à plus d’une cinquantaine de pays, Akamai a pu accompagner les entreprises ayant choisi de participer au « Lancement mondial de l’IPv6 » organisé le 6 juin 2012 par l’Internet Society, en les aidant à rendre leurs contenus disponibles via IPv6. Au second trimestre, des clients de toutes tailles ont entrepris de rendre leur site web compatible IPv6 en avance de phase - entrainant une forte hausse du trafic IPv6 sur l’Akamai Intelligent Platform.

Attaques de trafic et principaux ports visés

Akamai gère un ensemble d’agents déployés sur Internet pour surveiller les attaques de trafic. À partir des données recueillies par ces agents, Akamai est capable d’identifier les principaux pays à l’origine des attaques de trafic, ainsi que les principaux ports pris pour cible.
Au deuxième trimestre, un peu plus de 36 % des attaques de trafic observées prenaient source en Europe.
Akamai a pu observer un recul de la concentration des attaques de trafic sur les 10 principaux ports. Ce taux est en effet passé de 77 % au premier trimestre à 62 % au second. Cette baisse s’explique essentiellement par la diminution du nombre d’attaques sur le port 445 qui a suivi la surprenante flambée d’attaques du premier trimestre.

Connectivité à très haut débit

Dans les pays européens observés, les taux d’adoption du très haut débit progressent le plus fortement en Suisse, avec 22 % de connexion vers Akamai à des vitesses supérieures à 10 Mbit/s. La progression trimestrielle des taux d’adoption dépasse 10 % dans trois pays européens : en République tchèque (+21 %), au Royaume-Uni (+17 %) et en Suisse (+15 %).
Les connexions Internet haut débit vers Akamai à plus de 4 Mbit/s se sont maintenues à un niveau élevé dans la plupart des pays européens au deuxième trimestre. La Suisse décroche la palme du taux d’adoption du haut débit le plus élevé, avec un taux supérieur à 79 %, talonnée par les Pays-Bas à un niveau légèrement en dessous de ce pourcentage.

Vitesses de connexion : pics et moyennes

La vitesse de connexion moyenne maintient un rythme de progression soutenue et augmente de 13 % entre le premier et le deuxième trimestre 2012, pour atteindre à 3 Mbit/s.
Au deuxième trimestre 2012, ce sont six pays européens qui ont intégré le classement mondial des 10 meilleurs pays. La Lettonie (n° 4) arrive en tête avec une vitesse de connexion moyenne de 8,7 Mbit/s, suivie par la Suisse (n° 5), les Pays-Bas (n° 6), la République tchèque (n° 7), le Danemark (n° 8) et la Finlande (n° 10).
Sur 12 mois, les pics moyens de vitesses de connexion ont globalement progressé de 44 %, avec des augmentations supérieures ou égales à 10 % dans le Top 10 des pays. Dans ce classement, la Suisse arrive en 6e position, avec une impressionnante progression de 25 %, suivie par la Bulgarie (n° 10) avec +17 %, tandis que la Roumanie (n° 4) et la Hongrie (n° 9) progressent de 15 % sur l’année.

Connectivité mobile

Au deuxième trimestre 2012, c’est un fournisseur de téléphonie mobile russe qui a atteint le record de vitesse moyenne de connexion mobile avec 7,5 Mbit/s. Quant au pic moyen de vitesse de connexion mobile, il a été enregistré chez un fournisseur de téléphonie britannique, à 44,4 Mbit/s.
Les données sur l’utilisation des navigateurs mobiles recueillies par Akamai IO pour le mois de juin indiquent que près de 38 % des requêtes sur les réseaux mobiles provenaient d’Android. Près de 33 % des requêtes étaient envoyées par Safari, 23 % par Opera et près de 4 % par Blackberry. Mais dès lors que l’on inclut tous les réseaux (pas seulement les réseaux cellulaires), le scénario change et Safari totalise alors en moyenne près de 60 % des requêtes. Android représente environ 23 % des requêtes tandis que les chiffres des autres navigateurs mobiles se situent à des niveaux nettement inférieurs. D’après ces données, on peut supposer que les terminaux fonctionnant sous Android sont plus souvent utilisés sur les réseaux cellulaires, tandis que les utilisateurs de terminaux iOS privilégient le WiFi.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants