Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Akamai publie son rapport « État des lieux d’Internet » du 2ème trimestre 2014

septembre 2014 par Akamai

Akamai Technologies, Inc., publie son rapport « État des lieux d’Internet » du 2ème trimestre 2014. Établi à partir des données recueillies par l’Akamai Intelligent Platform™, ce rapport permet d’observer les principales tendances mondiales, notamment les vitesses de connexion et l’adoption du haut débit dans les réseaux fixes et mobiles, les attaques de trafic à l’échelle mondiale, la préparation à la technologie 4K dans le monde, l’épuisement de l’IPv4 et l’adoption de l’IPv6 ainsi que les schémas de trafic des plus grands sites Web et fournisseurs de médias numériques. Le rapport contient également une brève analyse de la vulnérabilité « Heartbleed » d’OpenSSL, des attaques par réflexion SNMP et de la criminalité Storm et Zeus.

« Le nombre de faits nouveaux marquants observés par le Rapport sur l’État des lieux d’Internet du 2ème trimestre 2014 en fait un trimestre particulièrement riche », observe David Belson, auteur du rapport. « Ce trimestre, nous avons noté la première baisse du nombre d’adresses IP uniques à l’échelle mondiale, la vitesse de connexion moyenne a dépassé le seuil du haut débit de 4 Mb/s et les clients d’Akamai ont connu une diminution des risques d’attaques DDoS répétées ».

Vitesses de connexion moyennes et connectivité haut débit : croissance soutenue observée en Europe

La vitesse de connexion moyenne à l’échelle mondiale a augmenté de 21% par rapport au 1er trimestre de l’année et atteint 4,6 Mb/s, dépassant, pour la première fois, le seuil du haut débit fixé à 4 Mb/s.

Pour le 2ème trimestre consécutif, la Suisse décroche la première place sur la liste des pays européens, devant les Pays-Bas, avec une vitesse de connexion moyenne de 14,9 Mb/s. Une croissance soutenue, par rapport au trimestre précédent, a été observée dans tous les pays européens. Avec 7,4 %, la France a enregistré le taux de croissance le plus faible, tandis que la Roumanie détenait le record avec une croissance de 27%. Des progressions impressionnantes par rapport à l’année précédente ont été observées dans tous les pays européens, allant du taux le plus bas de 22% en Autriche et en Italie au taux le plus élevé de 58 % en Irlande.

Les vitesses de connexion maximales moyennes de tous les pays européens étudiés enregistrent une croissance significative par rapport au trimestre précédent. La Roumanie arrive en tête avec une vitesse de connexion maximale moyenne supérieure à 60 Mb/s tandis que les Pays-Bas, la Suisse et la Belgique dépassent 50 Mb/s.

Le taux d’adoption du très haut débit (>10 Mb/s) à l’échelle mondiale a continué à enregistrer une forte croissance au 2ème trimestre de 2014 et a atteint 23 % en raison d’une hausse de 12 % au cours du trimestre. En Europe, la Suisse, les Pays-Bas et la Roumanie ont enregistré des taux de 50% ou plus et, à l’exception de l’Italie, tous les pays de la région ont obtenu des taux d’adoption du très haut débit supérieurs à 10%. Des évolutions positives par rapport au trimestre précédent ont été observées dans tous les pays étudiés. La Finlande a été le seul pays qui a enregistré une hausse du taux d’adoption du très haut débit inférieure à 10%, en progression de 5% par rapport au 1er trimestre, le Portugal affichant le taux de croissance le plus élevé (en hausse de 92%).

Le taux d’adoption du haut débit (>4 Mbps) à l’échelle mondiale a progressé de 5,6% par rapport au trimestre précédent et a atteint 59%. En Europe, la Roumanie, le Danemark et les Pays-Bas sont devenus, avec la Suisse, les seuls pays étudiés de la région dont le taux d’adoption du haut débit atteint ou dépasse 90%. Une fois de plus, l’ensemble des pays européens a affiché des taux d’adoption du haut débit supérieurs à 50%. Une analyse des évolutions par rapport au trimestre précédent révèle qu’elles ont été positives mais limitées, la Norvège et l’Italie étant les seuls pays à enregistrer une croissance supérieure à 10%. C’est au Royaume-Uni et en France qu’ont été relevées les augmentations trimestrielles les plus faibles (>1%).

Préparation à la technologie 4K en Europe : la Suisse, les Pays-Bas et la Suède restent en tête

À la suite de l’introduction du critère de mesure « préparation à la technologie 4K » du rapport sur l’État des lieux d’Internet pour le 1er trimestre 2014, Akamai a, une nouvelle fois, identifié les pays les plus susceptibles de supporter des vitesses de connexion supérieures à 15 Mb/s, dans la mesure où les streamings vidéo à débit adaptatif ultra HD nécessitent un haut débit compris entre 10 et 20 Mb/s. Les conclusions ne prennent pas en compte les autres facteurs de « préparation » tels que la disponibilité du contenu encodé 4K ou les télévisions et lecteurs multimédia 4K.

Ce trimestre, la plupart des pays européens ont enregistré plus de 10 % de leurs connexions à la plateforme d’Akamai à des vitesses supérieures à 15 Mb/s, les trois premiers pays (Suisse, Pays-Bas et Suède) enregistrant plus d’un quart de leurs connexions à ces vitesses. Le taux de préparation 4K de la Suisse, qui s’élève à 33%, a été le plus élevé de la région. Le Portugal et la Roumanie ont enregistré un taux de préparation 4K deux fois plus élevé que le trimestre précédent, la hausse la plus minime étant observée en Finlande (14%).

Attaques de trafic et sécurité : le port 80 remplace le port 445 comme port le plus ciblé

Akamai possède un ensemble d’agents déployés sur Internet afin d’enregistrer les tentatives de connexion pouvant être considérées comme des attaques de trafic. À partir des données collectées par ces agents, Akamai est en mesure d’identifier les principaux pays dont proviennent les attaques ainsi que les principaux ports visés par ces dernières. Il convient cependant de noter que le pays d’origine identifié par l’adresse IP source ne peut pas servir à identifier le pays dans lequel réside l’attaquant. Au 2ème trimestre 2014, Akamai a observé des attaques de trafic provenant de 161 pays/régions différents, c’est-à-dire 33 de moins qu’au 1er trimestre 2014. Une fois de plus, la Chine a été à l’origine de la plus forte concentration d’attaques (43%) tandis que le trafic relevé en Indonésie, pays qui occupe la seconde place, a doublé par rapport au trimestre précédent et a atteint 15 %. Les États-Unis, qui viennent en troisième position, suivent avec 13% (en légère hausse par rapport aux 11% du trimestre précédent).

La concentration des attaques de trafic parmi les 10 principaux ports ciblés a augmenté par rapport au trimestre précédent, passant de 55% à 71%. Pour la troisième fois dans l’histoire du rapport, le port 445 (Microsoft-DS) est passé au second rang des ports les plus ciblés par les attaquants. Le port 80 (WWW/HTTP) s’est hissé à la première place au 2ème trimestre, son trafic d’attaques ayant presque doublé pour atteindre 15% mais il convient de noter qu’il n’a pas été le port le plus ciblé parmi les 10 principaux pays/régions.

Trafic d’attaques par déni de service distribué (DDoS) : les clients européens font état d’une baisse des attaques DDoS pour ce trimestre

Outre les observations sur le trafic d’attaques, le Rapport sur l’État d’internet comporte une analyse des attaques de type DDoS fondée sur les rapports des clients d’Akamai. Les clients d’Akamai ont signalé 270 attaques DDoS au 2ème trimestre, en recul par rapport aux 283 attaques du trimestre précédent, ce qui constitue le deuxième trimestre consécutif de déclin et représente une baisse de 15% par rapport à l’année précédente. Cette tendance confirme les constatations du Rapport Prolexic des attaques DDoS dans le monde au 2ème trimestre, selon lequel les attaques volumétriques (ciblant les couches 1-4) ont augmenté tandis que les attaques d’applications (ciblant les couches 5 à 7) ont reculé.

Pour la première fois depuis qu’Akamai a commencé à suivre les attaques répétées contre des cibles, le nombre de clients ayant constaté de nouvelles attaques est passé d’un quart (26%) à quasiment un sixième (18%). Seuls deux clients ont été la cible des attaques DDoS (26 %) plus de cinq fois et un seul client a été visé sept fois, contre 17 fois le trimestre précédent.

IPv4 et IPv6 : les pays européens continuent à ouvrir la voie à l’adoption des adresses IPv6

Durant le 2ème trimestre de 2014, plus de 788 millions d’adresses IPv4 rattachées à plus de 238 pays/régions différents se sont connectées à l’Akamai Intelligent Platform. Pour la première fois dans l’histoire du Rapport sur l’État des lieux d’Internet, le nombre d’adresses IP uniques à l’échelle mondiale a enregistré une baisse de 0,9 % en valeur nominale par rapport au trimestre précédent.

« Même si une baisse minime par rapport au trimestre précédent est inhabituelle dans l’histoire de ce rapport, nous ne voyons aucune raison d’être inquiets », affirme David Belson. « Cela peut être dû aux fournisseurs de services qui font en sorte de conserver un espace d’adressage IPv4 limité ou bien résulter de la hausse de l’adoption et de la connectivité IPv6 parmi les principaux fournisseurs de services. Ceci étant, à l’échelle mondiale, 69% des pays et régions ont enregistré des hausses du nombre d’adresses IPv4 uniques par rapport à l’année précédente ».

Comme pour l’adoption des adresses IPv6, le plus grand nombre de requêtes provient toujours des fournisseurs de câble et de téléphonie mobile, la première place étant occupée par Verizon Wireless avec 50% des demandes adressées à Akamai passant par les adresses IPv6. Quatre autres fournisseurs, Telenet, Brutele, Kabel Deutschland et XS4 ALL, ont utilisé des adresses IPv6 pour leurs requêtes à Akamai.

Les pays européens continuent à être les premiers en termes d’adoption de l’IPv6 puisqu’ils occupent les sept premières places sur dix. Le volume du trafic IPv6 a plus que doublé par rapport au trimestre précédent en République tchèque et a augmenté de plus du tiers en Belgique. La Roumanie et l’Allemagne ont cependant assisté à un déclin du niveau d’adoption IPv6 par rapport au trimestre précédent, l’Allemagne enregistrant une baisse de 25%. Cela est toutefois dû à la hausse plus rapide du nombre de requêtes IPv4 que celle du nombre de requêtes IPv6, qui a entraîné une baisse du pourcentage calculé du trafic IPv6.

Connectivité mobile : le Danemark arrive en tête au niveau mondial en termes d’adoption du haut débit dans la mobilité

Dans le Rapport sur l’Etat des lieux d’Internet du 2ème trimestre 2014, 56 pays/régions se sont qualifiées pour figurer dans la partie consacrée à la connectivité mobile. La vitesse de connexion mobile moyenne de la Corée du Sud est en légère hausse, passant de 14,7 Mb/s à 15,2 Mb/s, ce qui lui permet de conserver la première place, tandis que le Vietnam enregistre une baisse au niveau mondial avec 0,9 Mb/s. Les vitesses de connexion maximales moyennes des pays/régions figurant dans la section vont de 108 Mb/s en Australie à 4,7 Mb/s au Vietnam. En Europe, la Slovaquie affiche la vitesse de connexion mobile la plus élevée, avec 8,0 Mb/s.

Le rapport examine également le pourcentage de connexions à Akamai provenant de fournisseurs de réseaux et utilisant le haut débit (plus de 4 Mb/s). Au cours du 2ème trimestre, le Danemark a été en tête puisqu’il a enregistré le niveau d’adoption du haut débit le plus élevé, avec 92%.

Focus sur la France

Vitesses de connexions moyennes en Europe
- Rang : 40
- Moyenne de Mb/s au 2e trim. 2014 : 7,1
- Évolution trimestrielle : 7,4%
- Évolution annuelle : 24%

Pics moyens de vitesses de connexions en Europe
- Rang : 56
- Pic de Mb/s au 2e trim. 2014 : 30,1
- Évolution trimestrielle : 17%
- Évolution annuelle : 24%

Connectivité très haut débit en Europe
- Rang : 40
-  % sup. à 10 Mb/s : 15%
- Évolution trimestrielle : 22%
- Évolution annuelle : 118%

Connectivité haut débit en Europe
- Rang : 41
-  % sup. à 4 Mb/s : 70%
- Évolution trimestrielle : 0,7%
- Évolution annuelle : 9%




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants