Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Akamai publie son rapport « État des lieux de l’Internet » du 2ème trimestre 2013

octobre 2013 par Akamai

Akamai publie son rapport sur l’État des lieux de l’Internet du deuxième trimestre 2013. Établi à partir des données recueillies par l’Akamai Intelligent Platform, ce rapport permet d’observer les principales tendances mondiales, telles que les vitesses de connexion, le trafic malveillant, la connectivité réseau et sa disponibilité.

Cette édition rassemble les informations sur des attaques revendiquées par un groupe se faisant appeler l’Armée Électronique Syrienne, ainsi que des observations sur les activités du trafic Akamai lors des interruptions d’Internet au Soudan et en Syrie. Le rapport examine également l’utilisation des navigateurs mobiles en fonction des types de connexion réseau, d’après les données recueillies par Akamai IO.

Principales données européennes de l’État des Lieux de l’Internet du Deuxième Trimestre 2013 d’Akamai :

Vitesses moyennes et pics de connexions : une impressionnante croissance d’une année sur l’autre observée en Europe.

La vitesse moyenne de connexion globale s’est accrue au cours du deuxième trimestre 2013, gagnant 5,2 % d’un trimestre sur l’autre pour atteindre 3,3 Mbps. La croissance par rapport au précédent trimestre est observée sur neuf des 10 premiers pays ou régions, avec les augmentations les plus importantes affichées au sein de pays européens : le Royaume-Uni, la Belgique, l’Irlande, l’Espagne, la France et l’Italie ont ainsi bénéficié d’une croissance de plus de 10 % de leur vitesse moyenne de connexion par rapport au trimestre antérieur.

Avec une forte augmentation de 9,1 % depuis le trimestre précédent, la Suisse (classée 3ème mondial) reste le pays européen disposant de la vitesse de connexion moyenne la plus élevée, avec 11 Mbps. Au cours du trimestre, les Pays-Bas (10,1 Mbps) ont rejoint la Suisse pour devenir le seul autre pays européen à afficher une vitesse de connexion moyenne supérieure à 10 Mbps, seuil du très haut débit, grâce à une augmentation de 6,2 % par rapport au trimestre précédent.

En ce qui concerne les changements d’une année sur l’autre, le Royaume-Uni obtient la plus grosse augmentation avec 48 % (pour atteindre 8,4 Mbps), talonné par la Suède avec une croissance annuelle de 44 % (également 8,4 Mbps). Trois autres pays ont affiché des croissances annuelles significatives dépassant les 30 % : la République Tchèque (croissance de 36 % pour atteindre 9,8 Mbps), la Norvège (34 % pour 7,4 Mbps) et la Suisse (augmentation de 31 %). 11 autres pays ont connu une augmentation de plus de 20 % par rapport au deuxième trimestre 2012 : la Belgique et l’Irlande (plus 29 %), l’Autriche (plus 28 %), les Pays-Bas, l’Allemagne, la Pologne et l’Espagne (plus 27 %), la Finlande (plus 24 %), l’Italie et la France (plus 23 %) et le Danemark (plus 21 %).

À 47,5 Mbps, le pic de vitesse moyen de la Roumanie est en tête du classement européen, suivi de ceux de la Suisse (41,4 Mbps), de la Belgique (39,9 Mbps), des Pays-Bas (38,8 Mbps) et du Royaume-Uni (37,1 Mbps). Les évolutions annuelles des pics de vitesses moyens européens affichent des augmentations encore plus impressionnantes : le Royaume-Uni a connu une croissance de 52 %, tandis que trois autres pays ont expérimenté une croissance de plus de 40 % sur la même période (la Norvège, la Suède et l’Autriche). 12 autres pays ont connu des augmentations de pic de vitesse moyenne de 30 % par rapport à l’année précédente.

De manière générale, les fortes accélérations des pics de vitesse de connexion moyens témoignent d’améliorations constantes de la qualité de la connectivité à Internet et de la disponibilité/accessibilité des services Internet à haut débit dans la zone Européenne.

Taux de pénétration d’Internet

Plus de 752 millions d’adresses IPv4 uniques de 242 pays ou régions se sont connectées à l’Intelligent Platform d’Akamai, une augmentation de 2 % par rapport au précédent trimestre et de 13 % par rapport au deuxième trimestre 2012. Une seule adresse IP pouvant, dans certains cas, représenter plusieurs individus, comme lorsque les utilisateurs accèdent au Web par le biais d’un pare-feu ou d’un serveur proxy, Akamai estime à bien plus d’un milliard le nombre total de visiteurs uniques s’étant connectés à sa plateforme au cours du trimestre.

Le nombre total d’adresses IP uniques recensées par l’Intelligent Platform d’Akamai a augmenté d’environ 19 millions au cours du trimestre. Un peu plus de 75 % des pays du monde ont affiché un décompte d’adresses IP uniques supérieur à celui du deuxième trimestre 2012.

Parmi les pays européens apparaissant entre les 10 premiers de la liste, la croissance annuelle était de 12 % pour l’Italie (classée 9ème mondiale), 9,6 % pour le Royaume-Uni (classé 6ème), 5,3 % pour l’Allemagne (classée 4ème) et 3,8 % pour la France (classée 7ème).

« L’État des lieux de l’Internet pour le Deuxième Trimestre 2013 rapporte certaines étapes et tendances significatives, comme le constat que la moitié des connexions à Akamai se sont faites à des vitesses de 4 Mbps ou plus, une augmentation de 25 % par rapport au premier trimestre 2012 », indique David Belson, auteur du rapport. « Nous avons aussi noté une baisse du nombre de pays ou régions disposant de vitesses moyennes de connexion d’1 Mbps ou moins, 11 contre 14 au dernier trimestre, probable indicateur d’une connectivité haut débit améliorée au sein de certaines zones géographiques les plus lentes. Ces tendances positives témoignent bien de l’augmentation continue et de l’adoption de la connectivité haut-débit de par le monde. »

Trafic malicieux et principaux ports visés : les attaques provenant d’Europe ont décliné de 9 points

Akamai dispose d’un ensemble épars d’agents non déclarés déployés sur l’Internet qui enregistrent les tentatives de connexions que la compagnie classe en tant qu’attaques. Grâce aux données recueillies par ces agents, Akamai est en mesure d’identifier les principaux pays d’origine de ces attaques ainsi que les principaux ports qu’elles visent. Il est cependant important de noter que le pays d’origine identifié par l’adresse IP source peut ne pas correspondre au pays de résidence de l’attaquant. Par exemple, un habitant des États-Unis peut lancer des attaques à partir de systèmes compromis partout dans le monde.

Lors du deuxième trimestre, l’Indonésie a pris la place de la Chine en tête des principaux lieux d’origine, en doublant presque son trafic malicieux du premier trimestre pour passer de 21 à 38 %. La Chine, à l’origine de 33 % du trafic observé, est passée en deuxième position, tandis que les États-Unis conservent la troisième position. À elles deux, l’Indonésie et la Chine ont été à l’origine de plus de la moitié du trafic malicieux total observé.

Lors de ce trimestre, l’Europe n’a représenté que 10 % de l’ensemble des attaques constatées. Cela représente une chute de près de 9 points d’un trimestre sur l’autre.

Pour la première fois depuis la création de l’État des Lieux de l’Internet (premier trimestre 2008), le Port 445 (Microsoft DS) n’a pas été le port le plus visé par les attaques, passant à la troisième place avec 15 %, derrière le Port 443 (SSL [HTTPS]) avec 17 % et le Port 80 (WWW [HTTP]) avec 24 %.

Observations sur les attaques DDoS : augmentation de 54 % du nombre d’attaques ce trimestre

En sus des observations sur les attaques, l’État des Lieux de l’Internet offre une vision de la répartition des attaques par déni de service distribué (DDoS) sur la base de rapports de clients Akamai. Au cours du deuxième trimestre 2013, les clients d’Akamai ont rapporté 318 attaques, une augmentation de 54 % par rapport aux 208 rapportées lors du premier trimestre. Avec 134 attaques rapportées, le secteur de l’Enterprise reste la cible privilégiée des attaques par déni de service distribué, suivi du Commerce (91), des Médias et Divertissements (53), du secteur de la Haute Technologie (23) et du Secteur Public (17).

Au cours du trimestre, un groupe se faisant appeler l’Armée Électronique Syrienne (Syrian Electronic Army - SEA) a revendiqué plusieurs attaques contre des sociétés d’information et de médias. Les attaques ont toutes utilisé les mêmes techniques de hameçonnage, dans lesquels des comptes électroniques internes ont été compromis et utilisés pour recueillir des identifiants afin d’accéder aux flux Twitter et RSS ainsi qu’à d’autres informations sensibles appartenant aux cibles.

Connectivité très haut-débit européen : La Suisse est en tête de la région en ce qui concerne l’adoption du très haut-débit (> 10 Mbps)

L’adoption du très haut débit (> 10 Mbps) en Europe se poursuit sur le même rythme au cours de ce trimestre. La Suisse est en tête du classement avec 37 % de toutes les connexions à des vitesses dépassant les 10 Mbps, suivie des Pays-Bas (31 %) et de la République Tchèque (27 %). Des croissances annuelles extrêmement fortes ont été enregistrées au sein de plusieurs pays européens, comme au Royaume-Uni, 200 %, et en Irlande, 93 %, tandis que la République Tchèque, la Belgique, la Suède, l’Allemagne, la Pologne, l’Espagne et la France ont vu leurs taux d’adoption du très haut débit augmenter de 70 % ou plus au cours du deuxième trimestre 2012.

Connectivité Mobile : le trafic de données s’accroît de 14 % au cours du trimestre

Au cours du deuxième trimestre 2013, les vitesses de connexion moyennes sur les opérateurs de réseaux mobiles étudiés ont couvert des vitesses allant de 0,5 Mbps jusqu’à 9,7 Mbps au maximum. Onze opérateurs ont affiché des vitesses de connexion moyennes correspondant au haut débit (> 4 Mbps), contre 62 opérateurs affichant une vitesse de connexion moyenne de plus d’1 Mbps. Les données recueillies par Ericsson montrent que le volume de trafic de données mobiles s’est accru de 14 % au cours du trimestre et a quasiment doublé d’une année sur l’autre.

Selon les données d’Akamai IO pour le deuxième trimestre 2013, les appareils mobiles de réseau cellulaire utilisant Webkit sur Android ont représenté un peu moins de 38 % des requêtes, contre 34 % des requêtes pour la version Mobile du Safari d’Apple. En ce qui concerne la mesure des appareils mobiles utilisés sur tous les types de réseau, Safari Mobile a représenté un peu plus de 54 % des utilisations contre 27,6 % pour Webkit Android.

En Europe, un opérateur mobile tchèque est en tête du classement des vitesses moyennes de connexion les plus rapides avec 6,4 Mbps, tandis qu’un opérateur grec a obtenu le pic de vitesse moyenne de connexion le plus élevé, avec 54,9 Mbps.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants